Je pars témoigner à Souvignargues

appel-a-temoin

Descente dans le sud méditerranéen pour être témoin… d’un mariage. Celui d’un copain d’enfance. Comme quoi il n’y a pas d’âge pour faire des conner… heu, pour se marier !

Vous avez le weekend pour commenter !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Je pars témoigner à Souvignargues

  1. joël dit :

    Le discours, le discours…. Héhéhé !

  2. Lydie dit :

    Tu fais une « descente » dans le Sud ??

    … alors les caïds de Souvignargues vont pouvoir se tenir à carreau ! 😀

  3. serge barande dit :

    Sans t’offenser Lapin, t’es là en position de « Témoin »…
    J’en conclus donc que tu as vécu « l »accident », et que tu as donc, peu ou prou, assisté à l’accident des « autres Lapins »…
    Sinon… Comment vont les traumatismes ?
    Outre mes couillonnades, la Source du bonheur de ceux qui m’entourent,… reste à trouver…
    Tu veux pas venir, « baguettant » aidant ! ?…

  4. serge barande dit :

    Sur la conjoncture Bernard… Oh, une minauderie certes… Mais une petite niaise poésie de ma part, eu égard aux derniers Peuples Libres.
    La voici :

    Migrateurs au long cours.

    Là-bas loin, la Nature est bien plus qu’autre part Sauvage,
    Et sans demeurer chafouin, ce n’est pas un banal adage.
    Rennes et skuas, terre et ciel, ainsi se les partagent,
    Sans déférir, ciel clair et tempétueux nuages,
    De sorte que leur vie, jamais n’en prend ombrage.
    Nés d’une toundra, d’un autre lieu, d’un autre âge,
    Ils s’en iront, en leurs lendemains, sans bagage.
    Ils migreront ainsi, quoique soit leur jeune âge,
    Sans précaution aucune, avec risques mais sans ambages,
    Filant au travers des continents et des nuages,
    Vers leur horizons d’hiver, tant heureux présages…
    Arrivés à terme, en l’Afrique et ses paysages,
    A l’issue de grandes péripéties, et d’un si long voyage,
    Traçant ainsi sa route en moult paysages,
    Heureux l’Oiseau Libre qui fit un si beau voyage !

    Ceci, pour le pur et simple espace de liberté et de mise en image de ton blog … Hé-hé-hé !!!

  5. hetre dit :

    Très beau ! En plus s’il y avait eu fromage langage ramage et plumage, ça aurait pu faire un carton mondial.
    Mille excuses…c’est un dérapage.

  6. serge barande dit :

    Ah zut, je me suis raté le carton mondial !!! J’ai oublié fromage, et aussi ramage et plumage. Puis langage… Oh l’indigent que je suis !
    Sous l’orage naissant (= pluie de girolles), j’aperçois au loin un vieux renard tout mité, poursuivi par un jeune corbeau très fringuant. Je pense que ça va pas tarder à chier des bulles !…

Les commentaires sont fermés.