Histoire de pays

sourcier

Dans La Charente Libre d’hier, il y avait un article qui m’a bien fait plaisir. On y présentait André Linard, l’ancien maire de La Rochefoucauld qui est devenu sourcier par amour de ses administrés (ou par nécessité, si vous préférez).

Quand il accède aux responsabilités, dans les années soixante-dix, il doit faire face à un problème crucial : la commune manque d’eau. Sans points d’eaux suffisants, cela signifie un développement moins facile et une eau de ville chère. Un ami à lui, maire aussi à Montbron, lui a offert le bouquin de Yves Rocard (physicien) sur le signal sourcier. Que fait le maire ? En appliquant ce qui est écrit dans le livre, il essaie de faire le sourcier. Au début, ça ne fonctionne pas. Et puis, le signal magique survient avec des baguettes métalliques qu’il s’est confectionnées. Dès lors, il n’a de cesse de chercher de l’eau sur sa commune déshydratée. Et paf, il fait forer à un endroit où les baguettes lui indiquent de l’eau à gros débit. C’est ainsi que nait le forage du château d’eau. Il continue sur sa lancée et va trouver un gisement encore plus important qui permet à la ville d’avoir sa régie municipale d’où coule l’eau la moins chère de France. À quatre-vingt-dix ans, l’ancien maire a plus de 400 forages à son actif.

Voici comment quelqu’un, sans aucune formation, sans initiation, a décidé d’aller au-delà de son rationalisme pour devenir sourcier avec pour principal souci de résoudre un problème concret.

Merci à Véronique de la Bellone (le cœur vivant de mon petit village d’adoption, bar-tabac, alimentation-restau) de m’avoir communiqué cet article.

Je m’aperçois que l’article de la Charente Libre est en ligne. Vous pouvez le lire ICI

20 réflexions sur « Histoire de pays »

  1. Oui, merci à Veronique…Très sensible à cet article, tu penses bien ! 😉 Ne reste plus qu’à rencontrer André Linard, LE sourcier…. 🙂

    J'aime

  2. L’exemple même que la volonté d’aider autrui est plus forte que l’esprit cartésien.
    Quant à Véronique, l’eau moins chère pour servir Ricard et glaçons vaut bien une petite attention.
    (Mais non je plaisante)

    J'aime

      1. J’suis pas toujours très cartésienne !! 😀
        (je l’ai placé avant hein, fais pas attention à la chronologie !)

        J'aime

      1. Bon d’accord, Hêtre, j’aurais dû demander : « Quelles sont donc les circonstances qui ont conduit à un tel désastre ? »
        … euh non, ça marche pas, tu aurais ajouté : « … le feu, sans doute. »
        😉

        J'aime

Les commentaires sont fermés.