Intermittents : vers une nouvelle trahison des socialistes ?

Intermittents : vers une nouvelle trahison des socialistes ?

Vous ne comprenez rien aux problèmes des intermittents ? Ne comptez pas sur moi pour vous faire un cours qui serait de toute façon ennuyeux. Mais bon, je vais quand même tenter de vous donner à y voir un peu plus clair. Dans les métiers du spectacle, du cinéma, de la musique, du théâtre, les salariés n’ont pas une activité continue. Techniciens et artistes enquillent des CDD de diverses durées, durant toute leur vie, au hasard des rencontres, des succès. C’est pour cette situation professionnelle précaire que des gens ont inventé un régime chômage spécial, adapté à cette réalité professionnelle. Le principe : chacun totalise tant de cachets dans une année pour ouvrir des droits à une indemnisation pendant les périodes d’inactivité de l’année suivante.

Quand on y regarde de plus près, il y a plusieurs réalités professionnelles selon les secteurs d’activité artistique. C’est ainsi que la télévision a été montrée du doigt à certains moments quand on a constaté que les techniciens qu’elle employait étaient en fait des permanents utilisés comme intermittents pour baisser les coûts de production et déléguer aux allocations chômage le complément de revenus de ces techniciens. Tout système trouve des candidats au détournement.

Régulièrement, on entend un flot de conneries sur ce régime comme l’idée que Catherine Deneuve et Gérard Depardieu sont intermittents. Je ne perdrai pas de temps sur ce type d’ineptie complètement fausse et impossible (plafonnement de salaires pris en compte, système de carence pour empêcher ce type d’absurdité, évidemment).

C’est une commission paritaire interprofessionnelle qui définit les droits des intermittents puisqu’il s’agit d’allocations chômage. Syndicats patronaux et de salariés. Et régulièrement, chaque négociation vient rogner ce système de la façon la plus absurde qui soit, comme si ces gens qui décident ignoraient totalement les réalités de ce secteur. En 2003, par exemple, on a décidé que ce n’était plus sur une année qu’il fallait faire son quota d’heures mais sur 8 mois pour les techniciens et 10,5 mois pour les artistes. De bidouilles en bidouilles, ceux qui galèrent le moins bénéficient du régime plein pot et les galériens n’ont qu’à espérer le RSA.

Pourtant, les intermittents eux-mêmes planchent depuis des décennies pour mieux adapter le système à la réalité et le rendre plus juste, plus équitable. Des propositions sont faites régulièrement pour une refonte du système. La dernière en date avait été signée par un certain Rebsamen en mars dernier, avant qu’il devienne ministre de l’emploi, justement.

Les dernières propositions du MEDEF et de la CFDT vont encore dans le sens de l’absurdité comptable. Ils ne savent pas trop où ils vont chercher les économies mais ils le font n’importe comment, en dépit du bon sens, renforçant à chaque fois les inégalités et éjectant les plus légitimes. Rebsamen, en mars, il était d’accord avec ce constat et il a signé les propositions soutenues par la coordination des intermittents, la CGT, CGC et FO. Qu’en est-il aujourd’hui ? Il s’apprête à signer l’accord MEDF/CFDT. On comprendra que les intermittents soient quelque peu en colère, se sentant trahis de tous côtés. Voilà pourquoi les festivals sont menacés d’annulations et que vous voyez des intermittents ramener leur fraise dès qu’ils le peuvent. Ce ne sont pas des privilégiés. Filipetti vous l’expliquait il y a peu : c’est toute une économie liée à l’administration, aux services et au commerce et des milliers d’emplois annexes qui vivent grâce à ce système original, au-delà des seuls artistes et techniciens.

Bref, cher gouvernement « socialiste », voici un nouvel endroit où seront jugées vos capacités à vous/nous trahir encore. À suivre. On vous attend. Signature le 18 juin par le gouvernement pour valider ou non l’accord MEDEF/CFDT. L’appel ? La pèle ? Plusieurs voix socialistes se sont élevées pour que le gouvernement ne valide pas cet accord (Anne Hidalgo, Martine Aubry…). La SRF (Société des Réalisateurs de Films), très proche de la CFDT a même fini par se bouger il y a quelques jours…

Cet article n’a pas pour objectif de défendre mes intérêts personnels. En ce moment je tourne et gagne suffisamment pour ne pas m’inquiéter pour les mois à venir. On n’est pas obligé de toujours se battre pour sa pomme.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Intermittents : vers une nouvelle trahison des socialistes ?

  1. serge barande dit :

    Comme toujours, et malgré ta phrase introductive qui dit que tu n’y arriveras pas… Eh bien tu y arrives parfaitement : Explications chronologiques claires, enjeux clairement définis et explicités, fourvoiements de chacun également très bien expliqués… Que dire de ta copie Mister Blancan… ? Il y a une intro qui s’auto-contrarie, certes, mais un développé qui s’épaule-jette, les éléments d’ensemble sont bien présents. Puis, tu amènes une conclusion parfaite, terminant par le "pas-moi-perso-mais-c’est-pas-une-raison", qui forcément tend vers la Raison. Donc, copie parfaite! Et comme la perfection ne viendra jamais, je te fourgue 19/20!!! Je souhaite juste vivement que ce que d’aucuns considèrent comme un privilège, sans l’analyse globale consentie (l’intermittence), ne soit pas remisée. Et, comme tu le soulignes si bien, que ce particularisme professionnel soit en toute bonne relativité (Einstein, ta gueule!) pris en compte, telle qu’est la réalité. Et non pas au sein d’un système global qui, finalement, n’intègre aucune différence, ne souhaite qu’un alignement panurgien des conditions professionnelles. Comparons donc le régime professionnel d’un transporteur européen sobre à celui d’un perchiste intermittent ivre, tant qu’on y est!!!… On peut aller loin comme ça…si l’on veut tout homogénéiser. Sujet de thèse d’esprit : De l’intermittence saisonnière du pêcheur professionnel d’anguilles, qui espère la montaison, ou l’attente de la monteuse intermittente sur le doc du pêcheur en question… Elle qui attend les images. Lui qui attend les anguilles. Réflexion et analyse sur le fond : Qui attendra le plus ? Espérera le plus ? En attendant le doc, je prépare la persillade. Au moins… si les décisions étatiques se perdent, je ne perds pas le Nord! Croisement d’orteils!

  2. serge barande dit :

    Une couche sup. Mardi dernier, un réalisateur "que tu connais", Philippe Laïk, nous a proposé "Le Voyageur de la Toussaint". Action chez les Ch’tis, dans le Dunkerquois. Simenon n’y était pas pour rien… De grandes interprètes pour une intrigue chiadée. Portraits de femmes comme je les aime. Bref! Je me suis régalé. Ras le fion du cinéma hollywoodien bruyant et insipide! La teneur de nos Terres me passionne davantage…

  3. Bernard Blancan dit :

    putain, je l’ai, mon bac pour Royan !!!!

  4. Bernard Blancan dit :

    pas vu, dis donc…

Les commentaires sont fermés.