Village Français épisodes 3 et 4 de la saison 6

648x415_nade-dieu-marie-bernard-blancan-anselme-thierry-godard-raymond-schwartz-serie-un-village-francais

Ce soir, deux épisodes très forts du Village Français ! Vous me direz, c’est un pléonasme. Mais bon, pour Anselme, c’est un tournant important. Je ne peux en dire davantage, mais vous n’êtes pas au bout de vos surprises.

N’hésitez pas à vous lâcher sur les commentaires après la diffusion ! Demain, je vous raconterai la projection de La French. Je me demande si je m’habille pour y aller…

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

34 commentaires pour Village Français épisodes 3 et 4 de la saison 6

  1. serge barande dit :

    Je vais essayer d’arriver à suivre malgré un repas chez ma fille (couscous maison et Lussac-St-Emilion… nouveau concept… !)
    Mais toi, ce soir, habille-toi quand même un minimum, sinon tu vas nous faire la rhino à l’approche des frimas…

    • Blog Blancan dit :

      Si t’es trop bourré, t’auras qu’à le revoir en replay…;-)

      • serge barande dit :

        Mouais…! C’est celui-qui-dit-qui-y-est !
        Sinon, précision, c’était pas du Lussac, mais du Montagne-St-Emilion, mais le couscous était démoniaque !
        Mais au-delà… Au-delà…
        Bien que n’ayant pas le temps, ce fut haletant. En tout point de vue !
        Oui… car dinant tôt, j’ai pu tout voir !
        Outre la montée en puissance du rôle qui t’es accordé, j’insisterai sur l’extrême qualité du cadrage et de la photo. Ceci aussi, j’ai l’impression, monte en puissance. Certainement piloté par le réalisateur, mais quand même… Sur ces points-là, c’est vraiment super.
        Ensuite, « l’étude psycho » des protagonistes est vraiment impeccable. Bon… Godard et toi, j’adore, Audrey aussi… certes. Mais Pérore dirait à l’unisson, qu’en tant que « blogueur de chiotte », je ne suis pas objectif…
        Alors, de fait, je mettrai l’accent sur les autres acteurs. Qui qu’ils soient, sont imprégnés par leur composition, les fils de pute de collabo-miliciens, comme les plus résistants d’entre autres.
        Et celui qui m’impressionne entre tous, est « cet allemand-amant » d’Audrey, qui est d’un formidable charisme, avec ce rôle confus d’ambiguïté.
        A ce titre, et en cette époque, que le réalisateur – et/ou les scénaristes – aient tant appuyé sur l’ambiguïté de certains personnages, rend encore plus réaliste l’Histoire qui nous est comptée.
        C’est extrêmement poignant.
        Et comme je le disais ce soir à ma fille, au travers de cette « fiction », j’entends quelque part mon grand-père me compter tout ceci. Je n’avais que douze ou treize ans, mais celui-ci daignait parfois… me parler de ce cruel ou davantage – cela dépendait – plaisant passé.
        Et ces moments-là étaient extrêmement rares, car chez ces hommes-là, investis dans ces évènements-là, la parole demeurait rare. Aucune vantardise ne fleurissait nos soirées. Je prenais alors son témoignage, quand il voulait bien m’en (nous) en livrer quelques extraits.
        Au final, nous n’avons jamais rien su de ce, ou de tout ce qu’il avait accompli au service de nos Libertés de maintenant…
        Alors forcément, pour moi qui ai grandi avec, et surtout en l’attente de tout ceci, de quelque part revivre au travers de cela, tout ceci, c’est extrêmement chargé d’émotion, « d’identifications d’enfance », en quelque sorte.
        J’étais donc, ce soir, en face d’une fiction, mais aussi et par moments presque davantage dans mes souvenirs d’enfance, dans ceux de mon grand-père résistant… Ainsi l’imaginant.
        Alors, rien que pour cela, un grand merci.

        Et pour finir… Ne change rien Bernard ! Je n’ai en rien, en toi, perçu ou ressenti « les quelques moments de solitude » (ce dont tu nous parlais). Je te trouve vrai et sincère. Selon ta très grande manière et ta très belle habitude (Les LIP, Hors-la-Loi, etc…).
        Et quoi qu’en pérorent les pécores, c’est mon très sincère avis, et je le partage !
        Poursuis donc ce chemin-là, qui me ravit !!!

