Corne et lien

cornelien

Blancan : Non mais, tu vas pas aller passer des essais pour jouer une séquence !?

Bernard : Ben si. Elle est rigolote, la séquence. Un rôle, c’est pas une durée de présence.

Blancan : Non mais, quand même. Une séquence… des essais…

Bernard : T’as vu qui est le réal ?

Blancan : C’est pas Tarantino, non plus.

Bernard : Que t’es con. C’est super de tourner avec lui, de le rencontrer. Et puis, il y a un super casting.

Blancan : Avec un rôle, oui. Mais là, tu te décrédibilises. Le mec, il a une palme et il va passer des essais pour jouer une séquence dans un truc pour la télé !

Bernard : Attends… T’es con ou bien tu pers la tête, là ?

Blancan : Quoi ? J’ai dit une connerie ?

Bernard : C’est pas des conneries. C’est du grand n’importe nawak, mon vieux. Alors, on va remettre la palmette collective dans sa petite boiboite et on va faire un tour au ponton. Ce casting, c’est une vraie chance. T’as pas compris ?

Blancan : Bon, ok, tu fais comme tu le sens. Mais je te préviens : t’as intérêt à assurer, aux essais !

Bernard : Tu me connais. Quand il s’agit de s’amuser, je suis toujours là.

Blancan : Ouais. Un peu trop à mon goût. Mais soit, tu assumes.

Bernard : J’assume. Au fait, t’as vu mon article avec Campan, hier ?

Blancan : Ta gueule !

Les essais se sont super bien passés, dans la bonne humeur et on s’est bien amusés. Réponse mercredi.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Corne et lien

  1. Pascale dit :

    Putain vla qu’il nous la joue Gainsbourg/Gainsbarre, Renaud/Mister Renard…
    complètement schizo le mec !

  2. Lafaye Gilles dit :

    Docteur Blancan, mister Bernard.

  3. hetre dit :

    hêtre :- « Putain ! tu as vu comment il se la joue le Blancan ? »
    André : -« Heureusement qu’il y a Bernard. »

  4. Lydie dit :

    Tu nous as rappelé que la force d’un rôle ne réside pas toujours dans sa longueur !

    J’avais arrêté le théâtre parce que cette évidence n’en était pas une pour moi, novice et orgueilleuse que j’étais.
    Merci du rappel 😉

  5. Lydie dit :

    Pfff… Va falloir croiser les doigts jusqu’à mercredi !!
    Je fais comment pour beurrer les tartines ?

  6. Lydie dit :

    Vanitas vanitatem… euh, j’sais plus la suite !

    Ben oui tiens, si tu avais posté ton commentaire plus tôt, genre quelques années avant, je me serais battue mais… avec humilité ! 😉

  7. serge barande dit :

    Moi aussi, je me demande souvent si je veux un café.
    Et je me remercie de me le servir.
    Non sans sucre, merci.
    C’est bath parfois le deux en un.
    Et puis on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Alors…
    Je connais même des gars qui ont réalisé des courts. Au moins ils étaient sûrs d’être dedans, des deux côtés du miroir…
    C’est demain mercredi ! Ta réponse…
    Boh, c’est férié mais je vais quand même aller bosser, comme le boulanger, de 5h à 12h. Je me proposerai un café vers 7h et l’accepterai volontiers !

  8. Blog Blancan dit :

    Des fois, je me dis que t’es aussi con que moi…

    • serge barande dit :

      Dois y avoir de ça…
      Mais fais gaffe, je progresse de jour en jour. T’as intérêt de t’aligner !
      Je viens d’ailleurs de me proposer une cigarette, et l’ai volontiers acceptée, tout d’accord avec moi que j’étais.
      Mais je te laisse, faut que je me parle. Et le chien il a aussi un truc à se dire, un mécontentement croquettal, je crois.
      On débriefera à quatre tout à l’heure… Colloque en quadri-autodérision.
      Ça devrait pulser grave !

Les commentaires sont fermés.