Quoi ma tête ?

jeune homme noir peur panique frayeur

Je pousse la porte du magasin qui tient davantage du vaste entrepôt. Éclairés au néon, lits et canapés affichent en rouge leurs prix avec rabais obligatoire. Le patron est au téléphone. Il déambule entre deux rangées de lits et se fend d’un signe de bienvenue sans pour autant mettre fin à sa conversation. Je m’avance vers le fond. Mon objectif : un matelas en 120 pour mon fils. Un homme plus jeune que le patron (et qui ne téléphone pas) surgit de derrière un gros pilier. Il me jauge de pied en cap, les yeux écarquillés et les sourcils froncés. Un vilain eczéma décore un coin de sa bouche. Sans doute une déco de Noël.

Sa tête reste figée dans une expression ahurie. Je pourrais penser qu’il me prend pour un SDF, pour un mec couvert de sang ou bien que j’ai un flingue à la main. Je n’arrive pas à savoir ce qu’il projette sur ma pomme. Il finit par lâcher : « je peux quelque chose pour vous ? ». Là, j’opte pour l’hypothèse que je suis pour lui un malade échappé de l’asile et plutôt mal en point, vêtements déchirés, plaies ouvertes sur le visage.

J’aurais envie de lui répondre que je veux un kilo de clémentines et la caisse, tant que j’y suis. En tout cas, je prends un temps un peu trop long pour lui dire que je veux juste un matelas (ce qui est une évidence, puisque nous sommes précisément dans la zone des matelas). Je ne sais pas si c’est le son de ma voix, ou bien les mots rassurants que j’ai prononcés, mais l’homme s’est aussitôt apaisé.

Ça ne vous arrive jamais, à vous, de vous trouver face à quelqu’un à qui vous semblez faire peur ?

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Quoi ma tête ?

  1. hetre dit :

    Mis non! le pauvre gars il t’a vu dans un film (peut-être Hors la Loi) et il t’a pris pour un flic. Comme il n’a pas la conscience tranquile il a flippé sous son herpès. A moins qu’avec ta barbe d’Anselme il t’ait pris pour un gangster. Avec vous les acteurs il faut s’attendre à tout sur le plan apparences.

    • Blog Blancan dit :

      Il y a peut-être de ça. Il s’est dit « heu… je le connais… c’est un méchant… qui c’est, merde… le fisc ? la police ? les FFI ? »

  2. LN dit :

    Même avec la moustache et la barbiche d’Anselme, il n’y a pas de quoi resté figé de trouille..Ou alors, il t’a reconnu, il était plus intimidé que vert de peur…:-)

  3. Blog Blancan dit :

    Si c’est ça, l’effet que ça fait d’être reconnu… Non, mais ça m’arrive de temps en temps sans que ce soit cette explication, je crois.

  4. serge baerande dit :

    Merci de « l’avertissement »! Je sors ce soir d’une longue journée CA LPO Aquitaine. Pas eu donc le temps d’avoir regardé tes articles récents. Mais quand même juste le temps de te glisser que j’ai aimé le Village.

    On se lit bientôt… !
    La bise !

  5. Lili69 dit :

    Bonjour!
    Alors moi il y a quelques années je cherchais un canapé en cuir, j’ai demandé un canapé en cuir et le commercial à rigolé en m’indiquant que pour moi il ne pouvait me proposer qu’un clic clac! L’apparence ! Trop jeune je pense pour du cuir ! Pour vous, je penche aussi sur l’hypothèse selon laquelle vous avez été démasqué et reconnu!

  6. Blog Blancan dit :

    Ben, cette hypothèse, je ne l’avais même pas imaginée. En bon parano, je le prends contre moi…

  7. LN dit :

    Ouais, ben en attendant, y’a de drôles de petits avatars avec nos commentaires! 😉 Le mien me fait penser à un extraterrestre qui aurait avalé un parapluie en travers….Par contre, toi, on te reconnais bien, même caché par une grille et du maïs… 🙂

  8. LN dit :

    Oupsss, on te  » reconnait »…

  9. LN dit :

    Ah oui, le hasard…. 😛

  10. serge barande dit :

    Non Môsieur!!! N’enduit pas d’une couche d’erreur nos chers lecteurs!
    Je ne fus que « Furtivo », il y a très longtemps et sans Balou. Mon « côté Genevoix » est dans mes racines. Mais il y a aussi très longtemps que je préfère l’Oiseau Vivant à l’oiseau mort (Balou, lui, s’en fout, et c’est mon souci éducationnel…!).

Les commentaires sont fermés.