Daniel attend

daniel

Daniel est tailleur de pierre. Il se passionne aussi pour la construction écologique. Comme il peine à gagner sa vie dans la pierre, il donne des coups de mains à des copains qui construisent des maisons en bois, en terre. Daniel a toujours aimé construire, de toute façon. Il vit de petits chantiers à droite à gauche. Mais il n’est jamais aussi heureux que quand il a l’occasion d’être couvert de poussière de pierre.

Il y a un mois, un ami qui travaille au conseil régional lui a dit que, début août, un monsieur du ministère de la culture, du genre patrimoine, va passer dans la région et qu’il va le contacter. Il a un projet pour lui : la participation à la restauration d’une chapelle du XIème siècle. Le chantier débute en septembre.

Pensez donc, il est drôlement content, le Daniel. Et fier, en plus qu’on ait pensé à lui. S’il en est venu à tailler les pierres, c’est par amour de ces vielles églises, chapelles, abbayes. Ces constructions invincibles qui mêlent l’art et la géométrie, la symbolique, racontent les connaissances millénaires des bâtisseurs de l’époque. La fonction de ces édifices ne se limite pas à celle d’abriter. Ils servent aussi à représenter des mondes invisibles, des légendes, des croyances. La communion entre le rationnel et l’irrationnel. L’histoire des hommes, de leurs Saints et de leurs démons.

Seulement, début août, c’est commencé depuis 3 jours déjà, et Daniel, il n’a toujours pas de nouvelles. Ça veut dire qu’on l’a oublié ? Qu’on l’a remplacé ? Que le monsieur du ministère a décalé son voyage dans la région ? Doit-il dire à Benoit qu’il peut compter sur lui pour un petit chantier ? Doit-il commencer à réfléchir sur la finition de travaux dans sa propre maison ? Ce chantier, c’est autre chose. C’est une chance de se réaliser une nouvelle fois dans ce qu’il aime, c’est l’assurance d’observer encore, d’apprendre, de comprendre, de percer des mystères. Il y a septembre avec ce projet ou septembre sans ce projet. Et selon, ce n’est plus du tout le même mois de septembre. Le pauvre Daniel, sans nouvelles, il n’est plus bon à rien. Mais à rien. Il n’est bon qu’à attendre, le pauvre Daniel. C’est un inquiet.

C’était juste une façon de raconter ce que je vis ces jours-ci sans le faire directement.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Daniel attend

  1. Lulu dit :

    Il faut laisser faire le temps….

  2. serge barande dit :

    Mon Loulou,
    Bien dire à Raymond qu’il pense à dire à Daniel que septembre sera bien, été indien. Parce que si c’est Pascal qui s’en charge, via le Henri, Daniel y ne comprendrait pas ce que viendrait faire Henri dans l’affaire, lui qui a horreur des vieilles pierres (et puis Pierre ne peut pas le faire, y peut pas blairer Henri, Pascal et Raymond).
    Merci de bien dire cela à Raymond (sauf la fin…), pour éviter les quiproquos…
    Ta tante Arlette, depuis sa cabine de plage, qui soigne ses vieilles jambes aux bains de mer.

    • Blog Blancan dit :

      Bisous, Arlette !

      • serge barande dit :

        Tout pareil mon Loulou, merci.
        Pour te rassurer, les bains de mer me soulagent. L’arthrose régresse, mes jambes de pierre retrouvent leur allègre jeunesse. Je ne devrais pas te le dire (…!), mais ça me permet de recommencer à trottiner après les MNS……
        Ta vieille tatie redevient jouvencelle, mais n’a pas encore pu conclure, la cabine de plage n’étant pas si bien agencée que ça – ah les défauts du modernisme.

        Et avec un peu de chance, et la poursuite de mes bains de mer, mes nouvelles guiboles frivoles me permettront peut-être d’atteindre la Place Camille Julian…
        Les vendanges sont encore bien loin. Et à mon âge, chaque jour du calendrier a son importance. Mais j’essaierai…
        En attendant, prends bien soin de toi, et ne tra-va-ille pas trop! Je retourne au bain (en trottinant dans mon une pièce bleu et blanc), un MNS rôde sur le sable blanc. On ne sait jamais…
        Tatie.

      • Blog Blancan dit :

        T’inquiète, pour le travail, je fais le minimum proche du zéro.

  3. Lydie dit :

    idem…

    Faut croire qu’il y a plein de Daniel (s) ! 😉

    Mais t’es pas obligé de me dire « bisou Danielle ! » hein ! 😀

  4. hetre dit :

    Finalement tailleur de pierres c’est bien un métier d’artiste, un producteur doit venir te voir, puis il te pose un lapin sans même te faire passer un casting.
    Courage Daniel tu n’as qu’a faire un bouquin en pierre pour tuer le temps et l’appeler le livre des lois.
    D’autres l’ont fait avec des baguettes et ça a marché.

    • Blog Blancan dit :

      Mais bien sûr que tailleur de pierre, c’est un métier d’art. D’ailleurs, beaucoup d’artisans sont des artistes. Et inversement. Pour le bouquin, il y pense, le Daniel…

  5. Lydie dit :

    Si Daniel prend pour modèle Bernard…

    Bernard va plus devoir bouger…

    Tu crois que ça va lui plaire de se mettre sur « pose » ? 😉

    • Blog Blancan dit :

      Si Bernard se met sur pose, c’est que Daniel va le sculpter. Il n’aura pas la patience. Maintenant, se mettre sur pause, c’est pas gagné non plus… 😉

      • Lydie dit :

        Rhôô… si ça continue, tu vas être flou sur les photos !

        … et on croira que c’est Campan ! 😀

Les commentaires sont fermés.