Content de lui, le mec !

NVE00001

Je suis dans une phase délirante où le film que je suis en train d’écrire me semble tellement bien que je commence à avoir peur qu’il tombe entre n’importe quelles mains. Pour être sûr que je reste en bonne santé mentale, je vais attendre les premières réactions de commissions d’aide à l’écriture.

Vous allez me dire : « pourquoi veux-tu des aides à l’écriture alors que tu es en train d’écrire ? » C’est tout simplement parce que j’ai écrit ce qu’on appelle un développement, une sorte de récit qui déroule le film. Le scénario, lui, dialoguera tout ça et précisera les choses davantage dans le détail.

On comprendra que je reste très discret quant à la teneur du scénario. Trop peur que l’idée circule sur la toile et ne soit piquée. Car, comme à mon habitude, j’ai pondu un truc étrange et qui ne ressemble pas à grand chose dans le paysage cinématographique français. Si je parviens à mes fins, j’envie déjà l’acteur qui jouera le rôle principal.

Et voilà, ça fait du bien, un petit billet très fier de soi. Et j’emmerde les envieux !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Content de lui, le mec !

  1. Poulain dit :

    Je suis de tout coeur avec toi et je te donne de l’energie( comme les jeux)
    J’attend avec impatience de recevoir catapulte ( commandé il ya ine semaine)
    En tout les cas vive ton authencité.

  2. serge barande dit :

    Le scénario ?…
    Fastoche : C’est un gars qui écrit un déroulé dans son bureau d’été, qui est très content mais pas tout le temps (qui se dit qu’artiste c’est bath mais poufff, des fois…) et qui l’envoie aux commissions d’aide à l’écriture (pour qu’elles l’aident à écrire le scénario, parce que là c’est juste un déroulé et qui faut pas que ça tombe entre n’importe quelles mains, sur la toile).

    Jusque là c’est simple.

    Mais c’est après que que ça se corse un poil. Les commissions n’ont jamais vu arriver ledit déroulé !
    Alors le gars, très fâché, descend dans la rue, armé comme un porte-avions, pour aller faire la peau aux membres des commissions. Mais là, ça se re-corse deux poils ! Poursuivi par une horde de rats de métro, il prend panique, jette son attirail dans le Canal Saint-Martin et s’abrite dans l’hôtel le plus proche, au Nord.
    Des passants l’ayant vu passer le croient trépassé puisqu’il s’est planqué et qu’ils ne le voient plus repasser.
    (A ce moment-là, y a un flash-back où l’on voit le gars faire le con avec une Simca 1000 gordini bleue – flash-back pour perdre le spectateur juvénile qui n’a jamais vu une Simca 1000 gordini bleue).

    Ensuite, y a eu un grand coup de vent et le déroulé s’est envolé… Pas pu lire la suite par-dessus l’épaule du gars (crotte de shit !)

    Mais j’ai mis mon fin limier maison sur le coup ! Y a LE Balou, tous naseaux dans le vent, lancé à la recherche du fameux déroulé… Lui promettant grande récompense s’il le retrouve (ai promis sachet familial de 5kg de croquettes au poulet) tout en lui indiquant qu’il pouvait, au passage, mordre deux-trois mollets, trois-quatre orteils en guise de pourboires de membres, voire de libraires.

    Là… il n’est pas encore rentré au bercail (la gueule ensanglantée)… Je ne sais donc rien de son enquête canine(s).

    Vous tiens au jus….

    S.

  3. Lydie dit :

    miom miom, tout ça me semble bien alléchant, avec le secret par-dessus… pourvu que ça se concrétise !! 🙂

  4. Lydie dit :

    euh… attends je réfléchis… : je te crois ou je te crois pas… ?

    😉

  5. serge barande dit :

    … LE Limier est rentré au bercail. Sans le déroulé, mais avec le bec portant des traces de sang. J’ai retrouvé entre ses incisives deux-trois fils de chaussettes DIM, de couleur noire. Comme y peut pas blairer les cadres dynamiques, l’a dû s’en croquer la cheville d’un.
    C’est bien Kiki !
    Tourner à Cadillac peut tourner à la folie. Mais c’est joli. Et si tu te dépêches, y a de bons poissons dans la Garonne, en ce moment… Qui remontent. Sans en abuser, en manger un l’an…

  6. Lydie dit :

    pas si dynamique que ça, le cadre… s’il a laissé du noir entre les dents du limier !! 😀

Les commentaires sont fermés.