Provence

IMG_2360

Première journée de répétition-repérage pour Toril. Bon, à part qu’il faisait plus beau à Paris, la région n’est pas mal. Et le film s’annonce très bien avec de super coéquipiers.

Mon personnage s’appelle Jean-Jacques Lucas. J’avais joué un de ses homonymes.

Pas de photos géniales à mettre en ligne. Alors j’en mets une prise du train lors du voyage aller…

21 réflexions sur « Provence »

  1. Il drope drôlement, ton train ! Ton Lucas est en cavale ? C’est lui qui drive la loco ?

    J'aime

  2. Sympa, cet ‘ins-Temps’ saisi … belle illustration du ‘soit-disant Temps qui passe’. Tu parles, Charles … enfin, Jean-Jacques … ou Bernard, …s’en fout le Temps ! Il n’a que cela à faire, nous regarder passer 😉

    J'aime

    1. J’ai quand même l’impression qu’il nous emporte un peu, le temps. Ou bien qu’il file avec une certain désinvolture, nous laissant à peine le temps de cligner des yeux.

      J'aime

      1. Le Temps nous regarde sans doute avec désinvolture, mais c’est bien nous qui le traversons. Nous l’avons créé pour accompagner ce passage, et lui, le bougre, figé dans ses secondes, il tourne en rond et nous observe … Et va savoir s’il n’envie pas, pauvre de lui, nos ‘déplacements’. Nous pensons qu’il nous échappe mais, finalement, c’est bien nous, un jour ou l’autre, qui le quitterons 😉 Bon euh, après une belle traversée et dans les meilleures conditions possibles hein … si possible :/ … 😉

        J'aime

  3. TORIL promet de « faire mal aux yeux » ! Le Directeur photo m’a l’air (Gustave) d’aimer le flou artistique, hein « Jean-Jacques » ? Tu le constates aussi… ? Ou alors, je galope chez l’ophtalmo des yeux pour les lunettes neuves, directo !
    En revanche, je ne me souviens plus dans quoi tu avais endossé le patronyme de Jean-Jacques Lucas. Peu importe, toi tu sais.
    Et c’est plaisir que tu sois en bonne compagnie de tournage.

    Côté météo, par contre, tu te plantes grave ! Aujourd’hui à Paris, il est tombé près de 40 cm de neige. Mais comme ça a fondu aussi sec, les types dans les bureaux z’ont rien capté. C’est pour ça que tu crois qu’à Paris, aujourd’hui, c’était mieux qu’en Provence.

    Heu… Je dis ça aussi parce que sinon y a LN qui va te tomber rapido sur le paletot :  » Quoi ! A Paris, y ferait plus beau qu’en Provence…!? Sont fadas ces Acteurs…! ».

    Et vu ce que tu tournes, prend quand même bien soin de ne pas de faire encorner « Jean-Jacques », des fois que le portillon s’ouvrirait au taurillon… Cuidau !

    PS : Évite les calebuts fuchsias aussi… Le taureau, on dit qu’il ne voit pas très bien les couleurs, y compris au travers des frocs, mais tu peux aussi tomber sur un con ! Hé… Y en a !!!.
    Mais tranquillise-toi, Le Balou est avec toi… Protecteur hors pair !
    Depuis que, muni de ses 4,8 kg, il a attaqué une bête de plus d’une tonne – à Estérençuby un jour d’automne 2013, sur un chemin qui ne menait nulle part – les gros cornus il les conchie !!! (« de leur race », qu’il me fait te dire. J’aurais pas osé moi-même…).
    Allez……. Bon tournage et réjouissante PROJO !

    J'aime

    1. Alors… Jean-Jacques, non. Mais Lucas, oui… 😉 Quant aux cornus, qu’il fasse gaffe à lui, quand même, le Balou. J’ai beaucoup de respect pour les vaches, même si ça n’est pas réciproque. Pour ce qui est de la météo, je n’invente rien.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.