Jury à Jouy-en-Josas

IMG_0950

Je n’aime pas trop cette position de membre de jury en festival, d’habitude. Mais cette fois-ci, tout a été très facile. Une bonne sélection de courts (merci à Franck Villette !) et des goûts assez communs pour notre petit groupe. C’est lors de ce même festival que j’avais eu le prix de la mise en scène pour Ogres Niais, l’an dernier.

Sur la photo, Catherine Barra (productrice), ma pomme, Alexis Desseaux (acteur, metteur en scène) et Théo Frilet (acteur). Absents de la photo, Didier Albessart et Martine Démaret.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Jury à Jouy-en-Josas

  1. serge barande dit :

    A la Pernaud…

    Jouy-en-Josas, paisible bourgade des Yvelines où il fait bon vivre. Son charme résidentiel cossu, sa verdure bucolique, ses tondeuses actives le samedi après-midi, ses piscines privatives si bien entretenues, ses haies de troène si bien taillées, son mobilier urbain et son éclairage nocturne dernier cri, ses commerçants si affables (mais chers, très chers…), les berlines impeccables si bien rangées dans leurs garages non moins impeccables… tiennent du Grand Versailles si proche. Et de l’Histoire de France, si présente.

    Depuis Jouy, si l’on prête bien l’oreille, on entendrait presque froufrouter les grandes fontaines, germer les si rares légumes, bourgeonner les orangers et feufeuiller les grands houppiers si bien pensés par Messieurs Le Nôtre et de La Quentinie, en le Parc voisin.

    Jouy est donc un havre de paix, si loin des turpitudes de la Grande Cité et de ses Vivantes Banlieues tumultueuses, fait de plénitude, de messes dominicales, de réceptions à l’Hôtel de Ville récompensant ces Dames oisives qui œuvrent par désœuvrement en quelque domaine caritatif.

    Mais presque de manière « subversive », Jouy s’autorise la programmation d’un festival de courts-métrages. Mazette ! Le Grain de sable en la paisible société bourgeoisante.

    Occasion y est donc prêtée pour quelques membres du jury de s’y rencontrer. Et si l’on en croit la photo, d’y retrouver jouvence et jeunesse… Bernard, tu y as rajeuni de dix ans !!!!! Jouy-en-Josas, espace de jouvence…!

    Et au final, le manquement du « journaliste », c’est qu’il ne conclut en rien concernant qui a reçu quoi !!!…
    [Il paraîtrait que dans les milieux bien informés, il se dit que le jury aurait décidé, peut-être, in fine, après trois jours et deux nuits d’âpres débats, que « ce » court-métrage (mince… le titre m’échappe) aurait remporté le prix de… (ben là aussi, j’ai un trou !).

    Morale : où que ce soit, t’es jury, tu rajeunis !

  2. LN dit :

    Bravo la coiffeuse ! On dirait bien un d’jeun, j’ai eu du mal à te reconnaitre dis donc!

Les commentaires sont fermés.