Triste

Big_Brother_is_Watching_Wide

J’avais fait deux articles sur des faits réels : la mère de mes enfants qui se fait frapper à terre par un flic pendant une manif à Bordeaux et se retrouve à l’hosto. Photos + certificat hospitalier. J’ai enlevé les articles car les photos devenaient des images symboliques faisant fi de la personne qui y était exposée à terre, recevant les coups d’un homme armé dans sa carapace noire. De plus, elle était le prétexte d’un discours anti-flics pour certains et facho pour d’autres. Or, je ne considère pas que la police dans son ensemble, dans sa fonction, soit responsable de tels agissements. Mais il est du devoir du ministre de l’intérieur de lever la voix, mettre en garde contre les violences policières qui, n’étant jamais sanctionnées, se sont développées avec la complicité silencieuse des média ces derniers temps.

J’avais fait un article dans lequel j’exprimais ma colère devant le lâche attentat qui avait coûté la vie à un policier et à sa femme devant leur enfant de trois ans. Ignoble ! Dans le même article, je m’indignais aussi du message de Valls trop politicien : « La nation toute entière soutient la police ». Je corrigeais en disant que la nation toute entière soutenait toutes les victimes du terrorisme, bobos en terrasse, dessinateurs engagés, jeunes en concert, homosexuels à Orlando, policiers. En bref, la nation toute entière soutient toutes les victimes du terrorisme, sans distinction. Mais comme deux informations dans un même article, c’était trop pour les esprits focalisés. J’ai enlevé l’article.

En boucle, depuis hier, on voit les vitres de l’hôpital abîmées par les manifestants. Vu par les média qui forgent notre opinion, ça devient « les casseurs saccagent l’hôpital des enfants ». J’étais à la manif et j’ai vu que ces incidents ont eu lieu pendant une charge redoutable de la police. Sinon, les casseurs, comme on les appelle, ils cassaient les espaces publicitaires Decaux et les vitrines de banques. On peut dire que c’est pas bien. Et c’est vrai que dans un état normal, c’est pas bien. Mais ces casseurs en question, il se trouvent qu’ils sont de plus en plus nombreux, qu’ils sont rejoints par des gens de toutes générations, par des syndicalistes. Ces gens-là ont atteint un tel niveau de colère que pour eux, c’est déjà la révolution. Et une révolution ne se fait pas à coups de chamallows. J’ai vu plusieurs manifestants blessés, l’un d’eux enlevé dans un état grave par un fourgon de pompiers.

Alors qu’un hélicoptère survole la manif, il serait très facile de rapporter des images pour montrer l’ampleur d’une manifestation. La télé ne lésine pas sur les moyens pour filmer des inondations, par exemple. Au lieu de ça, jamais de telles images ne sont diffusées car le pouvoir n’a aucun intérêt à ce qu’elles le soient, que l’on juge par nos yeux. Elles empêcheraient de laisser dire à Valls que les chiffres avancés sont ridicules. Elles parleraient trop fort, les vrais images. La télé se contente de se focaliser sur la façade d’un hôpital, faisant des manifestants des monstres dont Hollande promet déjà d’interdire les manifestations.

La communication aujourd’hui, elle n’est partageable que quand elle est partielle, partiale, qu’elle ne montre qu’une chose, une couleur (et toujours dans le sens du pouvoir et de l’ordre souhaité par ceux qui dirigent le monde). Je suis extrêmement attristé de voir des gens pour qui j’ai voté parce qu’ils étaient socialistes se livrer aux mêmes jeux de propagande à deux balles que la pire droite. Je suis aussi attristé de voir avec quelle vitesse les gens se laissent embarquer par de la communication uniquement basée sur de l’émotion fabriquée.

C’était jour de bac de philo. Les élèves étaient encouragés à penser avec thèse et antithèse alors qu’ils vivent aujourd’hui dans un monde où la pensée a été définitivement sacrifiée aux espaces publicitaires. Aujourd’hui, ce qu’on garde comme image des manifs, c’est une voiture de police en feu et la façade d’un hôpital qui a pris des coups. Mais quand on gratte un peu, qu’on ouvre les yeux, une lueur d’espoir brille encore, basée sur des réalités, des chiffres, des statistiques qui disent tous qui sont les enfoirés et qui sont les victimes. Il y a les terroristes, bien sûr. Mais il y a aussi ces gens bien propres et peu bruyants qui écrasent le peuple avec le sourire et leurs cris d’horreur au nom de la démocratie. Pauvres guignols. Et nous, pauvres enfants qui croyons au spectacle de marionnettes.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Triste

  1. 80ter dit :

    en effet, trop de tristesse, merci de l’avoir si bien exprimée.

