24 réflexions sur « Pourquoi pas d’article ? »

  1. Non mais c’est quoi tout ce bazar ??!

    Tu as un sens de l’esthétique particulier… moi j’trouve que ça fait un peu chargé comme déco…

    J'aime

  2. On peut dire que ce déménagement se fait dans les règles de l’art, la méticulosité de l’artiste à la recherche de la perfection. On sent bien que tu sais emballer tant les meubles que le public.

    J'aime

  3. Oui, en effet… !
    Mais pendant ce temps, les fruits tombent au sol…
    Je vous le dis, elles sont pas encore faites mes confitures de cerises !

    J'aime

      1. Ouais… Ben fais gaffe de ne pas te faire embarquer dans la marmite à stériliser « tes » bocaux, ça brûle aux entournures !

        J'aime

  4. Il fait beau mais t’es pas à l’abri d’un coup de vent… !

    Dis, là, j’ai Robin Renucci sous la main, à Malagar : c’est pas ton écharpe qu’il a prise ? Tu veux que je lui demande de te la rendre ? 😀

    J'aime

      1. Ah ben, t’as répondu trop tard… il est reparti avec… !

        Mais j’ai une preuve hé hé, je l’ai filmé ! 😉

        J'aime

  5. Vu les délais, j’espère que les gros colis sont arrivés à bonne destination. Que tu les as bien dispatchés. Que t’as rien cassé.
    Maintenant que tout est bien en ordre (donc – j’espère…), si tu te retournes, tu verras le petit panier en osier, posé par terre à l’entrée de ta chaumière.
    Si t’es pas trop fatigué, va me ramasser quelques cerises s’il te plaît, un petit kilo, pas plus.
    Tu les rinces, juste (cause que des guêpes ont dû caguer dessus).
    Je ne te demande même pas de les dénoyauter.
    Et tu les mets dans la cocotte que t’as négligemment planquée dans le bas de buffet.
    Tu mets un tout petit peu d’eau et 400 grammes de sucre. Tu me mets tout ça à feu doux durant deux heures et demie.
    Mais tu surveilles de temps en temps, hein. Ne te fiche pas le camp je ne sais où, sous je ne sais quel prétexte artistique. Tu vois pas que ça crame ?!
    Après, tu mets ça dans les vieux pots (où l’on fait les meilleures confitures, c’est bien connu).
    Et tu viens me les amener au ponton, tes petits pots merveilleux ?
    Mais avant, on conclut sur la date et je te mets à chambrer ce qu’il faut, si tant est que tu me confirmes tes préférences (Pomerol, Saint-Estèphe, Saint-Julien, Margaux, Saint-Emilion…).
    Bon courage en attendant…

    J'aime

    1. Et pas besoin de stériliser les p’tits pots… ‘tention, j’arriiiiiivaupontonaveclepain !!

      Euh, cette année, je n’ai pas vu une seule cerise mûre, comment ça se fait ??

      J'aime

  6. Je viens de réaliser que tu demandes à Bernard d’apporter les pots…y’a pas un risque de casse ? 😀

    J'aime

      1. Les pots… s’il les fait, seront bien rangés sous aisselles, et arriveront à bon port. L’homme est sérieux.

        J'aime

  7. Ben quoi « beurk » !? Sont stérilisés, bien fermés… et bien calés ! Sécures, quoi !
    Y chipote.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.