Semaine chargée

torilbb

Demain, deux nouveaux épisodes inédits du Village Français dans lequel je suis fier d’incarner Anselme. Le lendemain, j’irai prêter ma voix pour la postsynchronisation de mon personnage dans Toril de Laurent Teyssier, le fameux film dont je vais vous rebattre les oreilles dans les mois à venir. Quand on est à cette étape, on sait que le film n’est pas loin d’être bouclé.

Jeudi, c’est ponton pour tous. Enfin, presque ponton. J’accompagne Retour aux sources et Ogres Niais pour une projection au cinéma de Blaye. Hâte de cette soirée forcément amicale. Et, tant que je suis à Blaye, je signerai Catapulte, invité par la joyeuse équipe du salon Livres en Citadelle qui se déroule les samedi et dimanche. Si vous êtes dans le coin, je vous attends pour la bise.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour Semaine chargée

  1. Tomaticha dit :

    Mais pourquoi Blaye n’est pas à Strasbourg ? 😉

    • serge barande dit :

      Parce que les types, à l’époque, qui ont écrit les manuels de géographie – dessiner les cartes, etc. – étaient des couillonnaux de première !
      Et que ceux qui les rééditent aujourd’hui ne sont pas loin de leur ressembler ! C’est édifiant !
      Bon… toute raison gardée… t’en as pas de l’Esturgeon dans ton Rhin !?…
      Ben nous on en a eu, dans notre Gironde !
      Mais comme partout et tout le temps, l’Homme il a tout niqué ! Ben maintenant, on n’en a plus non plus !
      En termes de biodiversité, ton Rhin et ma Gironde n’ont qu’une équivalence, celle de leur indigence.
      Donc, finalement, Blaye n’est pas si loin de Strasbourg… si l’on oublie la géographie et l’on adonne spécifiquement aux « richesses » des grands fleuves.

      • Tomaticha dit :

        Balou, tu as bien fait d’adopter ton maître, il en sait des choses !
        Indigence…indigence…le rhin est, après la Camargue, le site d’hivernage de 60 000 oiseaux d’eau venus du Nord. En 40 ans d’actions, le Rhin a fait une spectaculaire remontée de sa qualité.
        L’indéniable + de la Garonne : ses rives voient BB qui vient signer son catapulte !

      • Blog Blancan dit :

        Alors je signe pas au bord de la Garonne mais de la Gironde (l’estuaire) 😉

    • Blog Blancan dit :

      À quelques lettre près, c’est presque la même chose.

  2. serge barande dit :

    Arrggghh ! Semaine chargée aussi… vaille que vaille, et Blaye que Blaye !
    Demain soir, je regarde. Car mardi dernier, c’était excellent !!!
    Ça prend une tournure toujours surprenante – qui t’aurait imaginer en Pdt de Cour martiale, et Rénucci en avocat de la défense des miliciens ? – donc bravo aux scénaristes, aux acteurs qui endossent des situations (ouais… des rôles…) inattendues, au départ des premiers épisodes…
    Et au réalisateur qui maîtrise tout ceci d’une caméra de Maître.
    Et… (!), et… la ré-apparition de personnage, aussi. Celui du (devenu) préfet en particulier… Magnifique acteur.
    Tout ceci, au-delà des circonstances de l’époque, n’est que Bonbon pour le spectateur !
    Puis y a un truc chouette aussi, c’est la « rallonge » historique qui suit le second épisode… Les témoignages des « Vieux »… Ça apporte énormément.

    Je ne pourrai pas être en la Citadelle, jeudi qui vient, alors autant te claquer la bise illico !
    Mais tu seras bien là-bas. C’est reposant. Y a des pontons partout…
    Fais gaffe quand même aux « simili-pontons »… Ça y ressemble… mais……..
    Allez…… projette bien, signe bien et ressource-toi bien en cet estuaire, objet de tant de métaphores…

  3. Lydie dit :

    tu vois, Serge, j’aurais dit que le Rhin a plus « d’indigence » que la Garonne ; je me suis donc trompée !

