J’ai fait un drôle de rêve…

reve

La politique, moi, j’en rêve la nuit. C’est dire si c’est bien arrimé en moi, jusqu’à l’inconscient. Cette nuit, j’étais à une espèce de grand congrès du parti socialiste. Dans de grandes salles, par milliers, les gens assistaient à des conférences thématiques. Dans celle où je me trouvais, le thème était « comment faire cracher ses créanciers ». En voyant le programme de la conférence, comme de nombreux assistants, je quitte la joyeuse assemblée et je me promets (dans mon rêve) de faire un article de blog sur la disparition de tout discours de gauche au sein du PS.

D’où vient ce rêve imbécile ? Du fait qu’Estrosi et Bertrand ont eu la révélation de l’Union nationale au soir du deuxième tour des élections qui les ont vus battre le Front National avec le soutien des voix de gauche. Hollande qui s’affiche hier avec Bertrand sur un discours d’alliances nécessaires, Raffarin qui appelle à une unité nationale pour l’emploi, applaudi par Valls, l’appel d’alliances avec le centre d’une partie de l’appareil du PS, Marine Le Pen qui veut changer le nom de son parti en faisant alliance avec une branche radicale des Républicains, Cécile Duflot qui lâche Mélenchon pour appeler à une alliance avec les socialistes…

Bref, le rêve d’avenir de nos politiques semble se diriger vers, un tout petit parti fasciste minoritaire, un grand parti de droite populiste composé du FN élargi à l’aile dure des Républicains, un grand parti « démocrate » allant de la droite libérale en passant par les centristes, les socialistes et une partie des écologistes et une mini gauche marginalisée et ultra-minoritaire. À l’américaine, quoi. Et tout ça, ça serait pour l’après 2017.

Politique fiction ? C’est en tout cas un des avenirs possibles qui semble se préparer en coulisses.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour J’ai fait un drôle de rêve…

  1. Hélène dit :


    Pfiiioouuuu…..Tu devrais te reconvertir…. 😉

  2. hetre dit :

    D’habitude un rêve est le fruit d’un cerveau qui prend des vacances pour te faire trembler de peur ou mourir de rire. Là, ce serait certainement un rêve prémonitoire et je ne te sens pas à l’aise du tout. Personnellement je pense c’est bien trop logique et ordonné pour être le fruit d’un cerveau en ballade alors pince-toi et tu verras que tu ne dors pas.
    Pour ton texte, je te note 20/20

  3. Thierry de Saint-Chinian dit :

    Joli papier Bernard 😉 Un régal quand tu te lance dans des longues diatribes politiques …
    Un projet pour la France ? C’est oublié que la France n’existe plus en tant que nation indépendante. Elle fait partie de l’ensemble Union Européenne qui est elle aussi incluse dans le vaste empire Transatlantique.
    Pour établir un projet, il faudrait, a minima, un but à atteindre, une vison d’un avenir souhaitable pour notre société. Hors, nous ne savons même pas comment, ni par qui, les décisions sont prises à Washington.
    La réalité est tellement déformée par la tricherie, la corruption et le mensonge qu’il n’est pas possible d’établir l’état réel de ce que nous continuons à appeler par habitude, notre nation.
    Mettez 27 hommes dans un bateau et observez. Ce qui arrivera sera, plus ou moins rapidement, ce qui arriverait si vous y mettiez 27 rats.
    Loin de moi l’idée de comparer les hommes politiques à des rats. Ce serait trop cruel pour ces petites bêtes…. 😉

  4. serge barande dit :

    Alliances d’un instant… Intérêts de demain…
    On les connaît les lapins…
    Visant le même « Terrier », ils creusent parfois – mais momentanément – ensemble… dans les terres du Sud-Est comme dans celles du Nord…
    Terres d’intérêts !
    Et lorsque la situation politique leur impose de le faire.
    Car auparavant, vous n’auriez ni entendu Bertrand ni entendu Estrosi se féliciter de l’attitude de la Gauche.
    De là à accorder, en page 1027 du Petit Larousse (éd. 2015), une définition ‘particulière et autre’ du nom féminin commun « sincérité », il y a un pas énorme…

    Sans inventer quoi que ce soit, mais bien regardant simplement les faits et agissements politiques des dernières décennies, l’on peut s’apercevoir qu’aucune posture politique n’est de nos jours instruite sous l’angle d’idéaux portés à bout de bras.
    Tout ceci fait maintenant fi des idéaux d’antan.
    Il n’est plus question que d’intérêts (personnels…, et…) économico-géo-politiques.

    De ce constat-là, quels sont les curseurs fondamentaux sur lesquels nous, votants, pouvons-nous avoir précaution et agissements ?
    Autrement formulé : quel est le poids de nos votes d’aujourd’hui ? Ou la valeur intrinsèque d’un bulletin déposé dans une urne ?
    Je vous propose cette réflexion, ayant droit du fait que je vote à chaque fois que la République m’invite à le faire. Car ce droit a coûté parfois des vies sinon de sacrées luttes vers une plus belle démocratie.

    Sinon… Tout autre sujet, mais qui n’en est fondamentalement pas un ‘Tout autre’… :
    Valls et ses potes ont dit OK pour ficher en l’air plus de 2 000 ha de zone naturelle, à Notre-Dame des Landes = perte sèche de milieu naturel. [l’aéroport].
    Alors que plusieurs avis rendus (= avis consultatifs + rendus juridiques), eu égard aux enjeux écologiques et relatifs à la Loi sur l’Eau, notamment et réglementairement, disent que ce n’est pas possible.

    Eh bien l’État en place passe outre… A priori…

    Moi qui suis un votant systématique et invétéré, car c’est un devoir Citoyen – jamais une urne sans mon bulletin – je me prends à penser subitement, voire à philosopher sur la thématique suivante… que je vous propose, de fait, façon feu Reiser :
     » De notre Pouvoir Citoyen – Un Vote, Un Homme.
    Quel poids et quelles latitudes possédons-nous…? »
    Vous avez quatre heures….

Les commentaires sont fermés.