Critique Sud-Coréenne

critiques.jpg

En Corée du Nord, on vote aujourd’hui. Et c’est vachement plus simple qu’ici car il n’y a qu’un seul candidat par canton. La question est de savoir si on sera plus près de 100% de votants ou de 98% (ce qui serait un gros désaveux).

Hier soir, j’ai raté un spectacle de théâtre d’un copain, alors j’ai vu The Grand Budapest Hôtel de Wes Anderson. Je suis fan de Wes Anderson. J’avais adoré Moonrise Kingdom de Wes Anderson. Et j’attendais de lui qu’il me surprenne encore, qu’il m’étonne, me fasse rêver. Malheureusement, je n’ai assisté qu’à un étalage vain de gags burlesques et de démonstration de mise-en-scène, avec un casting incroyable. Le tout dans un étalage de pognon, de décors, de gags, pour, finalement, pas grand-chose. Même le générique est un pompage de l’humour si réussi du film précédent. Comme si on avait dit à Wes, tu prends les mêmes, la même recette et tu nous fais un succès bis. Ben désolé, mais, je n’avais pas besoin qu’il me montre ce que j’avais déjà vu. J’espérais qu’il profiterait de l’opportunité de faire le prochain film pour inventer encore, changer de registre. Dommage.

En revanche, la critique, elle (voir photo), c’est comme en Corée du Nord. C’est bien, Wes Anderson ? Ouiiiiiiiiiiiii !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Critique Sud-Coréenne

  1. Pascale dit :

    Mouais tout ce tapage pour ça ! je suis d’accord avec Guy Lux !

  2. Bernard Blancan dit :

    Il est bien, ce Guy Lux, sur la route…

  3. Pascale dit :

    Faut aimer les visites d’outre tombe.

  4. serge barande dit :

    Effectivement, ces derniers temps je n’entendais que des éloges. Mais je me méfie des avis unanimes comme de la peste bubonneuse. J’irai pas. Le nouveau Wes est terne (J. Wayne).

  5. Bernard Blancan dit :

    Tu devrais y aller, histoire de promener le cleps !

  6. serge barande dit :

    NAN! Il a une sainte horreur du cinoche sud-coréen et des vieux hôtels rococos avec moquettes bourées d’acariens.

  7. Bernard Blancan dit :

    Aucune éducation…

Les commentaires sont fermés.