Catapulte : un bel article dans le Républicain

À lire sur le blog

À lire sur le blog

Voici donc le bel article de Sophie Marquette dans Le Républicain Sud-Gironde. Merci à Margotte qui a permis cette rencontre !

« Comédien, Bernard Blancan a relevé un nouveau défi, celui de l’écriture d’un roman. « Catapulte », sa première oeuvre de fiction éditée par les éditions Persée est parue depuis peu.

Acteur de cinéma, prix d’in­terprétation à Cannes en 2006 pour « Indigènes » de Rachid Bouchareb avec Jamel Deb­bouze, Sami Naceri, Roschdy Zem et Sami Bouajila , à l’écran dans « La French » et en tour­nage en ce moment sur la série « Un village français », il est l’auteur de « Catapulte ».

Il s’agit d’un roman court, un peu polar, un peu conte initiatique dont l’action se déroule entre Villandraut et Bazas. Léda, étu­diante de vingt-cinq ans, passe quelques jours dans une mai­son de famille pour terminer un mémoire. Un voisin trop présent, sourcier en herbe, un magnéti­seur charismatique, un homme blessé, des villageois curieux sont les personnages attachants d’une histoire un peu folle qui se dévore comme un polar. Un accident qui pourrait être un meurtre, des rencontres impro­bables, une machine infernale, la forêt et le théâtre de rue, c’est tous azimuts, y compris dans le coeur de l’héroïne que se cata­pultent les événements et les sentiments. B. Blancan à travers la fragilité de Léda observe aussi notre société en mutation, les doutes, les non-dits, les souf­frances enfouies avec distance et humour.

Pourquoi le Bazadais ? « Je suis aquitain, je suis venu me (re)poser à Uzeste d’abord puis en 1995, j’ai habité à Bazas, à l’ombre de la cathédrale. J’ai animé un atelier-théâtre au lycée puis ma carrière a dé­marré et je suis parti sur Paris. Je reviens régulièrement. Les paysages de la forêt landaise, les villages, les gens, l’atmos­phère convenaient parfaite­ment à l’environnement de mon récit. »

Les personnages de sourcier et de magnétiseur font penser à des rencontres locales. « Non », corrige l’auteur. « Des ren­contres récentes qui m’ont vivement intéressé, presque de façon obsessionnelle. J’ai témoigné de ces pratiques dans deux livres « Secrets de sourcier » et « Si j’étais gué­risseur », les personnages de Ludo et Brochat apportent une dimension un peu magique à l’histoire. »

Dans son blog, l’auteur évoque les difficultés de l’édition et sa décision d’éditer « Catapulte » à compte d’auteur. « Je suis un homme pressé, un édi­teur était intéressé, mais avec des délais trop longs pour moi, d’autres n’ont jamais répondu. Aujourd’hui, je suis heureux que mon livre trouve des lecteurs. » Quant à son écriture, il admet qu’elle se rapproche de l’écriture cinématographique. « Ce n’est pas une volonté mais cet avis est partagé, un scénario quasi idéal pour un film. » A suivre. »

Sophie Marquette

Si vous êtes du coin, vous pouvez le trouver en librairie à La Réole ou encore à Bazas. Sinon, vous trouverez comment le commander en cliquant ICI !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Catapulte : un bel article dans le Républicain

  1. serge barande dit :

    Chouette article qui, je trouve, résume assez bien le fond et la forme.

    Je trouve cependant dommage qu’Elle ait inscrit : « Un accident qui pourrait être un meurtre », dévoilant quelque peu « l’Affaire ».

    Mais au-delà de ce point de détail – qui, pour celui qui n’a pas lu, ne représente finalement pas grand chose – le contenu de cet article est très satisfaisant.

    Quant à la photo………………..
    Comme Balou, tu deviens un « dos argenté » ! En avançant en âge, le gris devient légion, transformant le brun ou le très brun d’autrefois…
    Et je sais, sur le grison des faits… « de quoi ce que c’est que je cause », aurait dit le « beau-frère de Victor Hugo »… le non-instruit de la famille…
    Tu sais bien… Celui qu’on invitait quand même au repas dominical… par communion…
    Hé… ! A cette époque, fallait pas fâcher, non plus !

    Et ce n’est pas par ces quelques termes futiles, que je te conseillerais quelque teinture.

    Y a un peu récemment « un type gratteux du manche » -un propice en l’ancienne téléphonie, je crois – qui nous a fait un album de fada intitulé « Grizzly »‘.
    Comme quoi….. T’es dans la bonne attitude du moment…

    Les années 2010 sont l’apanage des Grisons !

Les commentaires sont fermés.