Trepalium

trepalium-ville-mur

Je n’ai pas la culture des séries. Mais Trepalium, j’avais très envie de voir ça. Pensez donc, un monde ultralibéral dans lequel la ville de ceux qui travaillent se ferme de murs pour se protéger de l’immense zone des chômeurs. Une ville propre peuplée d’esclaves propres qui travaillent pour une multinationale. Quelle bonne idée de faire une série dans le monde vers lequel nous avançons possiblement. Le jour de la diffusion, j’ai acheté directement le coffret des 6 épisodes. Et je les ai vus le jour-même. Très belle facture. Remarquable interprétation et mise en scène sobre et efficace. Vraiment une série française de très haute qualité. Seul regret pour moi, les 10 dernières minutes du dernier épisode (je n’en dirai pas davantage…). Une suite est plus que nécessaire pour ne pas nous laisser sur cette frustration (preuve que c’est bien écrit). Cette série très marquante vaut vraiment le détour (le jeudi soir sur Arte).

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Trepalium

  1. anita dit :

    C’est rigolo … mon pote qui faisait pousser des légumes avec ton cousin, tu sais là-bas dans la vallée, ben il m’a laissé un message tél (ça lui arrive très rarement) en fin de semaine pour me dire de regarder « Trepalium ». Il pensait que la série serait bonne et ça lui faisait penser à cette période où il rédigeait son rapport de stage sur la ferme ici, nous parlions de la notion de travail et de son étymo « trepalium », instrument de torture.
    Comme voici plus de 30 ans que je vis sans télé, il reste le net pour visionner … arte+7 en zone montagne, ça rame sérieux, … je réessaierai donc par vent favorable
    .

  2. serge barande dit :

    Un de plus… Toi, qui en dit aussi du bien !
    Outre les critiques lues ça-et-là, le bouche à oreilles fonctionne à bloc. Davantage sur le jeu des acteurs(trices) que sur le fond, que toi, justement, tu places en avant-propos. Un cadre sociétal que je n’espère pas tout à fait visionnaire…
    Sinon, je serais encore obligé de remiser force provisions dans cachette en bois au-dessus de berges envasées (Ugh!), accompagné par mon fidèle quadrupède à roulettes, mordeur de traders.
    Je ne vais certainement pas pouvoir suivre Trepallium. Faut trop être assidu pour ne pas rater d’épisodes. Puis je n’ai pas le temps de visionner en replay.
    Mais c’est bien de vivre des regrets, ça met du sel au futur…

  3. serge barande dit :

    Crotte ! J’ai oublié, Anita… Les ondes passent parfois très bien quand t’es dans les nuages… (la mer de nuages). J’ai testé en Haute-Soule…

Les commentaires sont fermés.