Allo ? La gauche ?

comba1

Pour mon prochain court, j’aurai besoin d’un financement des régions. Imaginons que je souhaite tourner en région PACA et qu’elle soit dirigée par le FN. Évidemment, mon film, il est mort d’avance. Non pas parce que c’est un film de gauche. Juste parce qu’il met en scène un curé au Moyen-Âge. Et au FN, on ne rigolera pas avec les cathos. J’aurais beau expliquer que je ne me moque pas d’une religion, mais raconte une histoire de domination du masculin sur les femmes, une histoire de la place faite aux femmes dans Les religions de façon générale, ils s’en foutraient complètement. On ne se moque pas des curés ! Point. Mais, il est évident que je n’aurais même pas à défendre mes intentions, puisque de toute façon, la ligne cinéma dans une région dirigée par une droite « dure » (même sans être FN), elle serait gommée, coupée, enlevée. Ok. Ne nous leurrons pas. Faire passer la droite dans les régions aurait des incidences graves sur le social, la culture. C’est évident.

Pour éviter ces effets très concrets, Combadélis a lancé son référendum pour une unité de la gauche aux élections régionales. On pourrait trouver cela louable et logique. Et, moi-même, je voterai de toute façon pour éviter la bascule de ces institutions dans le giron de l’amateurisme.

Mais peut-on culpabiliser pour autant ceux qui ne pourront s’empêcher de laisser faire par dépit, par lassitude, par déception ? Ceux-là, ils n’ont pas voté pour Angela Merkel. Ils n’ont pas souhaité une politique économique à la Macron-Valls. Ils n’ont pas voté pour les cadeaux faits aux entreprises, à la finance, comme le faisait la droite, et encore pire, en osant souvent ce que la droite n’avait même pas osé en matière économique et sociale. Oui, pour ceux-là, l’idée même d’union de la gauche n’a pas de sens puisque les socialistes ne ressemblent plus du tout à la gauche.

Il entre peu à peu dans les esprits qu’il y a une gauche pragmatique, gestionnaire d’un système qui s’apparente aux démocrates américains ou à la social-démocratie. Un gauche dite « moderne ». À la périphérie, du même côté mais plus loin, il y aurait une autre gauche extrémiste, une gauche du passé, déconnectée définitivement des réalités contemporaines. On pourrait presque l’admettre. Mais pourtant, toutes les valeurs humanistes et de solidarité, c’est elle seule qui les porte aujourd’hui, même si ça n’est pas à la mode. Et qu’on le veuille ou non, mettre l’humain au centre des préoccupations, la solidarité des riches vers les pauvres, la rupture avec un système économique générateur de misère, de guerres, ce sont des valeurs extrêmement modernes et d’actualité. Ce sont elles qui portent notre futur et non pas celles qui s’autoproclament modernes.

Monsieur Cambadélis, si vous voulez l’union de la gauche, dites à vos amis d’arrêter de glisser à droite et demandez-leur d’endosser une posture de gauche dans les paroles et surtout dans les actes. À partir de là, ça sera plus simple de combattre ensemble les Sarkozy et Le Pen malades de pouvoir, prêts à poursuivre la politique que vous avez amorcée. Car les valeurs qu’ils portent : racisme, exclusion, repli sur soi, ce sont les vraies idées du passé, celles qui font s’échouer les civilisations.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Allo ? La gauche ?

  1. Sarro Philippe dit :

    Et la gauche accelerationniste avec leur manifeste décrit par Yves Citton c’est peut être encore pire. Sans parler des nouveaux barbares de Nicolas Collin qui veulent éliminer la puissance publique et la remplacer par la puissance des entrepreneurs et de leur plateformes au sein de The Family.