  2. Tellement d’accord, encore une fois, avec cet article et tellement triste également de me sentir à ce point trahie par ces gens que j’ai élus et qui, aujourd’hui, piétinent tout ce à quoi j’avais cru encore (et malgré que je n’aie plus 20 ans…)…
    Je me permets de partager ici une analyse du « saccage » de l’hôpital Necker autre que celle qui nous a été servie par les médias et que ce gouvernement de gauche (?) est trop heureux de prendre comme prétexte pour laisser entendre qu’après avoir usé du 49.3 au mépris de tout processus démocratique, il entend désormais interdire purement et simplement les manifestations…
    Oui, je suis triste… Infiniment triste…
    https://lundi.am/Sur-l-instrumentalisation-des-vitres-de-l-hopital-Necker-Un-parent

  3. Pascale dit :

    les vrais images ?
    Tu vois j’ai lu jusqu’au bout.
    Synthèse.
    Heureusement je ne regarde pas les infos.

  4. Ping : Matraquée et frappée à terre, les faits… | blog blancan

  5. Pierre LAGORCE dit :

    Totalement en accord avec ton billet, Bernard. Moi aussi, j’ai voté pour les personnes qui nous gouvernent actuellement. A vrai dire, j’ai surtout voté contre Sarkozy. C’est une habitude: on ne vote plus « pour », on vote « contre ». En vérité, je n’avais pas trop d’illusions. Pas trop.
    J’ignorais les faits dont tu parles (la mère de mes enfants.) Je suis bouleversé. Je voudrais lui écrire.
    Je crois maintenant que l’étiquette politique n’a plus de sens quand il s’agit de ces gens qui font profession de nous gouverner et qui se sont appropriés ce pays,les biens et le pouvoir. De droite, du centre, de gauche, ils font le même métier, ils sont collègues et surtout, ils sont impuissants et serviles face à l’empire multinational des affaires.Quant aux policiers, ils n’ont pas changé depuis le métro Charonne et même avant : le tabassage est leur métier. Je crois que les jeunes qui manifestent, ont raison : il faut trouver d’autres voies. Mais lesquelles? L’affairisme nous tient.

  6. serge barande dit :

    En prélude, mes bises à Pierre…
    Je n’irai pas sur le fond, Bernard. Tu connais si bien déjà mon sentiment – et parfois mes aigreurs – sur le sujet. Mon bulletin me brûle parfois les urnes. Dans la douleur absolue…
    Je rebondirai juste sur le Bac Philo… Me disant que : Croire et bien vivre, participent forcément au bon savoir.
    Si t’as le 06 du casqué-motorisé… Et si t’as une piste pour retrouver dans les archives nationales, une once exemplaire du Siècle des Lumières… Merci de lui faire part de ma réflexion de ce soir.
    Car, là, (non, pas Bruni), je m’épuise un peu…

  7. Un seul principe universel dans le monde politique et patronal : Le fort exploite le faible.
    La stratégie des politiques et du patronat, c’est la fragmentation catégorielle :
    Privé/Public – Syndicats jaune/Syndicats rouge – cadres/non cadres – CDI/CDD – Salariés/Chômeurs.. etc..
    Hollande dérive de plus en plus vers l’autoritarisme confirmant que l’essence dictatoriale de la Constitution de la Vème République.
    L’utilisation du 49.3 pour disqualifier un parlement qui, pour une fois, résiste aux exigences de l’oligarchie que représente le Chef de l’Etat, est l’expression de l’illégitimité de son pouvoir.
    L’illusion démocratique se déchire. Les manipulations des groupuscules, les provocations par officines interposées et la propagande éhontée des médias sous contrôle de l’oligarchie, ne suffisent plus à dissimuler l’imposture du pouvoir.
    Les rapports de force sont les seuls qui comptent dans l’affrontement entre la grande bourgeoisie et ceux qu’elle exploite sans vergogne sous le couvert d’institutions d’autant plus puissante qu’elle repose sur des lois scélérates illégitimes.
    Soyons plus forts encore et reprenons en mains ce qui nous appartient, nos vies.
    Bonne journée à toi et bravo pour ton papier Bernard 😉

  8. BARRIOS Corinne dit :

    Bonjour Bernard,
    Je suis un peu une revenante (Cruche, théatre en planche années 80). Dis moi c’est Maryse qui est la mère de tes enfants et qui s’est fait tabassée à Bordeaux?
    J’aimerais bien avoir de ses nouvelles …
    Corinne

  9. serge barande dit :

    Bises Corinne… du « Tes Hanches en Plâtre » (roots)… Rigolo de te lire. Mais Domaine d’importance oblige… Et je te comprends bien.
    Bernard te dira…
    Serge

Les commentaires sont fermés.