C’est grave ?

C'est grave ?

Un excès de sensibilité m’interdit l’accès à certains chefs-d’œuvre. Je ne sais pas s’il s’agit à proprement parler de sensibilité. Ce sont typiquement certaines situations qui me sont insupportables et me font quitter immédiatement le film. On peut bien me dire que « Au hasard Balthazar » de Bresson ou « Éléphant-man » de Lynch sont des monuments du cinéma, c’est plus fort que moi, je ne peux pas les regarder en entier. Le veilleur de nuit sadique qui maltraite Merry, je peux pas voir. Le voyou qui maltraite l’âne de Bresson, je peux pas non plus. Immédiatement, je m’identifie au monstre ou à l’âne. La cruauté des humains qui ont une emprise immorale sur des faibles, j’ai eu beau lire des contes dans mon enfance, la raison n’est jamais venue à bout de la terreur que je pouvais éprouver face à ces comportements. Ma seule issue : la fuite. Dès que je sens une ombre de maltraitance dans la réalisation (suivez mon regard) ou même la complaisance à mettre en scène le sadisme à l’encontre des innocents, y compris à des fins de dénonciation, je zappe.

C’est con, non ?

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour C’est grave ?

  1. Colette dit :

    Rassure toi Bernard, je fais pareil et pour moi, ce n’est pas de la fuite mais de la protection. Nous avons une sensibilité à fleur de peau et notre enfant intérieur, avec ses blessures, parlent. Je préfère être dans ce cas que certaines personnes qui sont indifférentes à toute souffrance humaine ou animale. Belle journée à toi

  2. mano dit :

    il arrive parfois qu’en lisant un livre ou en regardant un film, on ressente une émotion profonde de connivence avec les héros, une sensation de voir un bout de sa vie mise en image, et ça fait un bien fou cette sensation de n’être plus seul ou d’être enfin comprise. C’est ça que je ressentais enfant en regardant Eléphant man. Peut être que d’avoir été à la place du petit monstre dont tout le monde se moque, la laide qui fait peur, la bizarre qui dérange, me permet de voir ces films sans trop de douleur, c’est une cruauté que je connais, presque familière donc apprivoisée, je n’en ai plus peur. Par contre "la vie est belle" je ne pourrais plus le revoir, j’ai trop pleuré, des jours pour m’en remettre! chacun a ses limites… Arachnophobie non plus je ne peux pas mais ça c’est une autre histoire!… 🙂

  3. Bernard Blancan dit :

    Mais, c’est pas la mocheté du monstre qui me fait peur. Mais la cruauté qu’il subit…

  4. Sarah dit :

    Moi, il y a des livres, des films, des chansons qui me font pleurer et que je ne peux plus ni voir, lire, écouter, je suis comme vous, Cher Bernard, une sensibilité à fleur de peau, une détestation de la violence, de la cruauté des hommes envers d’autres êtres humains ou animaux, c’est comme ça, je suis comme ça, et je ne trouve pas cela con du tout d’être comme ça.

  5. Lydie dit :

    mééééééééééé… pourquoi tu as mis ça, je vais faire des cauchemars !!!

  6. serge barande dit :

    Pour avoir vu Elephant man à sa sortie (cinoche de Charleville-Mézières, en 79 ou 80, je sais plus… études obligent), en ayant vu une bande-annonce avant, j’avais amené des pierres. Je les lançais sur l’écran chaque fois qu’un empaffé l’emmerdait. M’ont viré du cinoche à coup de lattes. Obligé de leur dire que j’étais un être humain, pas un animal, pas un chien… Non! je déconne. Pas de caillasses. Vu le film jusqu’au bout, 3 rouleaux de sopaluche trempés et admiration pour l’acteur, couplé au dégoût de ce qui se passait réellement dans les "foires aux monstres". Décuplage de haine pour les fumiers qui utilisent le "handicap" des autres pour se faire de la thune. Et vigilance (ma petite taille m’interdit de tolérer le lancer de nains). Bref! J’en chie, mais je regarde jusqu’au bout. Et je ressors du cinoche, remonté comme une pendule! Et si, parfois, l’objectif du réalisateur, c’était cela. Réveiller la conscience en vue de progrès globaux. Je me dis ça parfois. Alors je résiste à l’envie de péter la gueule aux salopards (les pierres lancées…) et j’ai l’infime espoir, au cours du film, que le pot de terre nique le pot de fer. Et c’est pour assister à cette jouissance que je reste jusqu’au bout. Et tout du long, jusqu’à ce que ça arrive, je suis tendu et révolté, des pierres dans les mains et des insultes sur le bout de la langue. Et si tu savais comme ça me démange………

  7. mano dit :

    oui, BB, j’avais bien compris!

  8. hetre dit :

    Té ! pareils mais moi c’est quand je vois un élu que ça me fait fuir.

  9. Bernard Blancan dit :

    C’est pour ça que t’es un sage, toi…

  10. Bernard Blancan dit :

    Eux, ils me font pas peur du tout…

  11. Sarro Philippe dit :

    Que dire du premier film de David Lynch Eraserhead ? Ou bien de Freaks ? Ou encore de M le maudit ?

  12. Bernard Blancan dit :

    Même pas vu les 2 premiers…

  13. Pascale dit :

    Dans ce cas tu devrais voir 300 de Zach Snider… I crèvent tous et on a envie de les aider à trépasser !

  14. Bernard Blancan dit :

    Ça doit faire du bien…

  15. LN dit :

    Et le film " La Venus noire?" …

  16. Bernard Blancan dit :

    Po vu… 😉

Les commentaires sont fermés.