Ça fait toujours de vilaines illustrations

atelier-croissance-economique

Ah ! Les statistiques reviennent à la norme. Je vais enfin pouvoir recommencer à parler sur ce foutu blog ! Aujourd’hui, j’avance encore en écriture, j’ai lu un beau scénario et je m’en vais faire dans la sociabilité en enchaînant un vernissage et une projection. Équilibre.

Ce matin, c’est un prix Nobel d’économie qui s’exprimait dans le poste. J’ai tourné le bouton quand il s’est démasqué en disant de l’État qu’il vivait au dessus de ses moyens (déjà, le timbre de sa voix et son ton trahissaient son appartenance aux élites dominantes, pour ne pas dire dominatrices). L’État qui vit au dessus de ses moyens, s’est la formule préférée des Républicains pour justifier les baisses d’impôts, de charges sociales, de réforme du code du travail, les baisses d’allocations… Comme si Macron ne suffisait pas à faire le sale boulot qui conduit à ce qu’on sait depuis longtemps : l’enrichissement des mêmes sur le dos des autres. Si l’humain échappe parfois à nos métiers, ce n’est que le reflet du macrocosme.

17 réflexions sur « Ça fait toujours de vilaines illustrations »

  1. Pensées de Frères : Les Prix Nobel ne sont pas tous des Lumière. Et quand Louis les entend, il est souvent déçu… Et ferme son poste à galènes.
    Je note cependant que tu avances en écriture… lorsque tu n’écoutes pas la radio.
    Ça c’est bat ! On partagera ton plaisir plus tard…
    Puis, pour le fun… je te signale que la récente tempête Henri a soufflé en rafales enregistrées à 197 km/h à Iraty !… Je dois avoir quelques potes encore à cette heure-ci accrochés dans quelque houppier de vieux hêtres, sous-alimentés, hélant Dieu et leurs prochains, surtout leurs prochains…
    Car qu’est-ce qu’il a décroché Dieu ? Pfff… Même pas une palmounette dorée ! Alors, un type perdu dans un vieux hêtre… tu penses bien qu’il s’en fout !
    Serait-il banquable Dieu ?… Difficile à apprécier.
    Peut-être demander à Momo. Ça fait quand même un sacré bon bout de temps qu’il glande celui-ci ! C’te feignasse !!!

    J'aime

    1. Bien enracinés au sol, ils savent pencher dans le bon sens… Et sont comme le roseau, ils plient mais ne rompent pas.
      Le chêne est un petit joueur… !

      J'aime

      1. Ooh, Gabriel avait dû m’en parler et j’avions point retenu !?!

        Mais c’est vrai que j’ai un petit faible pour le chêne

        J'aime

  2. Hêtre ou ne pas hêtre …
    J’espère que ton prix Nobel ce n’était pas Amartya Sen ou Joseph E. Stiglitz.

    J'aime

      1. Pour répondre à ton vélo, Bernard, moi, j’ai vu des êtres en chaîne ! Mais c’est pas triste hein, c’est dans une danse ! 😀

        J'aime

  3. Dites, Bernard et Hêtre (ça fait bizarre de l’écrire sans savoir si c’est le nom ou le prénom 😀 !), au lieu d’être distraits comme ça, pourriez pas vous concentrer un peu, non ?

    J'aime

Les commentaires sont fermés.