Déclic

argent-gaspillage

L’un de mes projets de documentaire portait sur la politique (gros mot aujourd’hui). L’idée partait du constat que le discours politique au sens noble du terme ne parvient plus. À la télé, on voit des personnalités qui représentent des marques (UMP, PS, FN, Front de Gauche, EELV…) mais on n’écoute plus ce qu’elles disent. J’avais donc l’idée d’un dispositif dans lequel des comédiens joueraient les discours des partis devant des gens qui devraient se faire un avis sans connaître l’étiquette. Et j’ai cogité, cogité, cogité… Jamais je ne parvenais à entamer l’écriture de ce dossier.

La semaine dernière, je prends la décision d’aller m’installer avec un carnet à la terrasse du Soleil, devant un thé à la menthe (bobo parfait). Et là, j’écris tout ce qui me passe par la tête et j’en arrive à la conclusion suivante : si l’on ne perçoit pas la teneur du discours politique relative à l’organisation de la vie concrète de la population, c’est qu’il n’existe pas, en fait. Ou si peu. De plus, chacun a conscience qu’une fois au pouvoir, les partis politiques n’ont plus aucune marge de manœuvre. Il doivent appliquer les règles dictées par tous ceux qui génèrent l’argent, de la finance à l’agroalimentaire en passant par les laboratoires pharmaceutiques les banques et les spéculateurs. Tous les lobbies glissent les lois du commerce en fonction de leurs intérêts propres, dans le cœur des lois votées par nos représentants. Les journaux appartiennent à des grands groupes. La Grèce peut bien élire Syriza, après deux mois de négociations avec les instances Européennes, elles demandent encore à l’État d’appliquer les réformes promises par son prédécesseur de droite. Et les seules réformes autorisées aux gouvernements sont celles qui régissent l’économie avant de s’intéresser à la vie des gens (rallongement de la durée du travail, suppression des droits sociaux, économies sur les budgets alloués au fonctionnement de l’État…). Sont-ce là les réformes qui répondent à l’humain ? Il faudrait être inhumain pour l’affirmer. Et pourtant…

Bref, je suis arrivé au constat caricatural que l’argent seul (et ceux qui le possèdent) dicte ses lois au mépris de l’humain et de la planète. Mmmmm, ça ressemble à un discours de gauche que le monde de l’argent et ses petits lieutenants à tôt fait de qualifier de dépassé, ringard, naïf, comme si le capitalisme était une espèce de fatalité à laquelle nous ne pourrions pas échapper, comme s’il s’agissait du seul moyen d’organiser la vie de la collectivité. C’est ce faux constat qui nous plonge tous dans une désaffection pour la chose politique et annule tout espoir de lendemain.

Qu’a dit Valls au soir des élections départementales ? C’est la faute de la désunion de la gauche. Il est con, lui ? Ou bien il nous prend pour des cons !? La question est bien de savoir pourquoi il n’y a pas eu union, quels éléments ont conduit à cette désunion. Et la réponse est simple : la politique menée depuis 2012 ! Donc, c’est la faute au gouvernement qu’il dirige et non pas aux partis qui affichent des programmes de gauche. Le problème est bien dans l’organisation de l’état et dans la grande fiction démocratique dans laquelle nous baignons jusque dans nos façons de concevoir nos écritures : chacun pour soi, avec efficacité et compétitivité.

Mais bref. Je ne vais pas rester dans cette déprime généralisée, ce sentiment d’impuissance qui conduit au repli sur soi (désiré par le monde du business), au démaillage du tissu social, au consumérisme, à la paranoïa sécuritaire, à la grande fiction construite chaque jour sur le ressort de la peur.

J’ai depuis un moment porté un regard intéressé aux utopies concrètes qui se développent dans nos campagnes (et en ville) et mettent en place un autre système de commerce, d’échange, d’agriculture, d’habitation…, des tas de pratiques qui ressemblent enfin à de vrais réformes de la façon de vivre ensemble.

Hier, direction ma libraire. Existe-t-il des bouquins qui recensent les expériences alternatives locales ? Y a-t-il des philosophes qui planchent sur la question pour imaginer la chose de façon plus globale ? Ben oui, m’a répondu ma libraire qui n’a pas reconnu l’auteur de Catapulte qu’elle avait congédié quelques semaines plus tôt. Et je suis reparti avec Les Défricheurs d’Éric Dupin et Commun de Pierre Dardot et Christian Laval. J’ai commencé à lire et me suis retrouvé avec une pêche d’enfer, une renaissance de l’espoir politique au vrai sens du terme, des perspectives concrètes et théoriques et, en prime, quelques éléments d’ouverture vers la possibilité de faire un film qui ressemble à ce à quoi j’aspire.

