Détente

le hasard fait bien les choses

J’ai fait de la comptabilité. L’art des chiffres a dû s’inscrire dans mes cellules. Un copain éditeur m’a demandé de lui pondre un article qui parlerait du métier d’acteur. 15.000 caractères espaces compris, qu’il m’a dit. Alors j’ai commencé à écrire, puis j’ai continué et à un moment, j’ai jugé que c’était terminé. J’ai alors regardé le nombre de caractères : 14.950. Après quelques corrections, je dépassais à peine les 15.000. Je n’ai pas suffisamment de pratique de ce type d’exercice pour savoir qu’il faut écrire un certain nombre de pages. Je ne crois pas non plus au hasard. On doit juste avoir une espèce d’intuition ou un compteur interne et inconscient qui fait le boulot.

Quand je dis que je ne crois pas au hasard, ce n’est pas uniquement par le prisme d’une lecture comptable. Par exemple, on m’a proposé de d’auditionner il y a un petit mois pour un personnage locataire du château de Sigmaringen en 44. J’avoue que ce détail de l’histoire m’avait jusqu’alors échappé. Le gouvernement de Vichy s’y était enfui lors de la débâcle. La semaine dernière, un ami me fait lire un scénario dont une partie de l’histoire se passe dans ce même château à la même époque, évidemment. L’ami en question, je dois faire un film sur lui. Objectivement, on pourrait voir une simple coïncidence. Et on a raison. Mais j’aime bien m’accorder la liberté d’y voir autre chose de plus mystérieux. La vie est plus excitante quand on y joue aussi avec ses mystères plutôt que les éloigner farouchement et systématiquement comme le font les rationalistes religieux du matérialisme.

Pour ce qui est de l’article dont il était question au début, je vous indiquerai où le lire le moment venu. Celui que vous venez de lire fait 1.727 signes.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Détente

  1. hetre dit :

    Ce n’est pas parce que tu es tombé à -o,33% que tu dois invoquer le hasard car si tu joues à la Française des jeux où au casino, tu dois tomber pile.
    Quant à jouer dans un château occupé par le gouvernement de Vichy c’est quand même un peu vexant pour Anselme. Bien que un rôle de composition, même si ça marque l’interprète pour le profane, c’est quand même un régal pour le connaisseur. Moi, je serais plutôt dans la première catégorie.

  2. Pascale dit :

    de d’auditionner ???
    T’as vu j’ai lu.
    Mais l’article de 15 000 espaces compris : NON MERCI, sans façon… j’n’en ferai rien, mais je t’en prie, c’est pour moi…

  3. Lydie dit :

    Coïncidences, intuitions, hasards, instinct… plein de jolies choses qui font parfois la vie un peu mystérieuse et la pimente 🙂

  4. Lydie dit :

    PS :
    ça se voit, que tes dés sont truqués !!

Les commentaires sont fermés.