Les primaires

Couleurs primaires

Bon, ben, il paraît que Hollande est favorable à une primaire à gauche, maintenant. Déjà, des primaires ! Et l’an prochain, on vote.

C’était pourtant il y a peu qu’on était allé voter Aubry avec les copains de gauche, histoire de faire pencher la balance du bon côté, et que c’était Hollande qui avait gagné.

J’ai l’impression que c’était hier, le soir du dernier débat Hollande-Sarko où l’on avait deviné que le dernier avait perdu. Et on était content. Évidemment, on ne l’aimait tellement pas, l’énervé, qu’on a reçu l’élection de Hollande avec joie. Oh, pas la joie de 81 qui avait tenu jusqu’en 82, presque. Non, juste la joie que l’on ressent quand on a porté les ordures à la décharge.

Bon, si je comprends bien, donc, c’est reparti pour un tour. Moi électeur, je ne me ferai pas avoir une nouvelle fois. Moi électeur, je suis libre de mes choix. Moi électeur, je vais élire un bon président qui va oeuvrer pour le bonheur de tous, l’égalité, la fraternité. Moi électeur, je vais être représenté par un élu proche des préoccupations du grand nombre… Mouais… on y croit encore moins qu’avec « moi, président ».

37 réflexions sur « Les primaires »

  1. Ben ça a encore changé !
    Mais si tu penses que c’est déjà joué, ces primaires deviennent secondaires.
    Je regarderai quand même pour voir s’il y aura la parité derrière les pupitres. Voir s’afficher des sourires polis, tout en m’imaginant ce que l’un ou l’une pense des autres.
    Une belle leçon de fauxcuisme en perspective…

    J'aime

      1. Moi je connaissais le fauvisme espagnol ou catalan comme un certain V….
        Mais il faut pas être Miró pour voir que si ce n’est pas H……. ce sera l’autre plus haut, il y en a même qui disent M…..

        J'aime

      2. M….. à dit ce matin « La vie d’un entrepreneur est bien plus dure que celle d’un salarié »

        Mais faite le taire, quand je dis que c’est politiques sont des crétins, ils devraient lire Régis Messac (Auteur de Valcrétins) et qui parle de l’Académie de la grande « Konnerie »

        Quinzinzinzili, Quinzinzinzili …

        J'aime

      3. Je crois que plus d’un salarié à eu envie de dire m… à M.
        Qui trouvera la vraie solution au chômage si désespérant ?N’aurons-nous d’autre choix que de voter pour le meilleur menteur ?
        Ça donne des envies de….
        ponton.

        J'aime

  2. Bof ! Mais en les écoutant tous, qui veut de vraies primaires à gauche ?
    Personne ne tient compte des résultats des Régionales pour créer un rapport de force ou pour élaborer une alliance objective.
    Le résultat d’une primaire appauvrira le peu qui peut encore être sauvé.
    Si les élus de gauche, quels qu’ils soient, avaient un soupçon d’intelligence ça se saurait.

    J'aime

    1. Le résultat des régionales, c’est fonction du FN. Et le vrais gens de gauche, ils sont assez cons pour voter utile, quand les utiles ne voteront que pour eux-mêmes. Mais bon, pour les présidentielles, même topo. Tout le monde a en mémoire le choc de 2002. Et au lieu de voter bien à gauche, selon mes convictions, j’avais voté Jospin. Tout ça pour dire qu’on ne peut pas mesurer l’influence d’un parti au résultat des régionales. Sinon, c’est pas compliqué. On met le PS et point barre. (non, parce que tu crois pas que je devine ce qui est derrière ta tête ? 😉 )

      J'aime

      1. J’avais pourtant essayé de planquer la paille de mes sabots mais impossible de te tromper. Il n’empêche que je me pose honnettement la question : Marine ? les Républicains centristes ? ou surtout pas nous.
        Nous n’avons que ce choix

        J'aime

      2. Tu connais la différence entre Valls, Macron et un Républicain centriste ? J’ai du mal à saisir les nuances, ces derniers temps… On ne peut pas passer sa vie à voter pour éviter ceci ou cela. De temps en temps, voter pour qui l’on veut ne peut pas faire de mal. 😉

        J'aime

  3. Y a deux jours de ça, un salarié métallo, le Maurice (ses potes l’appellent Momo), vieux militant PS à deux doigts de la retraite, ose aller toquer vers les 13h30 à la porte du bureau de son patron (la cinquantaine plutôt portée chez les répu, cause nécessités de commerce extérieur avantageux et de frais et impôts peu douloureux), pour lui demander une pose exceptionnelle d’une demi-heure pour faire une sieste car il était littéralement vidé – vu que les hauts-fourneaux c’est pas du gâteau…
    Et toque que je te toque…….
    Rien ! Personne n’ouvre. Aucun bruit perceptible.

    Au bout de cinq minutes, il ose enfin entrouvrir très délicatement et lentement la porte doublement calfeutrée du bureau cosy du grand patron.
    A ce moment-là, surgit en trottinant du plus vite qu’elle le pouvait une secrétaire « type Mamsel’ Jeanne » qui lui interdit avec silence mais force gestes l’accès au bureau.
    Chuchotant illico : Non mais ça va pas, non, de déranger Monsieur durant sa demi-heure de repos !

    Il a dit quoi ce matin l’autre asticot non-glabre !? J’ai pas bien saisi.

    J'aime

      1. Gauchosimisonon [= « morpion », en vieil albanais (du sud, parce que du nord ça se dit pas pareil)].
        Elle est trop mimi la Mamsel’ Jeanne !
        Pi elle trottine plus vite que son ombre.
        Elle m’éclate autant de rire que l’autre espadrilleux endormi de Gaston !

        J'aime

Les commentaires sont fermés.