Diriger des acteurs comme on fait le sourcier

Russel Crow dans Water diviner (sourcier) ou La promesse d'une vie, sortie avril 2015

Russel Crow dans Water diviner (sourcier) ou La promesse d’une vie, sortie avril 2015

Ça valait la peine d’avoir un peu d’appréhension avant les sessions de tournage. Parce que, ça a été top. Toujours un immense plaisir d’inventer des situations, de chercher ce qui en chacun peut transformer les limites en atouts. Rencontrer. Explorer. Observer. Écouter. Creuser. Proposer. Je pense qu’on a déjà mis en boîte de belles choses dont les acteurs pourront être fiers. Et même si c’est imparfait, improvisé, tourné avec des moyens minimums, il restera à chacun l’impression de s’être dépassé, d’avoir compris deux ou trois choses sur lui et sur ce métier. Il faut dire qu’il y a eu un groupe extrêmement soudé, aux personnalités très complémentaires. Ce type de groupe où règne une forme de bienveillance et une saine émulation. Bref, je rentre très heureux de cette expérience.

Et pour finir le stage, on a improvisé des baguettes de sourcier. C’était une façon de faire éprouver aux chanceux pour qui ça a marché l’étrange sensation provoquée par ce curieux phénomène. Mais, au-delà, il s’agissait d’illustrer l’idée de lâcher prise, très en rapport avec le jeu d’acteur. Ne rien attendre. Laisser se produire quelque chose qui nous échappe et que l’on ne comprend pas.

Un extrait du film « La promesse d’une vie » dont le titre original est the Water Diviner (le sourcier). Sortie le 15 avril…

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Diriger des acteurs comme on fait le sourcier

  1. Iris Lagrange dit :

    Jolie, cette soif de vie, que tu transmets. Tu me fais penser à un puisatier qui ne cesserait de d’aller ‘creuser l’eau’ pour la partager, l’offrir. Bernard, le baptiseur 🙂

  2. hetre dit :

    Très symbolique cette image. Quoi que soit ce que tu cherches avec force, tu dois creuser, renforcer et te donner à fond pour enfin la récompense. Ainsi va de l’écrivain, de l’acteur, du réalisateur et finalement de tout ce qui motive une personne.
    On est heureux pour ce sourcier mais aussi pour toi et ce stage que tu as su animer avec ta sensibilité.

    Bravo !

  3. LN dit :

    Ah, je sais où tu as trouvé cette video .. 😉 N’empêche, la photo est belle, elle résume beaucoup d’émotions…

  4. Lydie dit :

    Impressionnant… ! Il sait nager au moins ?

  5. Lydie dit :

    Tiens, le hasard, je viens de voir dans un petit magazine gratuit de ce mois-ci l’interview d’une « magnétiseuse et sourcier »
    … les 2 sont donc souvent associés !?!

  6. Lydie dit :

    Jsais pas si ça te plaira…
    J’ai fait un peu de pub pour Catapulte, dans une p’tite émission de radio où j’étais invitée, ça passe lundi à 20h… (mince, je dois avoir un de ces axengueu de par ici ;o !)
    http://www.radio-entre-2-mers.com/la-grille-des-programmes/
    PS : l’ennui c’est que je me souviens plus à quel moment exact j’ai parlé de Catapulte ;( , ça t’aurait permis de zapper le reste !!

  7. Lydie dit :

    c’était pas ;( mais c’était 😦

  8. des moyens minimums…
    sépa minima ???

  9. Pascale dit :

    Putain, je revois ma Mouche qui se baladait dans la maison avec ses pailles et ses bouts de ferraille !!!
    Merci de me faire chialer.

    Je t’ai déjà dit que le dernier mail qu’il a écrit c’était à toi ?
    Je l’ai retrouvé !

  10. Pascale dit :

    Il a des gros bras Maximus !

  11. Lydie dit :

    Minima, minimums, même minimaux, cher Maître Capel O Vici 😉

  12. serge barande dit :

    Heureusement que le puits de Cache-Cache était plus confortable, moins humide…

Les commentaires sont fermés.