Mon 2014

6a00d8345194a469e2019b03496da5970c

Je ne voulais pas le faire, cette année. Le petit exercice de la rétrospective. Le fameux petit coup de rétroviseur. Et puis bo, allez, j’y vais. Ça (me) montrera que je suis encore un peu dans le mood.

Alors 2014, ça commence avec la fin du tournage de COSMODRAMA de Philippe Fernandez (sortie avril 2015).

Je reçois aussi le Lutin du Court-Métrage pour mon documentaire RETOUR AUX SOURCES.

Deux prix sympas dans la foulée pour mon court-métrage OGRES NIAIS qui est diffusé en mars sur France 2.

Je tourne pour UN VILLAGE FRANÇAIS dont la première moitié de la saison 6 est diffusée en fin d’automne.

En avril sort mon bouquin SI J’ÉTAIS GUÉRISSEUR. Épuisé très vite, il est réédité en août. Nombreux articles (Clés, Ça m’intéresse, Inexploré…).

Je tourne aussi dans un court-métrage de Jacques Joussaume, LE MAILLOT JAUNE et dans une télé réalisée par Julien Despaux, Meurtres à Carcassonne.

En fin d’année, sortie de LA FRENCH de Cédric Jimenez qui me vaudra quelques éloges pour mon rôle du commissaire Lucien Aimé-Blanc.

Mon premier roman, CATAPULTE est prêt pour une sortie début 2015 chez Persée.

Finalement, 2014, ça aura été pas trop mal, je trouve…

Vous retrouverez tout ça dans les rubriques C’EST QUI, CE BLANCAN ?, LIVRES signés BB et Mes FILMS à moi

Retour au pays

IMG_1996

Amsterdam. À la sortie d’un parc, trois grands portails sont ouverts, l’un à côté de l’autre. Une trentaine de cyclistes sont rangés devant le portail central et attendent que le feu passe au vert pour s’engager sur la piste cyclable qui démarre à cet endroit. C’est ça la Hollande. En France, ceux de derrière auraient sonné, voire lancé quelque insulte, d’autres se seraient précipité vers les portails réservés aux piétons.

En Hollande, ça ne klaxonne pas, ça n’insulte pas. Les gens semblent vivre dans un grand respect mutuel, une application des règles qui permettent la douceur de vivre. On devine que chacun est responsable. Tu croises un mec qui râle dans la rue. Cherche pas. C’est un Français. Jamais content le Français.

Les commerçants, c’est pareil. Ils n’oublient jamais que le client qui entre dans la boutique ou le café vient apporter quelques sous. Alors on est sympa avec lui. On dit bonjour, au revoir, avec le sourire.

À chaque fois que je vais dans un pays nordique, je me dis que la France est un pays impossible à gouverner. Une patrie d’égos qui cherchent toujours à désigner un fautif.

Bref. Retour au pays. Il faudra un jour que je me fasse à l’idée que je suis Français. Pas trop d’inquiétude quand même. En bon Français, présentement, je ne me prive pas de désigner un responsable : les Français. C’est sans doute que j’en suis…

Mauvaise ambiance

eurk

Putain, elles commencent mal, les fêtes. Deux fêlés font un cadeau de Noël aux fachos. Il est temps de prendre des vacances pour ne pas me faire un ulcère. De part et d’autre, les cons donnent de la voix.

Que l’année qui s’annonce apporte de l’amour et une légère augmentation du QI à ceux qui se nourrissent de haine.

Bonnes fêtes !

IMG_1963

Me voilà pour la première fois membre de l’académie des César. Je suis allé chercher mon petit colis ce matin. Ça veut dire que je vais pouvoir me rattraper sur tous les films que j’ai ratés au cours de l’année. Période ciné max.

J’en profite pour signaler que le blog va fonctionner au ralenti jusqu’à la rentrée. Et pour vous souhaiter de bonnes fêtes (vacances, famille, amis…). Une chose est sûre : désormais, les jours s’allongent.

LA FRENCH, ils ont aimé à 100% !

sondage

J’ai réalisé pour mon blog un sondage sur LA FRENCH. Je l’avais commandé à la société Marseillaise Maaskri Opi-Gnon.

95 lecteurs ont participé au sondage. Résultat très encourageant : 100% des spectateurs émettent un avis positif !

Si vous n’y êtes pas encore allé, veuillez me communiquer vos coordonnées que je les passe à deux copains (Marco et Francky). Ils viendront chez vous pour vous proposer quelques arguments.

Non, sérieux, la seule chose que vous risquiez à y aller, c’est de passer un bon moment. Au pire. Et vous me remercierez quoi qu’il arrive.

Une putain de pieuvre !

pieuvreVoyez ou revoyez « une putain de pieuvre ». C’est évidemment dans LA FRENCH !

