De Karl Marx à Pierre Carles

De Karl Marx à Pierre Carles

Je viens de commander le coffret DVD d’une excellente série documentaire diffusée par Arte sur le capitalisme. On y apprend que notre système économico-polique mondial n’a rien de moderne mais se résume à la stricte application de concepts nés au XIXème siècle. On s’aperçoit aussi qu’un certain Karl max (que l’on a jeté dans la poubelle avec le mur) proposait une analyse très fine de ce que nous vivons aujourd’hui (et des solutions). Notre état économique n’est que la suite logique du libre-échange et du choix de la primauté de l’économique sur le politique et le social. Bref, ça nous raconte que, contrairement à l’espèce de fatalité qui fait que notre gouvernement se soucie davantage de questions de dettes que du bien vivre de ses concitoyens est un choix qui s’inscrit dans cette continuité capitaliste.

Pourtant, il existe quelques petits pays qui font l’expérience d’un socialisme démocratique et se foutent bien des règles imposées par le FMI. C’est par exemple de cas de la Bolivie où Evo Moralès vient d’être réélu ou encore de l’Équateur dirigé par un économiste socialiste, Rafaël Correa, qui affiche une croissance et un taux de chômage à faire pâlir nos dirigeants. Pourtant, on n’en parle pas. Ou si peu.

Pierre Carles est en train de réaliser un documentaire autour de ce personnage et du silence radio qui entoure ses visites à l’étranger. Ben oui, c’est con, il est instruit, bardé de diplômes, parle français et a l’audace de prouver qu’une autre politique est possible dès lors qu’elle tourne le dos au dictat de la finance et du capitalisme. Dans ce documentaire, Pierre Carles, comme à son habitude, s’interroge sur ce silence de la presse Française. Vous pouvez voir le premier volet de ce documentaire en cliquant ICI et même faire un don pour financer le second volet.

Voilà deux raisons qui expliquent le plaisir que j’ai eu de voir une petite affiche rouge dans ma rue… 

Cet article a été publié dans blancan, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour De Karl Marx à Pierre Carles

  1. Sarro Philippe dit :

    Ah! le vilain gauchiste archaïque. Je sais pas si Valls ira voir tes prochains films.

  2. Bernard Blancan dit :

    Il n’a pas compris que c’est son capitalisme qui l’est, archaïque… 😉

  3. Sarro Philippe dit :

    Yes! tout à fait d’accord. Mais si les journalistes français ne parlent pas de l’Equateur, il y a quand même certains qui s’y interesse, notamment des gens qui ici militent pour les "Biens communs" comme Michel Bauwens qui a lançé en Equateur un programme de recherche autour du peer to peer et du partage des connaissances (Flok society) ainsi que l’Institut de recherche et innovation (l’IRI) qui fait, avec le ministère de l’éducation de ce même pays un partenariat de recherche contributive sur les Digitals studies. Sur Flok society voir ici http://www.remixthecommons.org/2013/09/flok-society-un-projet-de-recherche-pour-la-transition-en-equateur/ Et une video d’une rencontre organisé par l’IRI et VECAM qui a eu lieu il y a une semaine entre Michel Bauwens et Bernard Stiegler directeur de l’IRI pour la Transition, une économie du partage de la connaissance et des biens communs http://polemictweet.com/pour-la-transition-une-conomie-du-partage-de-la-connaissance-et-des-biens-communs/polemicaltimeline.php#t=10.3

  4. Laurent dit :

    Merci beaucoup pour cet article Bernard. J’avais survolé le sujet. Les excuses des journalistes qui prennent le choix de ne pas traiter le sujet me font rire. Tout un système est en place pour exclure la moindre alternative aux politiques d’austérités mises en place. Correa a quand même un courage extraordinaire pour aller porter sa vérité en Europe et cracher sur le FMI… Qui dans le paysage politique Français (celui médiatisé du moins) pour suivre son exemple ? …

  5. Laurent dit :

    Juste une nuance entre l’Equateur et la France : Correa c’est appuyé sur le Pétrole pour relancer l’investissement public. On a pas la chance d’avoir des exploitations de pétrole vraiment conséquentes (ce qui vont dire gaz de schiste avec la fracturation = non!!). Mais on a des richesses en France, si elles ne sont pas forcement basées sur des matières premières, elles sont humaines. Mais on a un savoir faire que l’on vends à bas prix petit à petit…

  6. Bernard Blancan dit :

    Ok, Laurent, en effet. Mais avant Correa, ils avaient déjà du pétrole. Mais l’argent n’allait que vers les riches. Si on n’a pas de pétrole, on n’a pas non plus que des idées…

  7. Lydie dit :

    … et Groucho Marx, t’en penses quoi ?

  8. Laurent dit :

    Tu as raison Bernard, mais cela reste une manne financière "facile", et c’est d’autant plus courageux que beaucoup devais ce graisser dessus, et sûrement certains de pays extérieurs. Oui la France est un pays riche (ce que l’on essaye de nous faire oublier), et comme à l’équateur il y’a un énorme problème de redistribution…

Les commentaires sont fermés.