Pour une fois que je regarde un match


Je n’ai pas regretté. 

Pas encore Internet à la nouvelle maison. Ça fera des vacances à ceux qui trouvent que je fais des articles trop long.

Sinon, pour un mois d’octobre, il fait doux.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

41 commentaires pour Pour une fois que je regarde un match

  1. hetre dit :

    Je viens de voir le résultat…tu devrais regarder plus souvent.
    pour un octobre, je n’ai pas encore vu ni une palombe ni un cèpe.

  2. Lydie dit :

    Tu as raison, c’est l’été indien ; bientôt les trente degrés !

  3. Sarro Philippe dit :

    Je n’ai pas regardé, je trouve que le ballon est trop rond.

    Par contre j’ai été voir Cosmodrama vendredi soir en compagnie de 17 spectateurs, j’ai beaucoup aimé. La discussion avec Philippe Fernandez qui nous attendait dans le hall d’entrée du cinéma a été très sympathique. Les questions très intéressantes sur le film et les secrets de son tournage ont fusé de toutes part, comme par exemple sur la séquence avec le singe qui n’a pas été filmé en même temps que le psy faisant ses singeries.
    J’ai posé évidemment les miennes, il a avoué que le casque que tu porte est bien un casque de rugby (lol!) mais chut il ne faut pas le dire. Ma question sur l’orgone a dérivé vers l’ocitocine, l’hormone de l’amour pour finir sur Tous à Zanzibar de John Brunner.
    On a aussi évoqué les Ummites et les lettres de Jean Pierre Petit qui seront le sujet d’un prochain film, je lui ai raconté, que justement gamins on avait cherché ensemble les petits gris.

    Je lui ai aussi vaguement suggérer qu’il pourrait faire un film sur Qunzinzinzili, l’oeuvre de SF de Régis Messac et que je te voyais bien dans le rôle principal. il a semblé intéressé, mais c’est sûrement un peu trop pessimiste cette histoire même si elle ne manque pas d’humour.

  4. Hélène dit :

    Pour le tournage sur les Ummites, faut voir , c’est près de chez moi qu’ils ont atterri…Le coin est pas mal du tout pour une reconstitution.. 😉

  5. serge barande dit :

    En vieillissant, les acteurs ne s’améliorent pas, ils commencent à regarder du foot (à 11).
    Bon, après… depuis tout petit je le fais. J’avoue. Pardon ! Nul n’est parfait.
    Et c’est tant mieux !

  6. Lydie dit :

    … C’est normal que parfois tu ne comprennes pas les commentateurs que nous sommes ; on fait exempté pour étudier ton entendement ! 😀

    Et puis… tu comprends tout ce que crient ceux qui commentent les matches ?

  7. Lydie dit :

    « exempté »… n’importe quoi, le correcteur automatique, là !!

    Je voulais dire « on fait exeupré » 😉

  8. Pascale dit :

    Ah les vacances ! Enfin !

  9. Pascale dit :

    Eurcke le foot !
    Maintenant il faudrait leur décerner une médaille quand il n’y a pas d’incidents… chez les supporters. Je conchie le foot !

  10. Pascale dit :

    Et tout ce qui se fait en équipe.
    Voilà, tu m’as énervée.

    Je sais, ça ne fait pas très convivial i solidaire… mais je n’aime que l’intimité et mon leitmotiv est :
    « Le pluriel ne vaut rien à l’homme et sitôt qu’on
    Est plus de quatre on est une bande de cons ».

    Et voilà mon credo :

    « Cher monsieur, m’ont-ils dit, vous en êtes un autre « ,
    Lorsque je refusai de monter dans leur train.
    Oui, sans doute, mais moi, j’fais pas le bon apôtre,
    Moi, je n’ai besoin de personn’ pour en être un.

    Le pluriel ne vaut rien à l’homme et sitôt qu’on
    Est plus de quatre on est une bande de cons.
    Bande à part, sacrebleu ! c’est ma règle et j’y tiens.
    Dans les noms des partants on n’verra pas le mien.

    Dieu ! que de processions, de monomes, de groupes,
    Que de rassemblements, de cortèges divers,
    Que de ligu’s, que de cliqu’s, que de meut’s, que de troupes !
    Pour un tel inventaire il faudrait un Prévert.

    Oui, la cause était noble, était bonne, était belle !
    Nous étions amoureux, nous l’avons épousée.
    Nous souhaitions être heureux tous ensemble avec elle,
    Nous étions trop nombreux, nous l’avons défrisée

    Je suis celui qui passe à côté des fanfares
    Et qui chante en sourdine un petit air frondeur.
    Je dis, à ces messieurs que mes notes effarent :
     » Tout aussi musicien que vous, tas de bruiteurs !  »

    Pour embrasser la dam’, s’il faut se mettre à douze,
    J’aime mieux m’amuser tout seul, cré nom de nom !
    Je suis celui qui reste à l’écart des partouzes.
    L’obélisque est-il monolithe, oui ou non ?

    Pas jaloux pour un sou des morts des hécatombes,
    J’espère être assez grand pour m’en aller tout seul.
    Je ne veux pas qu’on m’aide à descendre à la tombe,
    Je partage n’importe quoi, pas mon linceul. »

    Le reste c’est du blabla, du bruit !
    Sinon, ça va bien, merci.

  11. serge barande dit :

    Texte qui nique bien, entre autres, les religions, les guerres, les partouzes, les fanfares pleines de majorettes, mais qui reste gênant pour les manifs… et leurs succès.
    A moins de quatre, tu batailles grave !
    Je note qu’il ne s’oppose pas aux repas festifs (à 4 ou plus), ni aux parties de pétanques qui ont lieu après (et parfois à 6). Ce qui nous laisse une petite marge pour s’éviter le total ermitage.
    Après, en tant que fils unique, j’ai souvent joué tout seul. Les solutions, j’en trouvais !

    Ce texte est de qui, Pascale ?
    Ça sent un poil le Vian, voire le Ferré (mais le « cré-non-de-nom », ne me paraît pas sien). Beaucoup moins le Beaucarne, plus coolos. Mais pas mal le François Béranger ou le Henri Tachan.
    Les deux derniers ont mes faveurs, car ils en sont fort capables. Et surtout Béranger, un dur à chanter, des premiers instants.
    Mais j’ai la flemme de chercher/vérifier.
    Merci pour la solution…

    • Pascale dit :

      Pour moi ça ne me gêne pas non plus d’y inclure les manifs. J’y crois plus à tout ça.
      Et si la cause ETAIT noble, bonne et belle, nous étions trop nombreux…

      Il ne manquait que Ferrat et Georges dans ta liste.

    • Blog Blancan dit :

      Ben t’as eu la réponse. C’est Polnareff.

      • serge barande dit :

        Son prénom c’est Paul, non ?
        Pas « Pol »… C’est « Emploie » qui s’appelle « Pol ».
        Pfff, j’y comprends plus rien !

  12. Hélène dit :

    😉 J’adore, merci Pascale…ça fait du bien..

  13. Pascale dit :

    Magnifique en effet !
    Je sais grâce à lui qu’on peut bander à part et ne pas être con !

Les commentaires sont fermés.