  2. hetre dit :

    J’espère que ça va mieux après ça.
    Sinon ce n’était pas la peine de l’écrire. Parce gauche -droite n’a plus aucun sens. D’une part, il y a le pouvoir des élus qui est trop grand au niveau de la législation. Tous les jours ils votent des lois qui réduisent nos libertés, ou qui, au nom de notre santé nous pénalisent pécuniairement tant sur la route que dans nos maisons, alors que leurs revenus sont de plus en plus indécents par rapport au commun des mortels. Il y a aussi ces grands chefs d’entreprises, issus de grandes écoles de la connerie qui ne sont là que pour appliquer les plans sociaux et qui ne savent même pas eux même pour qui ils travaillent. Et je ne parle pas là de ces pauvres directeurs d’Air France que l’on a effeuillés qui ne savent même pas ce qu’ils sont payés pour recevoir des coups. Il y a aussi une 3e catégories d’individus que l’on nomme les malfrats mais on ne les nomme pas parce qu’ils sont déjà cités dans les exemples.
    Alors Gauche moderne ou pas c’est à nous d’analyser notre comportement mais surtout reconnaitre quels sont nos ennemis

    • Jean-Marc Lapoumeroulie dit :

      Penser que gauche – droite n’a pas de sens, ce sont exactement les propos du FN !

    • Blog Blancan dit :

      Nos ennemis, on les connait. On est juste quelques-uns à penser que les Macron et compagnie, c’est pas la gauche et ça fait le jeu des ennemis, justement. La responsabilité est d’abord chez ceux qui gouvernent.

  3. Thierry de Saint-Chinian dit :

    Joli papier Bernard …. Dans ce gourbi social incertain, Il fait bien son boulot le représentant multicartes et son cortège de valets serviles du Medef … Le matador catalan continue la casse des acquis sociaux sous l’étiquette usurpée de socialiste … Je n’ose plus ici utiliser les mots d’équité ou de solidarité car ils horripilent certaines âmes sensibles à la science infuse qui n’hésite pas à vous faire comprendre que vous êtes idiot et que, contrairement à eux, n’avez rien compris. Les hommes politiques actuels ont beau jeu étant appuyés et relayés par tout une bande de pseudo experts, intellectuels et médias prêt à se vendre au plus offrant. L’étique, autre valeur désuète, leur est devenue totalement étrangère ….
    Jean Jaurès aurait défendu les travailleurs, les opprimés, mais lui c’est pas pareil, c’était un socialiste…
    Allez, je vais me plonger dans la lecture de « Catapulte » pour me requinquer de vrais mots et de suaves émotions 😉
    Belle soirée et salutations occitanes ! Adïou …

  4. Jean-Marc Lapoumeroulie dit :

    Bravo Bernard ! L’unité doit se faire, et ce sera difficile, dans le camp du Front de Gauche. Ensuite, beaucoup de gens nous rejoindront…

  5. Lydie dit :

    Alors… t’as qu’à pas PACA ! 😉

  6. Sarro Philippe dit :

    Vive le socialisme utopique (Proudhon, Pierre Leroux, Fourrier etc …) qui a été balayé par le socialisme dit scientifique au cours des XIXème et XXème siecles. C’est peut être ce qui nous manque aujourd’hui, le socialisme utopique.

  7. Sarro Philippe dit :

    En tout cas, il faut retrouver une nouvelle solvabilité dans cette époque où les systèmes techniques numériques bousculent et bouleversent les systèmes sociaux et prolétarisent les individus (perte des savoirs faire, des savoirs vivre, et des savoirs théoriques) comme la révolution industrielle du XIXème siècle l’avait fait. Hélas! nos politiques et notamment ceux qui sont actuellement au pouvoir ont perdu toute imagination et sont à la remorque des marchés étant eux même prolétarisés.

  8. Sarro Philippe dit :

    Jean Jaurès à écrit que « l’Humanité n’existe pas encore » mais elle n’existera jamais ce n’est qu’un horizon, il n’y a que des époques métastables de l’Humanité. Il y a donc encore du travail pour un projet néguentropique. (qui est l’inverse de l’entropie c’est à dire de la mort, en bref! la vie)

  9. hetre dit :

    Je jubile; J’ai lancé mon pavé dans la mare et je ne suis pas déçu de la tournure des évènements.
    Bien sûr que j’ai longuement hésité à me prononcer sur ce soit disant référendum et j’ai finalement voté non pas pour soutenir Combat délice mais simplement pour dire merci à une consultation.
    La prochaine sera peut être plus motivante au niveau des valeurs à défendre.

Les commentaires sont fermés.