Bien, bien. Et vous ?

can-stock-photo_csp6567424

J’ai pas assuré. Voilà deux articles que j’enchainais en suivant les sondeurs sur un FN en tête, premier parti de France. L’horreur, pour moi, se situait dans cette perspective. Cette non réalisation de la catastrophe annoncée est d’une importance majeure.

Un vieux bulldozer rouillé sorti d’un hangar où il avait été remisé à l’issue de la seconde guerre mondiale. Trop heureux de l’avoir remis en route, ils ont voulu passer la seconde, mais l’embrayage a pété. L’engin a désormais moins de chances de parvenir à ses fins.

Après, que ce soit l’UMP qui arrive en tête, le PS qui se ramasse une raclée, tout cela est dans l’ordre des choses. À un peu plus du mi-mandat, c’est un grand classique que les élections locales sanctionnent le pouvoir en place. Président de droite, élections intermédiaires à gauche. Président de gauche, élections intermédiaires à droite. La France, quoi. Sans suivre mes amis de gauche qui le détestent, je trouve que Valls a assuré en s’investissant dans la campagne contre l’abstention et contre le FN. On pourrait penser qu’il est pour quelque chose dans l’atténuation de la catastrophe. Je sais bien qu’il est de bon ton, à gauche gauche, de comparer Valls à Sarkozy. J’invite ceux qui pensent cela à aller réécouter les discours de Valls à l’assemblée après les attentats, ou dernièrement, comment il a mouché la petite Lepen dans l’hémicycle. Tous les deux sont des énervés, si l’on veut, mais la teneur du discours, les valeurs humaines et le niveau de pensée ne sont pas du tout les mêmes. Ce n’est pas un détail.

Bref, l’UMP en tête et Sarkozy-ni-ni qui pavoise, ça me rassure, ça me détend. D’ici 2017, des tas de choses peuvent arriver. Je vais pouvoir bosser sur mes dossiers de documentaire.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Bien, bien. Et vous ?

  1. Iris Lagrange dit :

    Le français aime vociférer, et puis le moment venu … le moment venu, pour se donner bonne conscience, il mise sur la petite teigne plutôt que la grande. Une chose après l’autre, on respire à peine mieux … mais juste ce qu’il faut pour ne rien lâcher 😉

  2. Pascale dit :

    T’écoutes trop les sondages ma caille !

  3. serge barande dit :

    Ça craint moins que ça aurait pu craindre, mais je crains que ça craigne quand même jusqu’au bout de nos craintes !
    (j’avais plus qu’un verbe en magasin)

  4. hetre dit :

    « Le pape François a condamné samedi pour sa première visite à Naples les organisations mafieuses « qui exploitent et corrompent les jeunes, les pauvres et les défavorisés » et la corruption qui « pue » dans une métropole marquée par la crise et la précarité. »

    Sa prochaine visite est prévue à Neuilly après l’avènement UMP aux départementales.

  5. Pascale dit :

    Chez moi on est FN à fond !
    Je sortirais bien en burqa tellement j’ai honte mais je risquerais de me faire lyncher…
    je me contente de regarder de travers tout le monde pour tenter de voir si vraiment
    une personne sur trois a fait ça…
    J’en connais un qui aurait pleuré de colère !

  6. Pascale dit :

    Je suis juste une Calamité !

  7. Anna dit :

    A propos de Valls: Paco Ibanez, passeur de mémoire, toujours lucide et rebelle à 81 balais a évoqué le « petit coq catalan »… Il a « mouché » la poulette malfaisante Le Pen? De là à penser qu’ils piaillent dans la même basse-cour…Merci de rappeler que les valeurs, le discours, la pensée ne sont pas les mêmes. Mais je crains que ses discours ne ressemblent à des ballons de baudruche, dès lors que ses actes politiques continuent à nourrir la basse-cour.

    • Blog Blancan dit :

      J’ai pu partager totalement ce point de vue. Mais, d’une part, on ne peut pas donner la responsabilité de la montée du FN aux seuls socialistes (trop simple). D’autre part, écoute les paroles du FN, de Sarko (ceux sont les mêmes) et de Valls (rien à voir). Je comprends la colère, l’échec des politiques libérales d’austérité, le capitalisme mondial générateur des mêmes inégalités partout, le scandale des salaires des PDG, la honte des actionnaires et spéculateurs, le racisme, l’homophobie, le machisme… mais pour moi, le responsable, je ne le vois pas incarné particulièrement par Valls. Pourquoi se mec énerve-t-il autant ? Que représente-t-il au fond ?

