Hubert 2, la dame blanche

uber

Je n’ai pas voulu rester sur une expérience aussi caricaturale. C’est pourquoi lorsque je quittais le tournage vers 23:30, je me décidais de faire appel à Hubert pour la seconde fois. Il avait vraiment rajeuni, Hubert. Vif, avenant, il m’a reconnu immédiatement. Indigènes ? Ben oui. Tandis que nous sympathisions vite sur un trajet à la conduite exemplaire, je lui confiais mes déboires lors de mon premier trajet, celui de la semaine passée. Il a ri.

Vous savez, le but, c’est de gagner le plus possible et parfois, quand on a vraiment besoin, on ne compte plus les heures. Mais c’est clair que c’est nul. Une fois, il m’est arrivé un truc du genre. J’étais épuisé. Plus de vingt quatre heures dans la voiture, non stop. À un moment, vers 23:00, je fais une course avec une dame très silencieuse. Je la vois dans mon rétro, toute droite, pâle, les yeux grands ouverts, parfaitement immobile. On ne fera pas la conversation. De toute façon, je suis fatigué. Très fatigué. Arrêté à un feu rouge, je m’endors. Quand je ré-ouvre les yeux le feu semble vert depuis un bout de temps. Je démarre et m’engouffre sur la jonction de l’autoroute A3. Je jette un œil dans le rétro pour voir si ma cliente ne s’inquiète pas de mes endormissements. Et là, je constate qu’il n’y a personne. Mon siège arrière est vide. Pas moyen de me souvenir où j’ai chargé la cliente ni où elle allait. Personne. Et me voilà sur cette autoroute que je déteste, pas éclairée, loin de chez moi. Hallucination. J’ai appelé mon frère et lui ai annoncé que ma journée était terminée (on partage la même voiture et on se relaie). Je n’en peux plus. Je vois des trucs qui n’existent pas. Il ne m’a jamais cru.

Voilà la petite histoire qu’il m’a racontée. Il m’a dit aussi que pour les jeunes des quartiers défavorisés où même les diplômés ne trouvent pas de travail, Hubert a été une chance de s’en sortir. Même si dans la réalité, le seul qui s’en sort vraiment, c’est le grand Hubert lui-même qui touche 20% de la course, juste pour avoir créé une application qui met en lien clients et chauffeurs.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Hubert 2, la dame blanche

  1. serge barande dit :

    Hé… tu répètes pas hein ?…
    J’ai essayé d’hubériser avec mon vélo… un tout neuf, acheté à grands frais (à Franprix, pardon), spécialement pour cela (autoentrepreneur, etc.).
    J’avais même mis mon pantalon et ma chemise du dimanche, pour ma première course. Même que j’avais installé un beau coussin brodé, avé des franges, sur le porte-bagages (tu vois la customisation de fou, le gusse + le vélo). Ben je me suis tapé la bredouille et me suis même fais courser par un taxi grognon !
    Pourtant, moi qui habite en HLM, j’aurais pu aussi prétendre à « un peu de réussite sociale », à enfin avoir « Un vrai métier »… Merde, à mon âge…
    Ben non ! Je reste l’obligé des oiseaux, at vitam eternam (oui, je sais… mais un poil de latin ne fait pas de mal).
    Vivement que la droite libérale revienne au pouvoir et me permette de gagner correctement ma vie, ne serait-ce que pour pouvoir assurer les croquettes pour le Balou.
    C’est qu’on a des obligations et des contingences, nous deux !

  2. Lydie dit :

    Euh, dis Bernard, ça se passe vraiment sur la route, ça ? Fait un peu peur…

    Y’a aussi des Hubert en hélico, tu crois ?

  3. Hélène dit :

    Mais tout le monde sait que ce genre d’apparition n’existe pas, voyons!!! Toi aussi, tu le sais bien, Bernard…..M’enfin…. 😉
    Quoique : http://www.paranormal-info.fr/la-legende-de-la-dame-blanche-a42.html

    • Blog Blancan dit :

      Ce qui m’a plu dans son histoire, c’est qu’il n’avait aucune preuve et que lui-même classait l’affaire dans le rayon hallucination. En fait il ne connaissait pas les histoires de dames blanches. Il avait juste des frissons quand il racontait la sienne tant ça l’avait marqué.

Les commentaires sont fermés.