Des nouvelles de mon «  » » »éditeur » » » »

LES-EDITEURS-2

J’ai renoncé à faire un documentaire sur l’édition, comme je l’ai déjà dit ici (je fais dans la fiction, pas du tout sur le sujet). Je viens de recevoir aujourd’hui un courrier de l’éditeur de Catapulte. Le contrat d’édition prend fin le mois prochain, ce qui veut dire que le livre ne sera plus commercialisé et le stock sera détruit. Plus de Catapulte.

Mais heureusement, ce chouette éditeur participatif (qui m’a déjà coûté un bras) me propose de prolonger la commercialisation dans le mode « impression à la demande ». Du genre, le gars commande le bouquin et il le reçoit 15 jours après. C’est génial ! Et en plus, ça ne me coûterait que 145 euros par an. Vous imaginez ? C’est pas cher.

Bref, un conseil : si vous avez écrit un bouquin, soyez assez patient pour trouver un vrai éditeur. Si vous ne l’êtes pas, il existe des sites d’autoédition qui ne vous coûtent pas un centime et qui fonctionnent aussi à l’impression à la demande.

Second conseil : vous pouvez acheter encore Catapulte par ICI. Après, je mettrai mon stock sur Amazon à des prix d’enfoirés. Non, je déconne.

À part ça, un rendez-vous avec mon agent ce matin, un commencement de tableau cet aprèm et je pars pour un pot de début de tournage du Village Français.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Des nouvelles de mon «  » » »éditeur » » » »

  1. Lydie dit :

    Pfff…c’est loin ce village-là pour y faire de la figuration !

  2. Lydie dit :

    C’est pas sympa ça, de détruire le stock ! 😦

    Attends que j’attrape ma catapulte, que j’y mette un menhir (merci Obélix, un gros s’il te plaît) et que je le vise au nez, ton drôle d’éditeur ! 😀

  3. hetre dit :

    Tu viens de m’apprendre une chose qui me fais beaucoup de peine : Un éditeur n’est pas forcément un amoureux des livres mais peut être aussi un quincailler ou un épicier au sens péjoratif du terme. Finalement c’est un métier qui évolue comme mon pharmacien qui petit à petit devient droguiste.

    • Blog Blancan dit :

      Beaucoup d’éditeurs sont des marchands… À l’image du monde que nous avons fabriqué. Mais il y en a qui essaient de le changer, des amoureux des livres, de la nature, de la démocratie… Le rêve n’est pas à vendre !

  4. Lydie dit :

    Oui Hêtre,
    tu tends ton ordonnance au pharmacien,
    il t’a donné tout ce que le médecin a prescrit,
    Mais il te demande quand même (au choix) :
    « C’est tout ce que vous désirez ? »
    « Il vous fallait autre chose ? »

    La première fois que je l’ai entendu, ça m’a choquée… en fait, ça me choque encore ! 😉

    Pour l’édition,
    Business et labyrinthes,
    Faut vraiment aimer écrire pour ne pas être découragé ! 😀

  5. serge barande dit :

    « Quand le contrat d’édition s’arrête, le stock de bouquins déjà imprimés est détruit. »
    Bonjour le Mécénat et le respect des auteurs et de leurs œuvres !
    Le type – et un certain système – pourrait au moins penser :
    – à ne pas « détruire des bouquins » (n’y a qu’à les brûler tant qu’on y est !). C’est un monde, ça !
    – à en faire don aux bibliothèques diverses et variées (monde de l’enseignement, foyers de papis-mamis, médiathèques…), que sais-je encore ?
    – ou bien, a minima, en faire « un tas » sur le trottoir, à l’abri des intempéries, pour que celui qui le veut, se serve.
    Quelle bande de sagouins, à conchier dans la graisse de yacht !

    Comme dirait cette philosophe bimboesque de la téléphonie mobile : « Allo quoi… Détruire des bouquins ! Non mais allo, quoi ! Moi qui sait à peine lire, quel gââââchis ! ».

    J’ai bien fait de l’acheter Tacataputle (roh, j’y arrive jamais !), because que le bouquin y sera bientôt porté disparu. Et dans 10 ans, y vaudra la peau duc’… Hé-hé-hé………
    Pour mon futur projet d’ouverture de casier de bouquiniste sur la berge de Garonne, au voisinage immédiat du ponton (plus pratique : un œil sur le casier, l’autre sur le verre de Pomerol – fais chier, ça fait loucher), Katatulple (pffffou…) est une oeuvre sûre en termes de coucougnettes aurifères !
    Merci Bernard !!!

Les commentaires sont fermés.