Cosmodrama… enfin !

Profitons de ce jour de paix pour annoncer la sortie de Cosmodrama de Philippe Fernandez le 29 juin ! Un petit tour dans l’espace avec Jackie Berroyer, BB votre serviteur, Émilia Derou Bernal, Emmanuel Moynot, Serge Larivière, Sasha Ley, Ortes Holz, Stefanie Schüler, un chien et singe, loin de la politique, de la loi travail et du terrorisme, ça vous dit ?

C’est un OVNI cinématographique seventies métaphysique et tatiesque. Dépaysement garanti et petit régal assuré. Cannes sélection ACID 2015. Musique : Sylvain Quément.

Dans les prochains jours, je donnerai des précisions sur les salles et compagnie.

15 réflexions sur « Cosmodrama… enfin ! »

  1. En tout cas, l’extrait ou la présentation que tu avais mis(e) donne envie de découvrir Cosmodrama !

    J'aime

  2. C’est annoncé pour mercredi prochain, le 22.
    Il me tarde d’aller voir de quoi est « spécialiste » Jackie Berroyer, bien élégant avec sa cravate.
    Et l’univers d’ensemble. Je garde un très bon souvenir de Léger Tremblement de Terre.
    J’avais le même sous-pull à col roulé que toi quand j’étais en sixième. Une couleur qui attirait davantage les hot-dogs que les filles !

    J'aime

  3. Tu nous avais caché qu’il y avait, en votre compagnie spatiale cosmodramesque… un « myxomycète » !
    C’est Jackie ?
    Je te dis ça, vu que le « Fongeux », il accumule en général les emmerdements (spores et pores)… d’ordre tchernobylien… Y capte et retient tout !
    Ce « champignon humain » est comme un pied de thym. Il accumule, conglomère et redistribue.
    Dès qu’il éternue, ton air est vicié ! Méfie t’en.

    Les cèpes ou les girolles sont plus à même de me titiller les papilles !

    Du coup, pour nourrir… (source : Allo Ciné) :
    [Cosmodrama est une suite au premier film de Philippe Fernandez sorti en 2009, Léger tremblement du paysage. Bernard Blancan, qui incarne le reporter dans Cosmodrama, était déjà de l’aventure : « Dans ce film précédent, les personnages ont tous le regard tourné vers le ciel, pour des raisons et des intérêts différents ; dans Cosmodrama c’est exactement comme s’ils étaient allés voir de plus près de quoi il retournait. Ils sont passés de l’autre côté des nuages. Et j’aime en effet concevoir mes films comme une suite, d’abord pour l’idée de construire un ensemble, ce qui est quand même plus ambitieux artistiquement que de faire quelques films, ensuite parce que chaque film ouvre une question nouvelle qui sera ‘‘traitée’’ dans le suivant », explique le cinéaste. « ].

    Ah, ce fameux Espace bleu entre les nuages…
    Horizon philosophique qui prend, parfois, un certain sens politique.

    J'aime

      1. Pardi… ! Non…
        Et le premier qui dit le contraire, je le scalpe avec mon Opinel ! (1984, muséographiquement, important).

        J'aime

Les commentaires sont fermés.