Merci les départementales !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

35 commentaires pour Déclic

  1. LN dit :

    La langue de bois 😉

  2. anita dit :

    Bon alors , ben j’crois bien que oui t’es dépassé, ringard … le bobo parfait au jour d’aujourd’hui il prend un chai latte … y me semble 😉

    des bouquins yen a plein
    le vieux « small is beautifull »
    et puis Kempf avec « fin de l’occident naissance du monde » après son « comment les riches détruisent la planète » … puis ya aussi le Pierre Rabhi avec « manifeste pour la terre et l’humanisme » et le mouvement Colibris …
    et d’autres encore
    bon c’est pas tout mais ya pas de jus dans la clôture et c’est pas les auteurs de thèses ou de bouquins qui vont trouver le truc qui fait masse ! 😉

    • Blog Blancan dit :

      Elle est pas solaire, ta clôture ? 😉 Bises à Nomade !

      • anita dit :

        ben ouais elle est solaire … même que c’est plutôt efficace, ya très longtemps que nous n’avons pas vu le soleil et à la sortie du plot ya encore du jus … ça n’empêche que quand sur le parcours le fil il touche un truc qu’il ne devrait pas ça fait masse … et là les chevrettes qui sentent, malgré le ciel encore chargé, que le printemps se réveille, hop, hop !! bourgeons, rosiers, jardin … elles s’en lèchent les babines.

      • Blog Blancan dit :

        Sacrées chèvres… 😉

  3. Pascale dit :

    Je vais finir par être d’accord avec la dame de l’autre jour…
    ça devient casse-couilles… euh, trop politique ici !

  4. Sarro Philippe dit :

    3 excellents livres sur le sujet

    Un million de révolutions tranquilles de Bénédicte Magné
    Vive la co-révolution de Anne-Sophie Novel
    Sauver le monde de Michel Bauwens

    Et le philosophe Patrick Viveret spécialiste de l’économie sociale et solidaire
    http://www.lecube.com/fr/patrick-viveret-les-rendez-vous-du-futur_2057

  5. Sarro Philippe dit :

    Et oui ! il y a plein d’autres alternatives « There are other alternatives » T.A.O.A
    et non « There is no alternative » le TINA de Thatcher.

  6. Sarro Philippe dit :

    L’UMP va changer de nom parce que une merde possible ça ne le faisait pas

  7. serge barande dit :

    J’aime bien le développement des monnaies locales, qui permettent de recentrer au plus proche les échanges économiques.
    Certes, il ne s’agit pas de multinationales et de leur nocivité retentissante.
    Mais ça fait bien plaisir que des idées pseudo-nouvelles, car ça existait y a plusieurs siècles de cela (en Béarn, Hêtre…, c’était quoi le xx Morlaas ?), pointent leur nez.

    Sur ton avis « politique » (lié doc ciné quand même) union/désunion, tu auras les pensées de Madame Taubira à ce sujet, demain dans l’OBS. Apparemment, Elle et Manu n’iront pas garder les chèvres ensemble, en juillet, en Haute-Provence ! (Il y aurait notamment un problème « de masse » (sociale) au niveau des clôtures solaires, j’ai cru comprendre…).

    Après, si j’avais le 06 de Najat, je lui conseillerais bien de rajouter à d’éventuels cours d’Éducation Civique, des cours d’Éducation Politique. Non pas pour prosélyter quoi que ce soit, mais pour bien expliquer le système dans lequel « les Gens d’ici » se doivent de surnager au quotidien. Éduquer et pouvoir contrecarrer la perte progressive du savoir (historique) en ce vaste sujet.

    Et toi, ainsi à la faveur des options ministérielles, tu pourrais voleter en ce chouette printemps vers le 33 et faire un doc sur les réflexions des « étudiants de la faculté primaire » de Loupiac, afin que l’on boive ces images et leurs mots.

    Et sinon : MORT AUX VACHES !!!

  8. LN dit :

    Et puis, la haute Provence, en ce moment, c’est très dangereux…( Même en Juillet)…

  9. Monnaie locale, monnaie locale…ici à Gironde sur Dropt, deux bobos sont venus nous présenter le projet ….sais pas comment ils s’ont sortis vivants de l’arène….je dis ça, je dis rien. Il faut rester « lucide »….et prudents.

    en revanche, je savais pas que boire du thé à la menthe c’était bobo…avec du sucre aussi ? ok je sors..aîe heu pas la tête heu ….

    et oui MORT AUX VACHES !!!

  10. Sarro Philippe dit :

    Si il y en a qui veulent participer à la solidarité sociale avec la Grèce c’est ici

    http://www.kisskissbankbank.com/de-peuple-a-peuple

Les commentaires sont fermés.