Ça chauffe, ça chauffe…

Ça chauffe, ça chauffe...

Ce matin, j’étais à une post-synchro de La French ! J’ai pu constater que mon personnage était bien là. Et j’ai pu entrevoir des bouts de la belle French. Il vous faudra attendre la fin de l’année… J’adore la post-synchro.

Peu posté sur le blog ces derniers jours. C’est que je suis en état de gestation de la suite. Ça bouillonne dans la tête. Mais comme je ne veux pas commencer avant d’avoir le plan de tout ce que je veux lancer, je perds mon temps à télécharger des logiciels qui ne marchent pas pour transformer mon roman en ePub au cas où aucun éditeur n’en voudrait.

J’ai toujours trois jeux d’avance. Soit un éditeur prend. Soit j’édite à compte d’auteur. C’est une solution qui coûte mais il y a un distributeur qui alimente les librairies et des possibilités de presse. Soit j’autoédite. Ça coûte rien, ça rapporte un peu, mais ça impose de trouver soi-même les acheteurs et que ces derniers passent par un site qui met 10 jours à livrer. Bref, j’aimerais vraiment que le roman existe, quoi qu’il advienne. Mais là, j’attends. Et j’en ai encore pour deux bons mois…

De toute façon, il y aura aussi le film CATAPULTE. Et avant lui, un court-métrage mettant en scène mes protagonistes. Sauf que dans le court, ils ne seront pas les héros.

La cocotte-minute est à feu vif, il ne manque à la soupape qu’un peu de pression pour danser en faisant ses pchhh pchhh pchhh.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Ça chauffe, ça chauffe…

  1. serge barande dit :

    Quand ce sera cuit, dans ta cocotte-minute, on pourra déguster, des yeux en tout cas. (J’espère qu’il y aura des dés de jambon!)

  2. Bernard Blancan dit :

    toujours, des dés de jambon. Voire Dédé deux jambons…

  3. ravail dit :

    bonsoir je vois que ça chauffe en effet. pour ton roman voilà mon expérience: le mien a été édité par Publibook, l’intérêt c’est que l’on te fait la comptabilité. Et aujourd’hui un peu de pud sur le net, pour moi ce n’était pas encore le cas . par contre les droits d’auteur sont réduits au plus bas, mais comme j’ai un peu vendu par moi même bien sûr (il n’y a pas de distributeur) j’ai rentabilisé sans problèmes l’avance financière. voilà ce que je peux te dire sur mon édition. un dernier point une voisine est la belle mère de monsieur Gallimard, il m’a fait savoir qu’il ne pouvait pas intervenir dans les choix de sa directrice d’édition qui a tous pouvoirs.et comme madame travaille pour plusieurs maisons si elle te refuse tu es grillé dans plusieurs boutiques. snif bonne soirée François

  4. Bernard Blancan dit :

    Merci pour les infos 😉

  5. LN dit :

    PAN !!!!!!!!

  6. Bernard Blancan dit :

    ?

  7. LN dit :

    La cocotte a explosé…

  8. Bernard Blancan dit :

    C’est pas gentil…

  9. LN dit :

    Mais non, au contraire! Serge te dira que la cuisine dans un faitout (en fonte), c’est quand même mieux que dans une cocotte…Et ça n’explose pas….;) biz

  10. Hetre dit :

    Mais non le couvercle sert de CATAPULTE.

  11. serge barande dit :

    Ah oui, je préfère le faitout. Il fait tout et tu peux regarder facilement ce qu’il y a dedans, au fur et à mesure de l’évolution de la cuisson, en soulevant le couvercle, ce que tu ne peux pas faire avec… le crâne cervelé-cocote-minuté-soupapé-PAN. Puis, ça sent bon!

  12. Bernard Blancan dit :

    Vous me faites rire, tè !

  13. Pascale dit :

    Pas de tapis rouge cette année alors !!! Et finalement t’as essayé Numeriklivres ???

  14. Bernard Blancan dit :

    Ben, j’aimerais mieux un bouquin papier. On a ses valeurs…

  15. Pascale dit :

    Oh ben moi aussi, j’ai même pas de tablettes…

  16. Bernard Blancan dit :

    Si, tu as des tablettes. Mais lire un bouquin sur du chocolat…

  17. Lydie dit :

    quand c’est qu’on passe à table ??

  18. Lydie dit :

    Le livre-papier c’est beau ; ça se déguste, ça se pose ça se perd ça se reprend ça s’offre ; les pages tournées, bruit d’aile froissée ; son format sa couleur sa texture sa couverture, déjà une promesse, parfois déçue… être entouré de livres et ne savoir lequel choisir, le temps s’annihile… Le livre-papier est un voyage. On peut le retrouver endormi contre son coeur*, oui, le livre-papier a de la valeur. Mais le monde de l’édition se découvre cruel ; l’univers des grandes maisons n’appartient qu’à quelques puissants qui font la pluie et le beau temps ; et il y en a tellement de petities qu’on s’y perd ! http://stoni1983.over-blog.com/article-l-edition-numerique-et-l-auto-edition-solution-ou-arnaque-107990765.html Tu mdiras ce que tu en penses ? .*nota bene : on peut se retrouver avec un faitout si on a l’habitude de d’endormir avec un faitout 🙂

  19. Lydie dit :

    "petites" pas "petities"

Les commentaires sont fermés.