Ça devient sérieux : Toril, J – 1

avp

Quand j’ai voulu enfin m’occuper des invitations, il n’y avait plus de place. Et, en effet… Allez, dernier jour avant la sortie de Toril ! Ces avant-premières (on part à Alès tout à l’heure), c’est un moment extrêmement fort dans lequel l’équipe se reforme avec les mêmes rêves qu’au premier jour de tournage, avec en prime la satisfaction d’avoir réussi celui-ci. On a tout donné, jusqu’au bout comme disent les sportifs à la caméra. Le film appartient désormais au public (autre lieu commun). Il ne nous reste plus qu’à espérer que les spectateurs rencontrent nos images (idem). Mais tout ça est vrai.

Un peu tôt encore pour parler de l’accueil de la presse. Je vous livre quand même un extrait du Figaro Magazine sorti dimanche (un peu de pommade à l’ego) : « Laurent Teyssier signe un premier film convainquant et bien rythmé. Il réalise un vrai film d’action tout en donnant à l’ensemble une dimension sociale assez enlevée et en adressant un message fort aux agriculteurs si durement touchés par la crise économique. Côté casting, outre l’impeccable Bernard Blancan, Vincent Rottiers s’illustre particulièrement dans son rôle de chien fou prêt à mordre la poussière pour les siens. »

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Ça devient sérieux : Toril, J – 1

  1. serge barande dit :

    Pas pommade à l’ego, profite donc de Toril et de ton chouette rôle ! T’as déjà été comparé à Charles Vanel pour Hors-la-Loi, je te le rappelle ainsi qu’à la cantonade ! T’as quasi ainsi atteint ton bâton de maréchal !
    Bon… Après t’as Huster, dont certains en avaient fait le nouveau Gérard Philippe. Mais bon……. Pfff…..
    En revanche, le jour où tu seras comparé au nouveau Paul Préboist, y aura comme un problème !
    T’as du bol, t’as pas le physique de l’emploi ! Et puis ça m’étonnerait qu’un jour, tu aies à formuler un tel dialogue : « un tracteur, c’est comme une brosse à dents, ça ne se prête pas » (Quelques Messieurs trop tranquilles).
    Finalement, tu t’en sors pas mal !…

    Outre l’aspect cinoche, petit point météo : en ce moment, ici, on a des cumulo-nimbus au-dessus du ciboulot, de la pire espèce (y fait nuit !), plus du tonnerre et 60 à 70 km/h d’ouest. Les pins se déplument, et les nids de chenilles processionnaires avec (le seul bénéfice que j’y vois).
    Ça m’a rangé le Balou sous mon plumard, dis-donc!
    Considération militante : s’il y a orage, impossibilité d’utilisation du Balou pour le mordre-au-cul de CRS !
    On en finira donc jamais ! La méthodologie est parfois complexe à mettre en oeuvre… Comme un casting.

  2. Lydie dit :

    Aaah, « l’impeccable Bernard Blancan »…
    v’là quelque chose qui fait chaud au coeur, non ?
    … À garder précieusement pour les jours moins bleus ! 😉

  3. Tomaticha dit :

    Demain c’est Toril, à la première séance de 11h, parce qu’après…il y aura sûrement la foule.
    Hâte de voir ce que signifie « l’impeccable BB » 😉

  4. Tomaticha dit :

    Sortie à l’instant de la projection. Encore dans le film.
    Je dis effectivement merci du cadeau. Et un grand bravo.
    Je vais « taper le tambour » à mon entourage mais Toril n’en aura pas besoin. ☺

Les commentaires sont fermés.