Dommages collatéraux

Dommages collatéraux

On apprend des tas de choses à ses enfants de façon explicite. On conseille, on aiguille. Et puis, de façon implicite, nos actes, ce que nous vivons, sont autant d’éléments qui les aident à se forger un point de vue. Un complément éducatif involontaire, en quelque sorte.

Mon fils le plus jeune suit un cours de théâtre. Étrange, comme choix. Voici deux semaines, le directeur de casting Français le plus célèbre est venu assister aux auditions du cours. Comme ce dernier était invité à l’émission Vivement dimanche qui sera diffusée dimanche, cette fois, il a convié tous les élèves du cours à venir grossir les rangs des spectateurs. Mon fils y est donc allé. C’était hier. Et comme dans l’actualité cinématographique il est question de Cannes, en cours d’émission, ont été montrés des extraits des grands moments du festival.

Bien sûr, il a été question de 2006 et du prix d’interprétation que nous avons reçu avec Jamel, Roschdy Zem, Sami Bouajila et Samy Naceri. Vous imaginez la fierté de mon fiston en me voyant à l’image. Manque de pot, comme d’habitude, sur le plateau, ils n’ont nommé que mes camarades de jeu. Ils n’ont oublié qu’un nom : le mien et, par voie de conséquence, celui de mon fils.

Une règle un peu débile peut-être oblige toute communication relative à un prix d’interprétation collectif à citer tous les noms. Ainsi, dans la presse, dès qu’on mentionne ce fameux prix, tous les noms des acteurs doivent figurer. Ce qui me vaut de voir mon nom apparaître ici ou là, dès que cet événement est évoqué. Moi-même, quand j’écris publiquement sur le sujet, je donne la liste.

Si j’étais un gros con, je prendrais un avocat et… Mais quelle image donnerais-je à ce fils qui a déjà un nom pas tout neuf dans le métier. Un nom qui existe de façon floue.

Blancan… Blancan… vous êtes le fils de… Bernard Campan ?

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Dommages collatéraux

  1. mano dit :

    au moins il ne galèrera pas pour se faire un prénom… 🙂

  2. serge barande dit :

    De l’humour, du recul et de l’humour, un poil sarcastique. J’aime bien ! Bernard BLANCAN (presque) de Sainte-Marie-de-CAMPAN, histoire de mettre un peu plus de zizanie ! Et surtout, ne prend pas d’avocat, malheureux! Au prix où ils émargent… Et en plus, si tu tombes sur un type qui confond aussi les noms de famille, tu seras encore plus dans le caca.. Car Blancan, c’est quand même plus facile à retenir que Havanavananavavavicius… Tu vois, j’y arrive pas. Blancan, j’y arrive. Putain…! Deux syllabes avec deux fois AN, c’est fastoche quand même. Ça chantonne, même! Bon… obligé de donner conseil à autrui : Ennemi de la mnémotechnie, c’est pour toi : Alors… tu as deux syllabes dominées par deux fois le son "AN" (AAAANNNN, retiens déjà ça). Tu rajoutes un B comme Bernard, un L comme "L’est paLmé" et un C comme cinoche. Et voilà l’affaire! Sont pas doués en sons les garennes casteurs et les autres. Faut tout faire ici-bas!

  3. Lydie dit :

    mouais, dur pour le fiston, dur pour le père ; mais bon, tu fais ton chemin et il fera le sien ! 🙂 … Et puis, ne pas avoir cité ton nom, tiens, c’est justement… te mettre en exergue !

  4. Bernard Blancan dit :

    T’es pas doué, toi, pour les moyens mnémo… mémoti… enfin les machins, quoi !

  5. Bernard Blancan dit :

    😉

Les commentaires sont fermés.