Obligé de la raconter, celle-là…

1-panier-cadeau.jpg

Je ne pouvais pas laisser passer cette anecdote avant de partir.

Je vais faire des courses pour le fiston qui reste à la maison. Je reconnais un clochard perdu avec une bouteille d’eau au milieu des caisses automatiques. Grand seigneur, je prends sa bouteille et la mets avec mes courses. Il sort 30 centimes de sa poche. Je l’encourage à les y remettre. Ce qu’il fait en me remerciant vaguement. Une fois réglé mon dû, je lui donne sa bouteille et mets mes courses dans le pochon, comme ils disent ici. J’entends crier « Monsieur ! ». Je me retourne. Le clochard se faisait alpaguer parce qu’il partait avec la bouteille d’eau, mais aussi un panier rempli de bières. En montrant le panier il dit dans ma direction « c’est le monsieur ! ». Ok, j’ai beau ne pas être de droite, ‘faudrait voir à pas me prendre non plus pour un con ! 

Rétrospectivement, j’étais un peu étonné de voir un clodo boire de l’eau, me félicitant de voir la preuve qu’on pouvait tordre le cou à quelques idées reçues. C’est moi qui vais me choper un torticolis à ce rythme !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Obligé de la raconter, celle-là…

  1. serge barande dit :

    Ben mon pochon! Y en a qui s’emmerdent pas. D’un peu plus, t’allais au gnouf et pas chez les Ritals. Chienne de vie…

  2. hetre dit :

    Fais du bien à un baudet, il te rue au nez. En plus c’est un clodo cafteur… « monsieur l’agent, c’est ce monsieur »

  3. serge barande dit :

    T’as bien raison, Hêtre le Fagus, c’est là où on s’y attend le moins que la nique arrive. Je te laisse en le Haize hegoa de l’instant, le grand vent du sud. Peut-être sera-t-il capable, le vent des fous, de transformer les crapauds mendiants en buveux conséquents… Va savoir!

  4. hetre dit :

    Ii n’empêche qu’avec cet haize hégoa comme tu dis, je n’ai jamais autant vu de palombes de ma vie. Si ce sont des sédentaires, c’est la première fois que j’en vois autant sur la plaine de Nay. Tu devrais aller voir du côté de Sarre si elles reviennent toutes à la maison. Sinon le « pauvre Bernard », avec son bon cœur, il n’a pas de pot. Je parie qu’il donnerait un autogrophaphe pour la mère du flic qui lui a mis un PV (enfin c’est le flic qui met le PV…pas la mère).

  5. LN dit :

      http://www.youtube.com/watch?v=pkk3orXWtkI Et pas que les palombes, les grues aussi..

  6. Pascale dit :

    Je dois rectifier une vérité : Fais du bien à un baudet il te PETE au nez

  7. Pascale dit :

    Je tiens à rectifier une vérité : Fais du bien à un baudet il te PETE au nez.

  8. Le Guy dit :

    Ta bonté te perdra… bon ba moi je file demain sur La Guyane voir mon petit fils… mais Claire n’y est plus dommage ! retour le 15. He! n’oublie pas le 22 !

  9. serge barande dit :

    Purée! Un Intermittent en « Ritalie » et un Retraité qui va passer son courrou en Guyanne. En d’autres termes, des types qui ne s’enquiquinent pas! Pour sûr qu’à Sare, j’irai les visiter! Mais à l’automne prochain, quand elles reviendront avec leurs mômes, pour mon « festin de roi », et goûter leur abondance. Comme cette année (2013), où le 31 octobre, 634 000 ont survolé mon bonnet et mes jumelles. Quel pied ce foisonnement!!!   Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression qu’en l’absence du « référent », ce blog tourne quelque peu en bourrique. Et à ce sujet, je n’oserai vous causer en détail de ma dernière partie de belote, mais d’aucuns ont pris à pique ce soir-là. Y aurait-il un rapport… ? Et comme tout est finalement lié… hier soir très tard, je suis tombé à la telloche sur « La Femme et le Pantin », un vieux Duvivier d’avant le nouveau franc, en N&B, où La BB roulait dans la farine de sa jeunesse le bellâtre qui s’offrait. Et lycée de Versailles. Eh bien, ce fut moi qui tourna en bourrique, puisque je n’ai pas décroché avant d’en voir la fin. Chouettes acteurs et nostalgie.  

  10. Bernard Blancan dit :

    Va savoir, Charles..

  11. Bernard Blancan dit :

    C’est ton beau profil, chérie 

  12. Bernard Blancan dit :

    Bonne Guyanne, alors !

Les commentaires sont fermés.