Premier roman presque bouclé

API-1466.jpg

Certainement pas justifié cette circulation en alternance pour une pollution de la semaine dernière mais, franchement, Paris avec deux fois moins de bagnoles un lundi, ça fait du bien quand même.

J’avais du mal à y croire vraiment, me demandant si j’en verrai un jour le bout. Pourtant, ça y est, je suis à l’épilogue de mon premier roman. Je ne sais pas ce qu’il vaut ni la vie qu’il aura. Je ne connais pas les chemins vers les éditeurs (les éditeurs sont venus à moi pour les précédents bouquins qui n’étaient pas des romans). En tout cas, il sera édité ou ne sera pas. Je n’envisage pas d’autoédition. À mon avis, il y en aura d’autres tant j’ai pris de plaisir à écrire celui-là.

Bon, j’en parle comme s’il était terminé. Il faut que je l’écrive tout de même cet épilogue qui encombre ma tête. Et puis il me faudra tout repasser, depuis la première page, avant de le confier aux corrections et à la critique du premier lecteur.

Content de lui, le Blancan ! Hé ho, ça fait pas de mal, de temps en temps.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour Premier roman presque bouclé

  1. Samuel Marès dit :

    Oui il faut être content ! je trouve que l’as écrit assez vite .

  2. Bernard Blancan dit :

    Commencé en mai 2012. Deux ans, c’est pas si rapide…

  3. serge barande dit :

    Tu « piaffes » de bonheur ! Je lui souhaite belle naissance et je me mets illico à tricotter des chaussons…

  4. mano dit :

    Allez un dernier effort, poussez monsieur, poussez! faut le sortir ce bébé! tiens en parlant de bébé, elles en sont où tes graines?

  5. hetre dit :

    C’est l’épilogue qui fait e livre ou le film. Alors prends ton temps. Joli cet oiseau. Il symbolise la fin du nuage toxique je parie.

  6. Bernard Blancan dit :

    Pas de feu de cheminée à cause des particules fines !

  7. Bernard Blancan dit :

    Alors mes graines, elles se portent très bien. Je ferai peut-être un article un de ces 4.

  8. Bernard Blancan dit :

    Bien d’accord avec toi pour l’épilogue…

  9. serge barande dit :

    Ce soir, le docu de France 2 va nous ramener vers les horizons du Voyage de La Veuve. (Et le docu qui suit, sur l’évolution du monde paysan entre 1945 et 1990, va nous mettre progressivement du pesticide dans l’eau du robinet, comme de l’openfield dans le bocage…) J’ai mal à ma campagne.

  10. Bernard Blancan dit :

    Moi, j’ai fait mal à ma compagne. Non, je déconne ! Hier, j’étais au ciné quand tu m’informais d’un fims à la télé 

  11. Pascale dit :

    C’est quand tu veux ! J’espère que c’est pas un pavé de 800 pages !

  12. Bernard Blancan dit :

    Tu parles, je suis une grosse feignasse  S’il en fait 150… Du petit roman, Madame. À la limite de la nouvelle. Tu vas me corriger ça en 3 coups de cul hier à Pau. Mais bon, ‘faut que je finisse (c’est presque) et que je relise moi-même et apporte quelques retouches.

  13. Pascale dit :

    C’était juste pour te rappeler que c’était pas pour rigoler.

  14. Bernard Blancan dit :

    Mais, je compte sur toi, ma belle !

  15. Pascale dit :

    Yes you can !

  16. Bernard Blancan dit :

    Attention ça va arriver vite !

  17. Pascale dit :

    ah oui au fait, j’ai oublié… j’ai une petite… GRANDE… exigence… Impossible pour moi de lire 150 pages  (même 10) sur écran. C’est possible de l’avoir en papier qui sent ?

  18. Bernard Blancan dit :

    alors là, t’es un peu chiante, quand même…

  19. Pascale dit :

    bon ben je ferai l’effort mais putain… un livre c’est en papier !

  20. Bernard Blancan dit :

    Oui, tu as raison, 1000 fois. Mais, en même temps, pour les corrections, ça se passe pas mal sur ordi. Au fait, t’en as un ?

  21. Pascale dit :

    Un ordi ? Pourquoi faire ?

  22. Bernard Blancan dit :

    un blog cinéma, par exemple !

  23. Pascale dit :

    Oula ! Je préfère la marche à pied !

  24. Bernard Blancan dit :

    m’étonne pas

Les commentaires sont fermés.