        Tu avias dit que l’on pouvait se lâcher ?… Eh bien sache que je me suis « un peu » limité sur ce domazne-là, tant ces deux épisodes et l’intensité de tous m’ont emballé.

        A suivre……………… Et des bises de continuité !

      • Blog Blancan dit :

        Non mais, quand je disait de se lâcher, je ne disais pas de lâcher Balou avec ! T’as vu mon flutal ?

  2. Lili69 dit :

    Bon choix de photo pour ce soir! Je pense qu’au final il vaut mieux avoir une bonne bouteille pendant ces épisodes bon courage…

  3. hetre dit :

    C’était du super !
    vivement mardi.

  4. LN dit :

    Ouffffffffff……Comment te dire…… 😦 J’en ai encore le plexus serré…

  5. Lydie dit :

    T’habiller… ?
    Eventuellement, sans le béret et les godillots… mais tu fais comme tu veux 😉

  6. Lili69 dit :

    Bonsoir,

    Même si je suis opposée à la vengeance … Go Anselme!!!!
    Épisodes très tristes où la libération laisse un goût amer …
    Mort de mon personnage préféré d’une manière atroce, j’aurais aimé traverser mon écran pour intervenir et hurler mais bon ce n’est qu’une série après tout …oui mais c’est aussi notre Histoire et c’est sûrement ce qui me révolte et apporte à cette série ce petit supplément d’âme.
    Bravo Bernard pour ce rôle de bourru au grand cœur (finalement) qui a vraiment bien sa place dans cette libération (j’espère que maintenant il pourra en profiter un peu!)

    Je terminerai mon petit commentaire par un compliment à tous les acteurs bien entendu mais surtout ce soir à Nade DIeu que je ne connaissais pas avant cette série et que j’ai vraiment adoré depuis le début, elle m’a bouleversée…je suis déçue de ne plus la voir aussi régulièrement maintenant…

    Bonne soirée d’avant première en bonne compagnie!

    • LN dit :

      Je suis bien de votre avis, Lili….Cet épisode était très difficile, on aurait dit que le village ne pouvait plus s’en sortir…
      La mort atroce de Marie , aussi brutale qu’inattendue, la colère et la douleur d’Anselme, celle de Raymond, et puis, la scene ou Muller tremble devant le revolver pointé sur lui et Hortense…
      Je le disais à Bernard, belle analyse de la nature humaine…..
      Tous les comédiens sont remarquables de justesse…J’attends evidemment la suite avec impatience, mais si vous l’avez déjà visionnée, ne dites rien… 😉

    • Blog Blancan dit :

      Mieux vaut être bourru au grand coeur que bourreau des coeurs.Merci pour le comm.

      • Lili69 dit :

        Ah …! peut peut être que dans la saison 7 Anselme peut être un bourreau des cœurs! »résistant » c’est une bonne carte de visite tout de même 😉 quand on voit comment certains couples improbables ont pu se former tout au long de la série !!!

      • Blog Blancan dit :

        Pour l’instant, je ne sais strictement rien sur Anselme en saison 7. Peut-être sera-t-il retourné à ses poules…

  7. Joël dit :

    je vais recopier cent fois !
    je verrai
    tu verras
    il verra
    nous verrons
    vous verrez
    ils verront

  8. Blog Blancan dit :

    Bon, là, je pars en tournage… Article et réponses en fin d’aprem.

  9. bordenave dit :

    sans brosse à reluire , bernard , prestation formidable . Tous les acteurs très biens . Par contre les enfants qui participent à ce tournage ne sont ils pas trop traumatisés ?
    Jeudi 16 nous mangeons chez vivette avec alain et famille ; de quoi allons nous parler ??????
    AMITIES JOJO

  10. bordenave dit :

    Rectificatif Bernard ,c’est la semaine prochaine jeudi 4 /12 que nous sommes à Oloron .
    Merci d’avoir éclairé ma réflexion concernant les enfants du village français .On apprend à tout âge (même à 74 « balais » ).
    JOJO

  11. Pascale dit :

    Pendre une fille avec une aussi jolie tresse, c’est pas humain.

  12. serge barande dit :

    Ton futal, je m’en occupe dans les commentaires des articles suivants. J’ai un peu de mal avec la nouvelle formule, à savoir quel article paraît avant le suivant. Du coup, comme ton futal, mes commentaires sont quelque peu décousus…

  13. Blog Blancan dit :

    Ton avatar te va si bien ! 😉

Les commentaires sont fermés.