Temps pourri

10

Quoi, on va parler météo sur le blog ? Pourquoi pas. C’est pas banal, la météo. Elle peut changer le cours de l’histoire.

Regardons la météo de 31 mars, par exemple. C’est le jour des grandes manifs contre la fameuse loi travail. S’il fait beau, tu as deux millions de personnes dans les rues. Le gouvernement, sous la pression décide de repousser la loi à fin 2017. S’il fait un temps de merde (ce qui est prévu), il y a trois fois moins de monde et la loi passe pépère. Mais le père Hollande, il est assuré de perdre les présidentielles. Tous les jeunes qui découvrent la contestation politique en AG dans les amphis ne mettront jamais un bulletin pour lui, juste à cause de cette loi (la fameuse goutte d’eau qui fait déborder le vase après l’état d’urgence à rallonge, l’histoire grotesque de la déchéance de nationalité, les cadeaux fiscaux stériles aux patrons, la politique de droite…).

Non, la météo, ce n’est pas si banal.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Temps pourri

  1. serge barande dit :

    Sûr que c’est important, puisque la foudre va s’abattre sur le Palais…

  2. Lydie dit :

    Bah, quand tu commenceras ton tournage en septembre, il va juste neiger…

  3. pascale265 dit :

    C’est l’angoisse du temps qui passe qui fait tant parler du temps qu’il fait.
    Oui je sais je l’ai déjà dit mais j’aime bien

  4. hetre dit :

    Nous on s’en fout en Béarn. il fait beau et on ne voit que de belles choses autour de nous.
    Tiens ! hier, j’ai fait des photos des montagnes depuis un promontoire, j’en ai monté un panoramique et, par comparaison avec une carte, j’ai essayé de mettre un nom sur tous les pics du piémont et des cimes. C’est beaucoup plus marrant que de se morfondre sur tout ce qui ne va pas. La vie est belle.

  5. Lydie dit :

    Merci, Hêtre, d’envoyer comme ça du beau ! 😉

  6. Lydie dit :

    Yep !
    Au fait, commence à y avoir du bazar sur le ponton… qui a laissé traîner une canne à pêche pour qu’on trébuche, hein ? Une canne à pêche sur un ponton… n’importe quoi !! Je ne vois vraiment pas à quoi ça pourrait servir !

  7. serge barande dit :

    Boooh… Même pas vrai ! La webcam est détraquée…
    J’en reviens à l’instant du ponton, avec le petit Balou (il s’est mis minable dans une flaque de bouillasse putride).
    C’était pas une canne à pêche… juste un roseau qui s’y était réfugié. A force de plier, sous le vent de sud, ben il s’est rompu le pauvret, et s’était envolé – alors que le chêne, lui…
    Il prenait juste un peu de répit, là, tranquille, accoudé à la rambarde. C’est pour ça que t’as pris ce roseau pour une canne à pêche (mais si, mais c’est bien sûr !).
    En revanche, depuis un ponton, la pêche au lancer (à fond, fil tendu, lombric alléchant au bout de l’hameçon et clochette au sommet de la canne… – c’est « tequenique ») permet d’attraper des anguilles…
    Alors qu’elles passent au travers des mailles du filet (hé… c’est bien connu : « anguille »… cette expression n’existe pas pour rien), et au final et au filet, t’es couillonné !
    Donc, complément alimentaire en bord de Garonne pour le pauvre Hère, le Raboliot.

  8. Lydie dit :

    Popopop ! Cette histoire de pauvre petit roseau, ça ne tient pas debout, Serge ! La preuve… j’t’ai fait avouer que tu essaies (je dis bien « essaies ») de capturer de malheureuses anguilles qui se baladaient par là, toutes gaies et frétillantes, les pôvres innocentes ! 😥 😀

Les commentaires sont fermés.