Digressions ponto-ascensionnelles

radio

À l’occasion du quatrième anniversaire de l’investiture de Hollande, la droite a offert des petits clips (Juppé, Le Maire, Sarkozy…) qui se moquent de Hollande et de ses promesses non tenues. D’une part, je pense que dans la bataille des chiffres, bilan contre bilan, ils feraient mieux de faire profil bas. Quant aux promesses non tenues, par exemple « notre ennemi, c’est la finance ! », ce sont des promesses de gauche. De quoi se plaignent-ils, à droite ? Donc, chers amis de droite, ce n’est pas parce que la gauche compte de nombreux déçus que ces derniers vont aller vers vous ! C’est nous prendre pour les imbéciles que vous aimeriez que nous soyons que d’imaginer cela. Votre stratégie, si vous voulez mon humble avis, elle se retournera très vite et très facilement contre vous. Il va falloir inventer autre chose. Et on sait bien que, dès que vous ferez des propositions, elles ne viseront qu’à privilégier toujours les mêmes. Pas les gens. Pas nous. Juste vos amis, ceux qui s’en sortent toujours. Depuis le temps, on vous connaît, vous savez. Donnez-moi une seule mesure de droite, depuis un siècle, qui soit allée dans le sens de la justice sociale, qui ait représenté une avancée dans la liberté, le droit social. Les congés payés, la durée de travail, l’âge de la retraite, tout ce qui fait notre vie, ce n’est jamais la droite qui a apporté le moindre progrès dans cette justice-là. Jamais. Je me trompe ?

La campagne des présidentielle s’annonce d’ores et déjà bien nivelée par la mauvaise foi. Ça promet. Je me souviens de 2012 où, sur les réseaux sociaux, ça avait été la grande hécatombe des amis Facebook. Ça s’énervait, c’était épidermique.

J’aimerais ressembler à la majorité de mes compatriotes qui se contentent de détester Hollande, sorte de sport national depuis 2012 qui consiste à se moquer d’un personnage qui n’est pas dans les clous du charisme publicitaire. Moi, Hollande, je l’aime bien. Il est tout rond, humain, il veut toujours bien faire, qu’on l’aime, ne vexer personne. Et puis, quand ça lui prend, il hausse le ton et sait se battre comme un chef. C’est juste sa politique de droite que j’aime pas. Car j’ai le tort de m’intéresser à la politique. Pas aux bonhommes, mais à l’organisation de la démocratie, aux fonctionnements économiques. C’est mal vu, je sais, pour un acteur, de s’intéresser à ces choses-là. Mais j’ai beau essayer de me taire, ça sort tout seul.

Sinon, il me tarde demain. C’est la sortie du dernier album de Radiohead. Rien de politique. Je suis déjà fan absolu de leur marketing. Ils commencent par effacer leurs comptes Facebook et Twitter. La presse s’interroge. La fin de Radiohead ? En même temps, ils envoient un courrier papier au listing de leurs fans. Un courrier énigmatique qui semble se terminer par une menace « nous savons où vous habitez ! ». Burn The Witch, brûlez la sorcière, tel est le premier clip qu’ils postent quelques jours plus tard sur Youtube. Hier, un second morceau, Daydreaming et l’annonce de la sortie de l’album dimanche. De la pub qui va à l’envers de la démarche publicitaire agressive qui impose. Là, c’est nous qui courons vers l’album. Et j’aime bien être le pigeon de cette chasse au client, me transformer en fan de base.

Quand j’ai découvert tardivement Radiohead, en 98, avec OK Computer (merci Pascal Cerveau avec qui je tournais Peau d’Homme), ça avait été un moment fort, comme celui où j’étais tombé dans Pink Floyd dans mon adolescence. Enfin une musique qui vibre en résonnance avec mon être. Difficile de définir objectivement un pourquoi puisque l’on se situe avec la musique dans la subjectivité pure. Sans doute la singularité de la voix de Thom Yorke est-elle pour quelque chose, ainsi que l’inventivité des arrangements sur des lignes mélodiques simples, harmonieuses et/ou dépressives. Bref, les stratégies commerciales des rocks stars sont déjà un acte à la fois artistique et ludique. Et, comme tous les fans de base avec qui ils s’amusent, ça me plait.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Digressions ponto-ascensionnelles

  1. Pascale dit :

    Limite il fait même chaud !

  2. Le droit à l’avortement ? Mesure pourtant on ne peut plus éloignée de l’image de notre droite…

  3. serge barande dit :

    Long mais excellent !
    Je ne sais pas si j’ai bien tout bien saisi…
    J’ai cru lire et comprendre qu’en 1998, François Hollande faisait partie de Radio Head ! Un mec de Gauche à l’époque (?).
    Après, il aurait quitté le Groupe… (???) pour rejoindre « les Flamants Roses ».
    Un Chieur, en soi !
    Se donnant ainsi la Liberté de faire la pluie et le beau temps…
    D’aucuns, quelque part réducteurs, diraient qu’il n’a fait que la pluie…
    Nos beaux jours sont donc ainsi comptés…
    Où la météo rejoint, inexorablement, nos bonnes humeurs politiques…

    En tout cas, et hors contexte, je suis allé reclouer ce qu’il fallait reclouer…
    Outre tout ceci, le « Petit Peuple » fait le taf, pour le bien-être du plus grand nombre…
    Domaine d’Importance pour plénitude partagée !…

Les commentaires sont fermés.