De l’espoir !

De l'espoir !

Ça y est ! Voté.

Pas facile de glisser un bulletin dans l’enveloppe. Ça accroche sur les bords. Ça n’a pas envie d’entrer.

Au XIXème siècle, ils avaient la chance de pouvoir s’interroger encore sur un modèle économique et social. Capitalisme ? Socialisme ? Aujourd’hui, la politique n’a plus que son impuissance à montrer. Le monde est géré par le commerce et la finance, administré par des technocrates, nos élus sont des professionnels, petits comptables sociaux du système qui vont mettre un peu plus de rose ici, du vert là, du bleu partout. Les seuls partis qui s’en sortent sont ceux qui s’affichent comme les gestionnaires assumés de la grosse machine à pognon et ceux qui font croire en une révolution nationaliste qui va couper le pays de l’emprise de l’extérieur.

C’est trop tard, les gars ! Maintenant, ce sont bien les marchands qui nous gouvernent. Nous ne sommes plus des électeurs mais des consommateurs. Nos démocraties ont été confisquées par les extracteurs de gaz et de pétrole et les fabricants de bouffe, les vendeurs d’eau, les pros du marketing, les marques, les armes…

Sans doute vous semblé-je un brin maussade. Non, non, je garde espoir. L’espoir il est sans doute dans la multiplication des microformes alternatives qui voient le jour un peu partout. Ces expériences solidaires qui inventent d’autres modes d’échange. Ceux qui s’engagent dans ces voies ont souvent les allures de babas cools néo ruraux, de marginaux qui devraient changer de coiffeur et prendre des pantalons à leur taille. Peu importe. Sans doute est-ce sur ce sentier qu’un monde nouveau est en train de s’inventer, où le collectif reprend du sens, où l’individu a sa place, où l’on préfère les courbes des filles à celle du chômage, où l’Homme retrouve sa place d’Homme.

Quand la machine à fric a étendu partout ses tentacules, se glissant par tous les interstices de l’État et donc dans l’organisation de la collectivité, dans les yeux, les oreilles et la tête des gens, c’est à l’échelle de l’individu et de son entourage proche que les possibles sont en train de germer. Et j’adore voir pousser les graines. La force de vie est impressionnante quand on se donne la peine de l’observer.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour De l’espoir !

  1. Hetre dit :

    Il serait temps que tu les magnétises ces graines. Bernard…Président ! Bernard…Président !

Les commentaires sont fermés.