Spectateurs, Catapulte, film… les nouvelles du jour.

tournesole-par-un-beau-temps-dete-d76a217e-62ea-4ba1-84b3-7044c9c1f281

Ce matin, à la terrasse de mon café du matin, un habitué me regarde avec insistance. Il s’approche de moi : vous n’avez pas joué dans La French ? Si, si. Ben bravo. Je l’ai vu il y a quelques jours, c’est super. Vous êtes super dedans ! Ça fait plaisir. Pourtant, j’ai de nouveau la barbe pour le prochain rôle… J’en profite pour vous rappeler que le DVD est sorti.

Cet après-midi, c’est une jeune femme qui m’accoste Place de la République pour me dire que je suis super dans Un Village Français. Pourtant, si j’avais bien ma barbe, je m’étais caché derrière des lunettes de soleil. Décidément, c’était le journée des retours sur travail. De spectateurs…

Sinon, tiens, je vous confirme que j’irai signer Catapulte et montrer mes films à Bazas du 4 au 6 juin. En septembre, ça sera à Bordeaux que je promènerai Catapulte. Les 26 et 27. Polar en cabanes… Qu’on se le dise !

Pour ceux qui ne peuvent pas venir et qui ne l’ont pas lu, tout est expliqué ICI pour vous le procurer.

Après tergiversations, j’ai fini par envoyer ma candidature à une résidence d’écriture pour mon projet de long-métrage. C’est une bonne journée, quoi.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Spectateurs, Catapulte, film… les nouvelles du jour.

  1. serge barande dit :

    « Ce matin, à la terrasse de mon café du matin »… Bobo, va !!! (smiley : je déconne et me marre – ouais… je sais… j’écris en toutes lettres mes smileys… mon côté rétro).

    Heureusement que quelques chalands qui te croisent, te reconnaissent ! En plus, ils ont la télé couleur maintenant ! Alors, c’est pas la peine de leur faire « à l’Américaine », lunettes noires sur le nez… T’as des physionomistes dans le lot (heureusement qu’on n’est pas en 45. Ouh putain… !).

    Après, on le sait, les acteurs n’arrêtent pas de changer de pilosité faciale, « pour le rôle » qu’ils disent… Tiens donc… Tu parles ! C’est pour faire les cakous devant les filles…
    Les filles, itou. C’est la coiffure qui bouge, teintes et formes. Eh oui… aussi pour faire les cakoues devant les garçons. Bien plus malines que les garçons, les filles. Équité quoi !

    Plus tard, tu vas venir en 33, graphiter Catapultes. Bonne nouvelle que ceci. L’occasion de se claquer la bise, plutôt en la Préf qu’en la Citadelle…

    Ce qui me peine c’est que tu entres en « résidence d’écriture »…
    Tu me diras où, je t’apporterai des oranges (et planquées sous la veste une bouteille de Loupiac, une autre de Pommerol, et si elle est fraîche, une alose).
    Et bon courage à l’issue de cette « bonne journée, quoi. » !…

    • Blog Blancan dit :

      La prochaine fois que tu me traites de bobo, je lâche Balou 😉

      • Tomaticha dit :

        Ce Balou, tout de même ! on voudrait bien voir sa bobine (Sa babine !) Depuis le temps qu’on en entend parler 😉

      • Blog Blancan dit :

        On l’a déjà vue… 😉

      • serge barande dit :

        Hé… ! Me lui fait pas un bazar à distance, façon clémentine…. Y dort, là (ouh putain, y dort. Et je dis ça sur la pointe du clavier, en toute discrétion, chuuuutttt).
        Sinon, tu vas me l’énerver et tout le monde aura « bobo ». Gavés de morsures qu’on sera tous ! Et sans smiley pour le coup ! Qu’avec du mercurochrome.
        Je te dis pas le niveau d’emmerde. Il a quand même les ratiches assez pourries et l’haleine fétide du Putois au réveil d’une nuit de libations, pour que ça s’infecte…
        Infectés de tout le corps qu’on va se retrouver tous ! Mon dieu, la sinécure !
        … L’a du bol que je l’aime le Balou !
        Oups ! Quicly-quicly… Je quitte la page, vla-t-y pas qu’il se réveille l’Engin !
        Et caftez pas, hein ! Rien dis sur lui, moi, aujourd’hui !
        Déconnez pas, mes mollets et bas de pantalons en dépendent.
        Et au prix actuel de la reprise d’ourlet chez la culottière, c’est un coup à me saigner. Et merde… pas le bon verbe, là !

      • Blog Blancan dit :

        Balou… tu m’entends ? Balou… va mordiller les mollets à pépère !

  2. serge barande dit :

    BB a « un dossier » (une photo) sur mon fauve à poils durs en bataille. Il ressemble « vaguement » à la Bête du Gévaudan, mais à une échelle… comment dire… « légèrement réduite ». (AÏE ! Merde, Balou a lu par-dessus mon épaule, et il n’a pas aimé du tout la fin de ma phrase ! M’a gnaqué un orteil cet empaffé !).
    Meuh non… je déconne ! C’est un kiki à roulettes (sans roupettes), du genre Yorkshire, gaulé chez « Miss SPA ». Neuf ans qu’il a, mais plus speed qu’à trois quand je l’ai récupéré. Une vraie terreur, pour les croquettes et les cleps plus gros que lui.
    Son exploit est une attaque sur un taureau d’une tonne cinq, au Pays basque ! Et là, je ne plaisante pas… Il est inconscient. Rien ne lui fait peur.
    Des fois, je le lache sciemment (mais virtuellement) sur divers libraires, producteurs, médecins des assurances, relecteurs de scénars, ou divers politiques qui gavent le BB. Des gens qui, après attaque de mon fauve, n’ont plus qu’à repriser leur bas de pantalons !
    Mais… Chut… n’allons pas nous l’énerver, là, car pour l’instant il pionce. Et ça me fait des vacances… !

  3. serge barande dit :

    Ah ouais, quand même te dire, sous l’angle de l’analyse botanique et photographique des plus pertinentes :
    TU PHOTOGRAPHIES DE TROP PRES LES BOUTONS-D’OR ! AHHHHHHHH !!!!!!
    Te l’ai pourtant toujours dit que la macro devait s’accomplir avec parcimonie…
    Carrément, là, on dirait un tournesol, quoi ! T’as trop zoomé… ou je sais pas ce que t’as fabriqué… Ou c’est ton appareil qui merdoie ? Je sais pas… Je sais plus, moi…
    En tout cas, ça reste jaune. Ça, ça reste à ton crédit.
    Allez… Concentre toi…
    Met ton kodak instamatic 133 sur « Soleil » (pas sur « pluie » ou « soleil voilé », quoi…), et fais nous des clichés de bouton-d’or corrects. Célèbre le printemps !
    (Même Balou, qui les bouffe, n’a pas reconnu le bouton-d’or ! Remarque, il engraisse moins comme ça.).

Les commentaires sont fermés.