Campagne en Village…

Campagne en Village...

Tournage au Village. Séquence « facile ». Une ferme. Un collabo caché. Pas trouvé. Comme à chaque fois qu’on tourne dans ces campagnes limousines, la question qui revient le plus souvent sur le plateau consiste à se demander s’il faut quitter Paris pour vivre à la campagne. Retrouver la terre ne laisse jamais indifférent le parigot.

Pour avoir vécu dans les campagnes profondes du Sud-Ouest, je sais aussi qu’on s’y emmerde un brin, quand même. Enfin, je sais plus trop. Peut-être pas davantage qu’à Paris. Le seul truc qui fait peur en province, c’est le syndrome Ville Morte à partir de 19 heures 55 tous les jours, le dimanche après-midi et le lundi. Forcément, dans une capitale, quel que soit le jour où l’heure, ça bouge.

Paradoxalement, le besoin de voir du monde autour de soi côtoie celui d’une forme d’anonymat. Quand tu sors dans ton village, les trois pelés que tu croises, tu les connais. Et c’est pas toujours agréable de croiser ce con de bidule à chaque fois que tu mets le nez dehors.

Bref, la question vivre à la ville ou vivre à la campagne n’avance jamais beaucoup. On a beau changer les piles, on finit toujours dans la même impasse normande : un appart à Paris et une maison à la campagne. Pourquoi pas une île en Grèce, tant qu’on y est !

Le soir nous fit quitter ces considérations bourgeoises pour d’autres, plus célestes. Un auteur pour ses personnages est une sorte de Dieu. Il fait naître l’un, mourir celui-là, tisse les destins, s’amuse. Hier soir, nous avions donc le pot de Dieu et de ses Saints : Saint-Estèphe, Saint-Julien et Saint-Joseph. À l’Angélus, la messe était dite. Soirée Villageosie…

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour Campagne en Village…

  1. LN dit :

    "Saint-Estèphe, Saint-Julien …." ….Et saint Emilion !! …m’enfin….Quant à l’île grecque, je prends…mais je me contenterais d’une maison là bas…;)

  2. Bernard Blancan dit :

    Rêves de riches… 😉

  3. LN dit :

    Tchi’n! A ta santé! 😉

  4. Bernard Blancan dit :

    À la tienne ! 😉

  5. mano dit :

    Je ne me suis jamais autant emmerdée qu’à Paris!

  6. Bernard Blancan dit :

    0 – 42 ans province et depuis, Paris. J’ai donc vécu les deux… du mal à départager 😉

  7. Samuel Marès dit :

    j’ai entendu ta voix samedi matin sur France Inter, vers 10h30 le réalisateur , je crois, du village était invité.

  8. Bernard Blancan dit :

    Tiens… j’étais pas au jus.

  9. serge barande dit :

    J’aime bien tes trois saints. Comme entre la ville et la campagne, je n’arrive pas à départager. Puis j’adore quand étant depuis longtemps dans l’une, j’ai envie de me rendre dans l’autre. Le même entre la montagne (l’été) et l’océan (hors été). En revanche, une île en Grèce… Je ne sais pas ce que je pourrai y faire, à part la cuisine. Mais pour ça, j’ai pas d’endroits préférés. Si t’attrapes un lapin au collet, dans ta campagne, envoie-le par la poste. Sans oublier de farfouiller sous les frênes, c’est encore la saison des morilles… Merde, j’ai faim !

  10. Bernard Blancan dit :

    Comme je suis en WE à Paris, le lapin, va falloir que j’aille chez le charcutier, pour le trouver !

  11. serge barande dit :

    C’est bien ce que je pensais, tout fout le camp… Je ne vais que pouvoir rêver à mon lapin aux morilles, tout ça parce que t’es en WE à la ville… (M’en fous, je vais me venger avec des émincés de poulet, champignons de Paris…, crème fraîche et curry, avé-du-pain-poil-au-lapin). Ben tu vois du monde au moins!… Puis, le petit épicier du coin, il est ouvert même après 19h55, y s’en fout lui du J.T. de TF1 et de l’heure "sacrée" et inaltérable de la soupe (avé du pain dedans avant le chabrot qui suit). Et même, avec un peu de bol, tu vas croiser des gens que tu ne connais pas, et qui t’emmerderont pas, ni toi ni ton môme (ça va M’sieur campan…!?)! Sont larges les artères de Paname et les voisins, anonymes et nombreux… Bon week-end mon pote!…

  12. Bernard Blancan dit :

    Bon weekend à toi, mes zigues !

  13. ravail dit :

    en quelles années on te verra dans un village français ?

  14. Bernard Blancan dit :

    Tu aurais pu me voir l’an dernier (saison 5, année 43) et tu m’y verras la prochaine saison (saison 6, année 44)…

  15. Lydie dit :

    Aaah non non non, on ne s’ennuie pas dans la campagne semi-profonde du S.O. !!! On cultive même l’imagination à défaut de potager (pour créer/entreprendre, d’accord faut se tourner vers NY !). C’est justement ptêtre moins superficiel que tout ce qui est proposé en grande ville 😉 D’un côté tu ratisses large et tu avales parfois sans trop réfléchir ; de l’autre tu es obligé de creuser un sillon… Et puis la pollution des transports ; t’y penses ? ouhlala !! En revanche, c’est vrai que ça revient moins cher de déposer en tours de vélo des manuscrits à Paris que de les poster ! Mais le vert n’est jamais ennuyeux, il re-source ! (évidemment, si j’habitais Paris (que j’apprécie juste en vacances)… je te lancerais mille arguments pour louer cette riche vie citadine ! 😉

  16. Bernard Blancan dit :

    Ben moi, j’ai trouvé le truc. J’habite à Paris et je tourne et pars en vacances dans des campagnes diverses.

  17. Lydie dit :

    yessss ! 😉

Les commentaires sont fermés.