10 réflexions sur « Changer d’air »

  1. Tiens, il n’y a pas longtemps, j’ai vu une chose extraordinaire : des BOTTES de paille !!!

    Parfaitement : extraordinaire !

    … on ne voit plus que des meules…

    J'aime

      1. Ah, tu appelles quoi, exactement, des « ballots » ?

        En fait je voulais dire que je ne vois plus maintenant de parallélépipèdes de foin (que j’ai toujours entendu nommer »bottes »),

        mais partout des grands cylindres, des grandes « roues », que j’appelle « meules » peut-être à tort ? (les meules étant plutôt les énormes tas un peu en vrac)

        Alors, les ballots, ce seraient lesquels ?

        Hééé… non, t’as pas le droit de dire que c’est moi !!
        Pour une fois que je te pose une question sérieuse 😉

        J'aime

      2. Ben non, en fait, les ballots, c’est un peu ce qui existe aujourd’hui. Ce dont tu parles, c’est les bottes. Mais je suis sûr qu’il y a plein d’autres noms. Avant les machines, on entassait la paille autour d’un piquet. Ça avait sans doute un nom…

        J'aime

  2. La campagne… La campagne… pas de quoi en faire un foin !

     » En ce moment, c’est rempli de citadins qui nourrissent moustiques et guêpes.
    Et vas-y qui te me les engraissent durant deux mois avec leur sang et leurs pelures de melon, et après c’est nous les Ruraux qu’on les a sur la couenne ces saloperies de bestioles qui pullulent sur le cul de nos bœufs. Oui Môsieur ! Jus-que-sur-le-cul-de-nos-bœufs !!!
    Et dès qu’il fait chaud… Paf ! Directo du cul des bœufs vers nos cuisines fraîches et sombres.
    On se ruine en rouleaux tue-mouches et on n’arrive même pas à les exterminer ces putains de bestioles!
    Aaaahhhh ! C’est ben plus facile avé les renards et les fouines, té! (autres saloperies ça !)… Avé tout le poison qu’on fout dans les prés, y en a quasi plus de cette vermine bouffeuse de poules. Et les buses avec ! Pi ceux qui restent, on te fait une opération déterrage avé les copains, le dimanche après-midi parce que le matin après la traite on file au bistrot. Et zou ! On les occit en main !
    Faut pas nous faire chier à la campagne ! On supporte pas la concurrence ! »

    C’était un (Faux) Message de CPNT, en faveur de la « Ruralité ».

    Allez… profite… Mais fais gaffe, en te baladant, de pas foutre ton pied dans un piège à mâchoires tout rouillé, de pas t’entraver dans des câbles de quelque installation de chasse et de bien fermer les portails à vaches pour pas qu’elles aillent faire du stop sur le réseau ferré ou routier départemental ! Et munit-toi d’un rouleau tue-mouches, doit y avoir des citadins pas loin de toi…

    Et sinon… bonnes vacances dans la Natûûûre !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.