Frairie

feu2

Hier, c’était la frairie dans mon village d’accueil. Il s’agit d’une fête foraine avec repas gaulois. L’occasion de croiser quelques villageois. Étant dans une période de tournage, j’ai forcément la tête d’Anselme. Et de fait, une dame m’a reconnu. Ben dites donc, on dirait vraiment le personnage ! On dirait que vous êtes prêt à tourner. C’est dire comment je m’habille pour aller à la fête. En rentrant, j’ai constaté que j’avais passé à la hâte mon pull à l’envers. Ça a dû concourir.

J’ai aussi sympathisé avec la factrice. N’ai-je pas été facteur remplaçant dans ma jeunesse (j’ai adoré ce métier). Elle m’a raconté que depuis 95, les facteurs ne sont plus fonctionnaires. J’ai appris aussi que sa voiture était équipée d’un mouchard électronique, histoire de contrôler les arrêts pour chaque client (15 secondes maximum), la consommation d’essence, les kilomètres parcourus et le temps de la tournée. C’est devenu sympa, la Poste ! C’est comme partout. Le salarié est suspecté d’être un gros branleur. Vive la loi travail ! Ça va encore empirer. Quand je pense qu’il y a des gens pour voter à droite. Tu me diras, le PS cuvée 2012, on ne voit pas trop la différence. C’est comme la CFDT qui signe tout ce qui bouge dans le sens du MEDEF. J’ai eu l’honneur d’interpréter Piaget, un des héros du conflit des LIP et qui appartenait à ce syndicat. Il doit se demander si c’est le même.

Allez, ce soir et demain, je suis à Paris. Mardi, départ Limoges pour mes derniers jours dans le village Français.

Je n’ai pas parlé de mon tournage à La Rochelle. En fait je n’avais que deux petites séquences, moitié mort dans un lit d’hôpital. Les scènes de jeu, c’est pour bientôt. Franchement, pour ce que j’en ai vu, ça ressemble à une super série de science fiction. Open Space, cela s’appelle.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour Frairie

  1. serge barande dit :

    T’as croisé une factrice « pucée » !… C’est complètement scandaleux ce système.
    Dans les cambrousses, « le facteur » est aussi un lien social : apport de médocs, de pain parfois, aux petits vieux grabataires et isolés. Ben en quinze secondes, le lien social il en prend un sacré coup dans la musette.
    Aide ton prochain… Mais t’as que quinze secondes ! Et si tu lui claques la bise en la seizième seconde… BIM !
    Putain… Où on va…??? Honte au systus !

    • Blog Blancan dit :

      Vive les pontons manuels !

      • serge barande dit :

        M’en parle pas, ce truc-là me sidère.
        Y a en un autre dont on a récemment entendu parler – du même style – où les nanas et les gusses, dans une entreprise, y ne pouvaient pas aller pisser tranquilles. Y fallait je ne sais plus quel ‘machin’ les y autorisant.
        Du grand n’importe quoi !

      • Blog Blancan dit :

        C’est une évolution qui court depuis 1974 sous le prétexte de la première crise (pétrolière à l’époque). Depuis, on enchaîne les crises car ça profite à l’économie (pas celle des salariés).

    • pascale265 dit :

      Eueuh ! Tu vis au XIXeme ??? Tu vois des facteurs à biclou à Trifouillis les Pedzouilles toi ?

  2. Brigitte dit :

    La frairie de Nontron… Joyeux souvenirs de mon enfance !!! 😉

  3. Lydie dit :

    Le pull à l’envers… Ouaaahahaha !!! 😀

  4. Lydie dit :

    AVANT ??? :0

  5. hetre dit :

    Anselme Dagobert, ça sonne bien aussi.

  6. pascale265 dit :

    Le salarié n’est pas un gros branleur ???? On en apprend tous les jours !

  7. Claude dit :

    Dans les Charentes ? Frairie ? T’as donc viré à l’aigre ? (Comprenne qui peut.)

  8. serge barande dit :

    Et merde! Manquait plus que Barouin dans l’histoire… Barouin, c’est pas « un super moment pour les gamins » ! Il n’arrive même pas à faire sourire les adultes; Quoique parfois, en ixième degré…

  9. anita dit :

    Facteur … qui fait le brin de causette en apportant une lettre manuscrite … c’est beau

Les commentaires sont fermés.