Des chaussures bleues

chassbleue

Chez la marchande de chaussures. Salut Assina, alors, elles te vont comment les chaussures bleues ? Les chaussures bleues ? Ben oui, celles que j’ai données à ton mari pour toi ! Ah, mais, moi, je ne suis que la sixième épouse, j’ai droit à rien. Il a dû les donner à ma sœur. Assina est à la fois ennuyée et blessée. Sans doute un peu jalouse.

Mouais, si j’étais une femme mal numérotée, co-mariée avec mes soeurs, je ne suis pas certain que j’approuverais à 100% la polygamie.

Heureusement la marchande réplique. Ben, quand il va repasser, ton mari, je vais lui dire de me rendre les chaussures. Moi, de ses femmes, je n’en connais qu’une et c’est toi ! Non mais.

C’est par petites touches que les choses bougent. N’est-ce pas ? Le changement, ça commence chez la marchande de chaussures.

Pourquoi je raconte ça ? Ben, parce que j’ai vécu la scène cet après-midi et que je ne vois pas pourquoi je ne la raconterais pas.

Ouais mais… dans ce climat islamophobe…

Et alors ?! C’est comme quand on n’a pas le droit de critiquer la politique d’Israël sans passer pour un antisémite ? Il y a des sujets réservés aux fachos ? Non. Les sujets tabous renforcent les droitistes qui insultent les bobos et le politiquement correct. Pas de sujet tabou. Tout ce qui semble absurde doit être dit. Non mais.

La parole. Il n’y a que l’échange qui fasse évoluer. Le non-dit, vous diront les psychanalystes, c’est très mauvais. Ça se passe à Paris, je suis témoin de la scène et ça me raconte des choses qui me questionnent sur les hommes, les femmes, les coutumes et moi, je vois ça avec ma vision du monde, ma conception des relations hommes/femmes. Ça m’interpelle. Alors je le raconte.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Des chaussures bleues

  1. J2L dit :

    ça m’étonnerais que t’assiste à ce genre de scène en Charente …

  2. serge barande dit :

    T’avais participé à un machin bleu, y a un peu de temps déjà, un vélo je crois…
    Après… le Bleu ne me semble pas figurer (symboliquement) parmi tes couleurs fétiches.
    Or, les psychanalystes te le diront, Bernard, le bleu est reposant. Oui-oui. Sur le sens premier, bien sûr…
    Car il y en a tant de « bleu ».
    Celui qui ornait joliment les tibias de nos enfances batailleuses. Puis le bleu roi qui fait chier les Républicains, quoique le bleu marine c’est pareil mais Les Républicains s’en servent. T’as aussi le bleu indigo, mais lui y fait chier personne, bien au contraire de celui à l’âme qui nous enquiquinent tous tellement qu’on le met au pluriel, invariablement.

    Et pour rebondir sur J2L, qu’il m’en excuse (mais j’suis pas bien lourd), le bleu charentaises et le bleu de travail (de chauffe), t’attendent à ce que je crois.
    Je plainsantouille un poil, comme d’hab.

    Mais, questionnements fondamentaux…
    Peut-être d’ailleurs un large thème à soumettre pour les épreuves du BAC philo 2016 (?), et sous diverses formes, forcément, afin d’en embêter le plus grand nombre… :
    1) « La polygamie influerait-t-elle sur l’économie de marché de la cordonnerie française ? Et aurait-elle quelque responsabilité en l’augmentation du chômage via la perte progressive de vieux métiers, localement ? ».
    2) « D’un exemple banal de la vie quotidienne, doit-on s’interdire d’aborder les sujets qui fâchent certains ? »
    3) « Dieu était-il Chrétien et monogame ? »
    4) « De par ces préambules, doit-on considérer que la production mondiale de babouches bleues contrarie les PME en leur production régionale de charentaises (bleues) ? »
    5) … Et enfin… dernier thème sur lequel philosopher sert (ou non) à éveiller le Bachelier :  » Que pensez-vous de quelques-uns de nos grands auteurs, Alexandre Dumas, Victor Hugo… monogames ou polygames ? »

    Pas simple tout ce foutoir comportemental et éducationnel.
    Aussi, je m’en vais prendre rouleaux et pinceaux afin de repeindre en rouge vif tout ce qui dépasse de l’eau, à basse-mer, là-bas où on sait.
    Ça fera rire les aloses, se dandiner les anguilles et gambiller mules et silures !

  3. hetre dit :

    Mais pourquoi elle n’a pas donné 6 paires de chaussures la vendeuse…elle est raciste ou quoi ?

  4. Sarro Philippe dit :

    Des chaussures bleues comme une banane.

Les commentaires sont fermés.