Vous cliquez sur l’image, et c’est parti…

Votre avis sur La French, c’est toujours ICI . Vous pouvez voter sur la même page (pour l’instant : 90 votants. Plus que 10…heu 5, maintenant).

Allez, les retardataires, on lâche rien et on va voir LA FRENCH ! C’est les vacances… Merci.

Choix…

balance-21288

Je me bats entre un projet de documentaire sur la politique et un projet de roman. Le dernier, je le sens bien. J’ai la structure, les personnages, le titre, le début, la fin. Je n’ai plu qu’à y aller. Pour le docu, c’est plus compliqué. Il nécessite beaucoup de travail. Et la question est de savoir si j’ai envie de le faire.

Hier, par exemple, j’écoutais une émission sur l’école et le système de notation. Des spécialistes estimaient que les notes étaient discriminatoires, ne servaient qu’à valoriser ceux qui n’en ont pas besoin et à enterrer les plus faibles. C’est une évidence. Le meilleur moyen d’éduquer consiste à accompagner chacun. Mais bon, ce sont des mots qui vont à l’encontre de la pensée dominante : il faut des repères, des échelles de valeur, situer et se situer par rapport aux autres. Quand on étudie la question, les réponses vont toujours à l’encontre de ce que pensent les gens. Pour la plupart, rien ne vaut les bonnes vieilles méthodes avec le maître sévère, l’ordre et la discipline. On sait pourtant que ça fabrique une classe dominante et une classe soumise. Mais dans l’ordre. La pensée humaniste, égalitaire n’est plus en vogue du tout.

Alors, si je fais un docu sur la politique, tel que je l’imagine, ce qu’il en ressortirait vraisemblablement, c’est que notre système politique est moribond, peu démocratique, asservi au dictat d’une économie qui n’est en fait que l’application chiffrée d’une idéologie, elle-même dissimilée sous un masque de fatalité comptable. S’ajoute à cela la vison à court-terme imposée par le filtre médiatique, lui-même fonctionnant sur un schéma mercantile (audimat et de parts de marché). La pensée est noyée dans l’émotionnel. La question n’est pas d’informer, mais de vendre des émotions : peurs ou illusions. Quand tu dis ça, tu passes pour un dépressif.

Même si, pour certains d’entre nous, ces données sont une évidence, les réponses du plus grand nombre nous font avancer vers un système politique encore plus étriqué, injuste, autoritaire, excluant ce qui pose problème plutôt que d’œuvrer pour le vivre ensemble. Bref, les pistes concrètes pour 2017, c’est l’UMP ou le FN.

Forcément, je me pose la question du pourquoi faire un documentaire à contre courant, qui peinera à trouver du financement, demandera une énergie folle et dont je sais à l’avance qu’il ne changera rien. Tout juste conforterait-il ceux qui pensent comme moi et me positionnerait-il comme trublion rêveur aux yeux des autres.

Au moins, dans le roman, ma vision passera-t-elle l’air de rien, au gré de tel paragraphe, dans les mots de tel personnage. Le tout s’inscrivant dans le champ de la distraction, du plaisir et du jeu, du potentiellement vendable.

Telles sont les pauvres considérations qui m’habitent aujourd’hui. Et en ayant écrit cet article, il semble couler de source que, pour m’exprimer, je dois passer par des choses moins sérieuses qu’un docu militant.

D’ailleurs, quand je fais des articles « sérieux », ils sont moins likés… 😉

Deux lettres qui font plaisir…

nws2zfwk

Je suis passé à côté de la diffusion d’Indigènes, hier soir, sur France O. Je ne l’aurais pas regardé encore (je le connais un peu beaucoup). Mais j’aurais fait passer l’info. Je vois qu’elle n’est pas passée inaperçue pour certains.

Ce matin, j’ai eu le plaisir de recevoir un courrier de mon éditeur préféré. Un vrai courrier. Je me trouve confus de lui avoir envoyé une version trop fraîche du manuscrit (largement retouché depuis). Mais ses mots sont vraiment très encourageants. Et puis, j’avoue que savais à l’avance que Catapulte ne s’inscrivait pas vraiment dans sa ligne éditoriale.

De toute façon, maintenant, il est édité (sortie début janvier). J’ai hâte que vous puissiez le lire à votre tour. Après les fêtes, je vous communiquerai tous les moyens de vous le procurer. J’ai déjà deux trois idées pour communiquer de façon participative. Ça devrait vous amuser… En attendant, les pressés peuvent précommander ICI pour une livraison le 7 janvier !

Dans la boîte aux lettres, il y avait aussi une carte postale disant juste « Bravo pour ton Lucien ! » avec un timbre marqué « Bravo ». Et c’est une démarche tellement désintéressée, que l’expéditeur n’a pas signé. Bon, j’ai deux trois pistes…

Sinon, ben, on va attendre les fêtes, non ?