  4. Lydie dit :

    Y’a pas de train pour Blaye ?
    … oooooh… zut alors, pas de bise ! 😀

  5. anita dit :

    et d’une certaine manière tu seras aussi au pied du col d’Osquich samedi … Dagün abentüaren 5an neskenegünarekin, gaztaiñ jatera kümitatzen zütüegü « Le Maillot Jaune » filma-llabürraren hedapenetik landa, Posonpes gelan, Muskildin. … Nous vous invitons à une soirée châtaigne autour du court-métrage « Le Maillot Jaune », le samedi 5 décembre, à 21 h, à la salle Posonpes, à Musculdy … plein de joli courage

  6. serge barande dit :

    Je ne souhaite bien sûr que cela, Tomaticha, mais comme on dit au ping-pong quand on est mené dix-zéro sur une partie en quinze points : « Mmmhhhh… belle partie à remonter ! »
    Eh bien nos grands fleuves, quels qu’ils soient, partent d’aussi loin, selon ce bilan-là !
    Non pas en particulier en termes d’accueil d’oiseaux hivernants, mais en fonctionnalités et qualités hydro-bio plus globales.

    L’Homme s’est depuis des temps ancestraux installé dans ces grandes vallées. Et au fil du temps – (révolution industrielle et modernisme obligent (chimie, industrie, etc.) – les a dénudées de toute biodiversité… Ou quasiment ! A poil nos belles grandes vallées fluviales !!!

    La philosophie naissante, au milieu des années 1970, a donné lieu à la Loi sur la Protection de la Nature du 10 juillet 1976.
    Puis ensuite – je raccourcis volontairement les étapes… – les réglementations nationales et communautaires successives (Réseau Natura 2000, SDAGE, Loi sur l’Eau plus récente, etc.) ont permis peu à peu – depuis environ 40 ans – de reconquérir ‘très-très progressivement’ leur Naturalité d’antan. Et ainsi recouvrer, toujours très progressivement, leur biodiversité.
    Et « recouvrer » est le bon terme, car lorsque l’on observe des poissons « faire la planche » dans les grands fleuves, ou ailleurs… ce n’est pas très rassurant…

    Mais on se situe sur le bon chemin de la reconquête des espaces naturels, en termes surfacique comme en termes de qualité. Et c’est bien là l’essentiel !

    Puis c’est mon job aussi, d’essayer d’amener les curseurs vers un peu de « meilleur »… Mais vous n’imaginez pas quels murs nous nous devons de parfois franchir. Politiques comme institutionnels.
    Quoiqu’ils en reviennent à l’heure actuelle, ces décideurs-là… de leurs raideurs d’antan. Bien obligés d’évoluer avec leur temps et de considérer la Biodiversité en tant qu’atout et non en tant « qu’ennemi potentiel » vis-à-vis de leurs projets de développement.

    Les temps changent… Mais la lenteur constitue le premier des ennemis…

    Je viens donc de penser un nouveau slogan (de campagne ?) : « De la Gourmandise en le Changement ! »… Façon d’accélérer les bonnes choses…

  7. Lydie dit :

    la lenteur ?
    certains diront qu’ils réfléchissent…
    d’autres s’endorment… ?
    😉

  8. serge barande dit :

    Oui, mais en matière d’environnement – et non en termes philosophiques, il est vrai… – agir assez rapidement et très vite réfléchir, permettent de belles sauvegardes d’Espaces naturels de Vie… à destination de nos mômes. Parfois… Lorsqu’on y parvient.
    Car rien, en ce domaine comme en d’autres, n’est garant de succès avérés. On bataille…
    Je ne sais pas si on peut « juste » résumer en ceci la notion du militantisme naturaliste – car ça me semble un peu « pauvre », ou réducteur, de le formuler ainsi – mais on s’en approche un peu quand même…

  9. Lydie dit :

    Flûte… j’ai respiré dans la voiture… y’a encore davantage de brouillard ; faut que je vienne à vélo !

    Bonne signature ! Je te souhaite de faire plein d’autographes ! … T’as d’la chance, j’ai oublié de venir te faire concurrence… bon, j’aurais perdu ! 😀

  10. Lydie dit :

    « Sauvegarder les espaces naturels de vie »… à destination de nos mômes » dis-tu Serge ?
    Euh, je crois que c’est davantage mon fils que moi qui va essayer de sauvegarder !

Les commentaires sont fermés.