Tic

tasse

J’avais largement le temps. Un petit café avant le casting. À la terrasse, un homme baraqué, cheveux rasés, chemise noire, les yeux clairs, gesticule en parlant américain face à un français dont je ne vois que la nuque. Je ne sais pas quel est son accent tant je suis inculte en anglais, mais je sais que c’est un accent de là-bas, d’un état « provincial ». Les s sont mouillés. Il grimace comme un Américain et parle avec ses mains comme un Italien. Mais, avec sa gueule à la De Niro qui galère à convaincre un connard, dans sa gestuelle démonstrative apparaît de façon récurrente un tic : il balaie son sourcil gauche de la main, semble y chercher un poil plus long, le pince et fait mine de l’arracher. Puis il redescend sa main et fait le geste de jeter le poil rebelle à terre. S’il faisait réellement la chose, il n’aurait plus du tout de sourcil depuis belle lurette. À quoi ça sert, les tics ?

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Tic

  1. Pascale dit :

    A te faire parler.

  2. serge barande dit :

    Un type au poil celui-ci !
    Car parfois, à une terrasse de café, on se fait vraiment bien fait chier.
    Y a comme un vide sidéral…
    Puis à la vue d’un type, d’abords insignifiants (y a pas non plus trop le choix), on en écrirait presque une historiette (Qu’est-ce qu’il fait ? Qui c’est ce type-là ? L’est bizarre ce mec-là…), voire une chansonnette…
    En général et si c’est l’été, en de tels moments, je lève les yeux vers les circonvolutions des martinets, avant de ne plus les voir jusqu’en mai suivant. Pour le souvenir.

  3. Lydie dit :

    Fallait vraiment qu’il ait une souffrance pas dite pour tiquer comme ça !

    Et il était bon, ton café d’avant un casting ?
    Et le casting ?

  4. Lydie dit :

    « d’avant (pas un !) casting »…
    … pénible de ne pas pouvoir rectifier directement ! 😕

  5. hetre dit :

    Quel sens de l’observation ! Tu devrais écrire des polars. Bien qu’en y réfléchissant bien, tu aurais du t’assurer qu’il buvait bien une pression.
    Colombo le sait que boire la mousse tique.
    (Pardon)

Les commentaires sont fermés.