Arraché de la campagne

paris_edited_445x280

De retour à Paris. Ce soir, avant-première de Vendeur (sortie mercredi prochain). Cet après-midi, je rencontrais un réalisateur pour tourner dans de la science-fiction. Très excité par le projet. Mais possible que ça ne marche pas pour une histoire de date.

Je les ai aimés, ces jours passés en Charente. Repérages, balades, scies circulaire et sauteuse pour travaux, jardin, soleil. Mais c’est pas tout, il va falloir refaire l’acteur avec un plaisir d’enfant. Dans trois jours, je retrouve Anselme.

Je rappelle que D’une pierre deux coups de Fejria Déliba est en salle. Pour Toril, la sortie se fera le 5 octobre.

Par je ne sais quelles manigances, l’Evêché a encore muté le Père Florentin, jugeant sans doute trop belle l’église que je vous avais montrée. Il l’envoie dans un petit village avec la charge d’une églisette fort modeste perdue à l’orée d’un bois.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Arraché de la campagne

  1. serge barande dit :

    Mmmmh. C’est mieux ainsi, l’autre faisait trop mastodonte, trop cossue. Trop cathédrale, pas assez chapelle planquée (tu vois celle de Lugos…).
    Salue Anselme de ma part… Ça va encore barder entre les uns et les autres !

  2. pascale265 dit :

    C’est pas fini le Village. Putain mais elle a duré combien d’années cte guerre ?

  3. pascale265 dit :

    Elle est pas un peu trop illuminée ton église là ?

  4. Lydie dit :

    Pfff… T’as des goûts de luxe maintenant, une église en or, et le pont qui va avec !!

  5. serge barande dit :

    Le Clergé est richissime ! Mazette…
    Les Prêtres, Moines et Bonnes Sœurs ont fait vœux de Pauvreté, Eux… tous unis en leur sacerdoce.
    Mais les Évêques et Cardinaux sont les mieux vêtus, les plus clinquants parfois (y a quand même un petit côté bling-bling-rappeur chez certains… pieu certes… mais rap quand même – t’as qu’à voir les breloques, chaînes dorées et tiares de mise !).
    Ben tout s’explique, finalement, au sujet de cette sorte d’église illuminée… que tu as photographiée.
    L’Église n’est dorée que pour l’Élite.

    Ton curé de village… hé !?… il a quoi sur son dos : une soutane à trois francs six sous et sous ses fesses : une 2CV, une 4L, une Ami 8, ou une autre bagnole plus moderne mais pas plus chère (Twingo!).
    Et pendant ce temps, son Évêque fait dans le rutilant, limousine à sièges de cuir… quasi le ‘dispendieux’ des deniers du Clergé, le gaillard ! Mais dans ce mot, y a bien ‘dieu’, et au pluriel en plus… Ouf, sa morale chrétienne est sauve !

    Plus la Robe est longue et colorée, et la tatane ornée d’une boucle dorée, plus t’es Évêque ou Cardinal… Ponte Ifical, en tout cas.
    T’es pas de la crotte de cureton de campagne, avec ses trois ouailles et demie, là…
    T’as même tes entrées dans le Grand Monde du Clergé.
    Té… tu vaticannes même, peut-être… !

    Je croyais qu’on avait jadis séparé l’Église de l’État… Ben ce système n’est pas sans me rappeler celui illustré par les vociférations politiciennes d’un petit homme juché sur des chaussures à talonnettes (sans boucle dorée, celles-ci).
    Comme quoi, tout n’est finalement pas si bien réglé que ça.
    D’ici que le Clergé entre en politique………..

    Athéismement tiens.

Les commentaires sont fermés.