Salades prêtes au décollage !

izhq66p1.jpg 

Ça y est, j’ai presque terminé le dossier pour « Des salades ».  Il me reste à rédiger. Et c’est la partie la plus simple et la plus rapide. À mon avis, la productrice le recevra dans le courant de la semaine. Je me suis même permis de tourner les images du début du film hier. Ça sera vraiment une comédie. Et une comédie reposant sur une vraie nécessité ainsi que sur un fond qui questionne, l’air de ne pas y toucher. Probablement encore un film qui va déranger un brin les financeurs car il repose sur une matière non consensuelle, hors norme et assez personnelle. On verra bien.

J’en profite pour rappeler à tous les candidats qui se sont proposés pour faire l’expérience wifi que je compte sur eux. Une des séquences du film reposera sur les résultats de leur expérience.

Pour « trouver le film », je suis allé au café avec mon petit cahier bleu et un stylo. En quelques minutes, la matière floue, éparse, complexe trouvait sa colonne vertébrale, tant dans le fond que dans la forme.

Je trouve assez magique de sentir émerger de la boue quelque-chose de construit, solide, frèle, transparent. Cette étape-là ne se passe jamais sur l’ordinateur. Toujours au stylo, sur du papier. L’ordi il sert à chercher en vrac, accéder au chaos de l’information puis, quand le dessin de l’écriture est tracé sur le papier, à lui donner la forme technique de sa transmission.

Je ne suis pas en train de dire que j’ai pondu le chef d’œuvre. Non, non. Juste le  point de décollage d’un petit film qui devrait atterrir au Max Linder en janvier 2015.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Salades prêtes au décollage !

  1. serge barande dit :

    Lancelot du Lac! L’ai reconnu moi le « Croisé de la photo ». C’est Lancelot du Lac!!! A Monsieur Cinéma, j’avais souvent juste! Après, ils ont changé les vieux acteurs que je connaissais. Du coup, j’ai paumé! Cahier bleu, bistrot, stylo… Chez toi, ça a l’air de fonctionner. Au poil! Le Père Renard, y devait pas avoir pris son stylo, ni son cahier bleu. S’y est perdu, l’avait juste pris son « livre jaune ». Pas de quoi en faire des salades, mais quand même… Mais quand même… l’écriture passe par de ces étapes, dont on ne détient pas toujours l’extrême véracité. Morale: un petit noir plutôt que deux (trois, quatre, cinq, six…) grands jaunes! Gouriot, si tu nous lis…   Comediante….

  2. hetre dit :

    Pas vrai tu as embauché Eric Naulleau pour surveiller tes salades ? Mais qu’est-ce qu’il fout avec ces ailes de chauve-souris ?  

  3. Bernard Blancan dit :

    Ben, si j’écrivais sous Ricard, je me demande ce que ça donnerait. Déjà que sous café…

  4. Bernard Blancan dit :

    Il essaye de décoller comme une salade… 

  5. LN dit :

    Costume croquignolet, et chaussures en train d’atterrissage….

  6. Bernard Blancan dit :

    Il faut ça, dans les Pyrénées, si tu veux tracer un peu.

Les commentaires sont fermés.