  8. Anna dit :

    Il représente la fausse gauche et ça fait mal. Regarde la photo du maire Valls quand il était dans l’opposition et qu’il organisait un parrainage républicain d’enfants de sans-papiers. Et puis il est devenu ministre de l’intérieur et il accepté (demandé?) que des enfants soient enfermés dans des centres de rétention et puis les Roms… Il est devenu 1er ministre et il est quand même aux manettes de cette politique qui n’est pas de gauche, non? Alors, si elle n’est pas de gauche, elle est de quoi? Les gens comme Valls ne seraient de gauche que dans l’opposition? Ou bien alors, tu veux dire que les politiques n’ont plus de prise sur le politique? Valls ne m’énerve pas, mais je trouve sa politique révoltante, Que représente-t’il? Ce que je combats, entre autres. Et je ne comprends pas qu’un mec comme toi tienne les propos que tu tiens sur ton blog depuis quelque temps et même ça me désole…Je ne suis pas obligée de les lire? Oui, c’est ce que je suis en train de me dire. Désolée!

    • Blog Blancan dit :

      Désolé de vous décevoir. Je n’ai pas pour vocation de me faire l’avocat de Valls. Juste j’aime bien défendre les boites de conserves sur lesquelles tout le monde tire. Le fond de ma pensée politique, il est rouge foncé, pas loin du noir. Mais en ces temps où tout est en surface, loin de la pensée, tout semble possible, le meilleur comme le pire. Et là, c’est le pire qui gronde. Vous ne l’entendez pas ? À côté de ça, le PS et sa politique libérale, c’est que dalle. Et cette politique internationale qui fabrique de la radicalisation religieuse, du terrorisme généralisé. Mais elle est où la gauche ? Nulle part. Les militants se barrent en couille quand ils n’ont pas grossi les rangs du FN. Et à sa tête, un ancien ministre socialiste gesticule pendant que d’autres anciens socialistes, ministres ou pas, préparent leur entrée.
      Bref. De toute façon, je ne suis pas un porte-voix. Journal d’un comédien. Et question comédie, j’ai de la concurrence… Désolé de vous décevoir. Mais je ne ferai rien pour aller contre. Je n’ai pas changé. Le monde lui est en train de le faire.

  9. Anna dit :

    Je ne crois pas être sourde, surtout au « pire qui gronde ». Le problème pour moi, ce sont les trahisons successives et les renoncements successifs qu’elles engendrent. Mais je ne vais pas continuer à alourdir ce blog. Ce que j’ai aimé chez l’auteur des « ogres niais » que j’avais rencontré avec bonheur à Anères, c’était ce mélange d’impertinence, de gravité, d’humanité et de profonde lucidité. Et aussi ce côté décalé, légèrement délirant mais tellement indispensable à nos vies que j’avais adoré dans « cache-cache ». J’emploie le passé car je ne les retrouve plus sur ce blog, dans lequel je ressens souvent comme une boursouflure de soi, comme un ego qui envahit l’écriture (pas supporté tout le tintouin autour de Catapulte) et récemment ce discours bobo de gauche (pléonasme), qui revient de manière récurrente et insistante sur les élections. Bref, j’espère que tu continueras à faire le bonheur de tes fidèles lecteurs dont je ne suis plus et te souhaite le meilleur.

    • Blog Blancan dit :

      Ouch… dans les gencives ! Que me vaut cette agressivité ?
      Boursouflure de soi parce que j’essaie de faire lire mon pauvre roman édité à compte d’auteur dont l’ambition affichée est d’avoir essayé de faire un roman de gare ? Un ego qui envahit l’écriture ? C’est vrai que c’est vilain et que je déteste ça aussi.
      Le fait d’être soi disant un bobo de gauche ? C’est comme ça que m’appellent avec sectarisme les gens de l’UMP et du FN.
      Anères… j’ai dit ici (et je le pense toujours) que c’est dans des expériences collectives à petites dimensions (comme celle d’Anères) que réside l’espoir de notre société future.
      Mais c’est là aussi, à Anères, que certains n’ont pas souhaité que je vienne tourner un court-métrage avec les gens du coin par a priori (un mec de Paris, pensez-donc !). Je ne pense pas avoir à recevoir de leçon d’ouverture d’esprit et d’humilité de la part de quelqu’un si prompt à juger aussi définitivement (et gratuitement) les autres. Bonne route à toi ! Ouf…

  10. Pascale dit :

    Oula elle nous l’a fâché la dame !!!

  11. Pascale dit :

    Absolument, ça couine, ça juge, c’est pas content,
    et ça n’a pas de blog !

Les commentaires sont fermés.