ENTRE DEUX

Tel est le titre du documentaire pour lequel je viens de passer la journée à la rédaction du premier dossier. J’ai fait un petit teaser rapide pour donner le ton…

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour ENTRE DEUX

  1. LN dit :

    Je connais ton prochain livre….Il est génial !
    Promis, je ne dis plus rien !!
    😉

  2. Iris Lagrange dit :

    Alors, je connais le deux, le trois et le quatre, et j’aimerai beaucoup connaitre le un, celui qui n’a pas marché du tout :p … ma libraire ne sait pas comment se le procurer. S’il t’en reste au grenier, je suis preneuse 😉

  3. serge barande dit :

    Je vois que « Journal d’un Comédien » prête à curiosité et intérêt.
    Et je m’en réjouis !
    Pour diverses raisons. [La première est que Balou n’est pas mis en cause (je déconne… !)]

    Pour le Ton général, déjà. Et parce qu’il n’y en a pas qu’Un seul et Unique – et lancinant – mais une foultitude de Tons !
    Comme d’ailleurs, la vie de saltimbanque (merde, j’ai écrit « banque » sans le vouloir) se propose à en vivre.

    C’est un vrai journal, fait de réflexions et de saillies dont l’intelligence maline et saugrenue prête à penser et, souvent, à rire. Et parfois, avec ce rire acide, emprunt de remontées gastriques – non pas celles de l’auteur, mais celles liées aux évènements parfois nourris d’ingratitude.

    Ou de coups de gueule – l’apanage avantageux de l’auteur – ou de déconnante et d’intox aux lecteurs, comme en ce 1er avril 2004 où le « Pas-encore-Palmé » prétendrait qu’un certain Jean-Pierre Raff l’aurait contacté « pour un porte-feuille »… Oui… mais le sien, à lui !

    C’est aussi la belle occasion de voir se conjuguer le verbe « cachetonner », et non en le sens péjoratif dont on a l’usage. Mais de l’entendre en le sens noble du Gugusse qui en a sous la casquette et les semelles de godasses et qui, pas si mordicus que ça d’ailleurs, a envie de donner l’envie (Ta gueule Johnny !).

    Dès les premiers écrits :  » À mes collègues, comédiens de tout poil, vieilles carnes, aspirants, et à tous les curieux du derrière des rideaux « … On sait où le Lapin creuse son terrier, où le Latin nous livre son propos.

    L’auteur est une tendre teigne, un convaincu (en un seul mot, STP !), un gonze de convictions qui n’hésite pas à parfois foutre ses gros godillots sociétaux dans les vieux plats bourgeois du systus du cinoche, bien engoncé dans un conservatisme financier qui ferait s’horrifier l’inventeur (ou les inventeurs) des mots « créativité », « originalité », « liberté ». Au risque de se griller, façon lépidoptère hétérocère à la lumière des lampadaires.

    Ô combien certains, malgré les risques, font bien de continuer à oser ceci ! La chose devient rare. Tout un chacun gère avant tout son avenir… pensez donc… Frilosités multiples deviennent maîtresses des comportements. Allons donc… ne froissons donc pas les détenteurs de financements, caressons-les dans le bon sens du poil… bien souvent au détriment de toute créativité (je conchie quelque peu Hollywood…).

    Oh… je sais… « Le Bordelais a l’humour lourd. À moins qu’il soit méchant. Ou maladroit. » (p. 170).

    Je pourrais encore faire tartine de ces écrits-là. Mais ça va faire péter le blog, et ce sont encore les Intermittents de la technique qui vont en chier des bulles – comment vouliez-vous que j’évite d’écrire le mot « Intermittents »… Hein !!! ?

    Toujours est-il que j’avais grand désir de vous inciter à découvrir ce « Journal d’un Comédien » – et relancer les ventes… – pour toute cette diversité de ton que Bernard nous offre, qui ni plus ni moins, est le reflet d’une aventure humaine et professionnelle en un monde où il est illusoire de croire systématiquement que celui qui t’embrasse en public est de fait « ton frère » en l’intime.

    Putain ! Ça soulage !

    Ben oui… jamais l’occasion d’une « fiche de lecture » ne nous avait été ainsi prêtée concernant Ton Journal.
    Ben l’occasion fait le larron ! Car l’ouvrage vaut franchement le détour, entre poilades et importances de pensées. Un savant mélange, en fait : l’occasion de plaisanter sur divers domaines d’importance…

    « Vous comprenez maintenant pourquoi il a cet air idiot devant le sapin de Noël ? »

    Ton avocat…….

    S.

    • Blog Blancan dit :

      Putain, je vais te prendre comme agent littéraire. Aïe !!!!! Voila que ce putain de Momo me donne un grand coup sur la tête. Oh putain… Balou qui rapplique et lui saute dessus… je sors.

      • serge barande dit :

        C’est bon, j’ai calmé le Balou. Mais j’espère que Momo est droitier… car son bras gauche est en piteux état… ! Enfin… de ce que j’en vois d’ici, mon pendule accroché à mes jumelles…

      • Blog Blancan dit :

        T’as pas vu sa tête…

  4. Lydie dit :

    oh la la non, il n’a pas vu sa tête !!!

  5. Lydie dit :

    « Entre deux »… c’est le nom que j’avais donné à un de mes chapitres ! rhôôô… copieur !

Les commentaires sont fermés.