Mangé cerises et framboises jaunes

tof

Oui, on garde un peu d’intimité, quand même. J’étais tellement déçu d’être obligé de garder ma barbe que j’ai désherbé, aujourd’hui. C’est à cause d’Open Space. La journée de tournage d’aujourd’hui a été repoussée parce que le décor était noyé. Comme j’avais prévu une brève escapade charentaise, j’ai enfin trouvé l’été.

Très bonne journée de tournage hier, en intérieur à cause de la pluie. Ok, c’est un petit rôle dans cette série de science fiction, mais bien joli. J’ai encore appris sur mon métier (je n’entrerai pas dans des détails techniques puisque le blog n’est pas non plus une master class). Disons que, plutôt qu’apprendre, il s’agit d’une confirmation pratique de choses théoriques sur la façon de doser le degré d’émotion dans le jeu pour une scène écrite comme une scène d’émotion. C’est comme pour le comique que j’évoquais il y a peu. Selon l’écriture, il convient souvent de s’effacer derrière la situation. Une putain de cuisine, le jeu d’acteur. Et le pire, c’est qu’il n’y a pas de recette. On va trouver magnifique quelqu’un qui en fait des caisses, ou génial celui qui contourne la situation. En fait, c’est dans le regard du spectateur que ça se passe au bout du compte. L’acteur n’a plus qu’à choisir son camp, en complicité avec le réalisateur, bien sûr.

La semaine dernière, j’ai refusé encore un rôle, tiens. Il s’agissait de jouer un personnage fort peu sympathique et qui finissait en cadavre nu et égorgé. J’avais le choix entre gagner de l’argent ou m’offrir le luxe de faire ma chochotte. À chaque fois ces luxes coûtent cher. J’adore jouer les méchants (à condition de jouer aussi autre chose). Mais je m’accorde quelques limites. Dans les faits, j’ai donc accepté un petit rôle très mal payé et refusé un gros bien payé. Heureusement, il y a l’autre côté de la caméra qui m’excite et se concrétise…

 

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Mangé cerises et framboises jaunes

  1. Lydie dit :

    M’en moque qu’il n’y ait pas de photo, j’ai reconnu le mirabellier ! 😀

  2. Lydie dit :

    Rhâââ… Mais y’a un potentiel énooorme à jouer un cadavre nu et égorgé !! Tu passes à côté de la gloire !

  3. Lydie dit :

    Chouette alors, prochaine fois j’te propose une partie d’échecs !

  4. Lydie dit :

    À droite du poirier en fait, je ne vois pas bien si c’est une haie ou une murette, tu peux te pousser un peu pour que je vois mieux, steup ?

  5. Pascale dit :

    Ah toi aussi tu désherbes ? Faut dire qu’il y a de quoi faire en ce moment.
    Tu as bien fait de refuser le rôle parce que de toute façon ça se confirme, tu pourras te reconvertir en photographe.

  6. Lydie dit :

    Tu vois, pour celle-ci, très réussie, j’apprécie moins ton angle de prise de vue que ton choix de sujets intemporels et agréablement colorés. Oui, tu as de l’avenir dans la photo, depuis le temps qu’on te le dit !

  7. serge barande dit :

    Magnifique photo qui respire confitures et salades de fruits ! Voire « la pique » à même les arbres.
    Désherbe pas trop, quand même. Qu’il y ait des fleurs après, pour les butineurs pollinisateurs, et pour plein d’insectes qui papillonnent.

    Côté rôle, t’as bien fait… Finir nu et égorgé, c’est pas assez ! Si encore le scénar t’avais proposé de finir (en plus) écartelé et décharné, voire étripé après avoir été défenestré…
    Là, y aurait eu un vrai chalenge d’acteur ! (un plan pour le Keaton). Et un gros taf qui permettrait d’employer 3 ou 4 maquilleurs-(lleuses), au lieu d’un(e) seul(e). Halte au chomdu des intermittents !
    Mais là… juste pour finir « seulement » nu et égorgé… pfff, quelle insuffisance scénaristique !
    Enfin… moi ce que j’en pense, c’est que t’es pas mal, là, au milieu de ta nature fruitière et herbacée. Ton « ponton » à toi.

Les commentaires sont fermés.