Cosmodrama, la critique de Sud-Ouest

cosmo

BB et Philippe Fernandez

Ce sont des individus en quête de sens. Sept personnages en quête d’auteur. Des astronautes, semble-t-il, quoique ce ne soit pas très sûr. En revanche, il… Un article de Sophie Avon.

Ce sont des individus en quête de sens. Sept personnages en quête d’auteur. Des astronautes, semble-t-il, quoique ce ne soit pas très sûr. En revanche, il apparaît bien qu’ils déambulent dans un vaisseau spatial où, peu à peu réanimés d’une phase de cryogénisation, ils prennent des verres, papotent et s’interrogent. Il semble aussi qu’ils aient une mission à accomplir. Laquelle ? Mais celle de tout un chacun, pardi ! De tout être doué de conscience. Appréhender le monde. Essayer de comprendre l’obscurité qui nous entoure.

Au moins, voilà un film qui vise les hauteurs et dont les dialogues sont brillamment articulés. Il est vrai que l’aréopage n’est pas neutre. Il y a un astronome (Jackie Berroyer), un reporter (Bernard Blancan), une biologiste (Sascha Ley), un psychologue (Emmanuel Moynot), une physiologiste, un sémiologue musicien. Sans oublier un homme à tout faire (Serge Larivière), candide de surcroît, dont les visions voient le jour au bout de son pinceau. Ainsi qu’un chien et une guenon… Et tout ce petit monde traverse l’espace en essayant de mettre des mots sur ce qui le dépasse. Ce n’est pas ici qu’on sera attaqué par un alien ou une météorite. Mais chacun à sa façon apportera sa pierre aux mystères du vivant.

Au fait, la création du monde est-elle le fruit d’un hasard ou l’accomplissement d’une volonté supérieure ? Et, d’ailleurs, peut-on avoir la connaissance d’un système quand on lui appartient ? Gödel postule que non, armé d’un théorème dont le nom est si beau : « théorème d’incomplétude ». Et sinon ? Sinon rien mais c’est ce rien qui compte. Inutile d’avoir peur. « Cosmodrama », de Philippe Fernandez (qui enseigne aussi à Bordeaux), est une fable philosophique, un rêve ludique dont le ton et les situations loufoques offrent un voyage captivant. L’espièglerie y est de rigueur et la rigueur, scientifique. Petit prodige.

« Cosmodrama », de Philippe Fernandez (France). Avec Jackie Berroyer, Bernard Blancan. Durée : 1 h 52. En salle mercredi. Rencontre avec le réalisateur, jeudi 30 juin, 20 h 30, à l’Utopia de Bordeaux.

Une fable philosophique, un rêve ludique dont le ton et les situations loufoques offrent un voyage captivant.

À lire aussi : https://blogs.mediapart.fr/cedric-lepine/blog/090615/la-science-debarrassee-de-ses-demons-entretien-avec-philippe-fernandez-pour-son-film-cosmodrama?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cosmodrama, la critique de Sud-Ouest

  1. serge barande dit :

    Je l’ai lue ce matin. Ça m’a fait plaisir que Sophie Avon termine sa critique par : « Petit prodige ».

Les commentaires sont fermés.